La bibliothèque du dolmen

10 août 2016

Archie Snufflekins Oliver Valentine Cupcake Tiberius ---- Katie Harnett

ArchiesnufflekinsoliverA Blossom Street, la vie est très animée et il y a un chat qui vit là. Il s'appelle Archie ou bien Snufflekins ou bien Oliver ou encore Cupcake ou d'autres noms en fonction des maisons de la rue qu'il fréquente régulièrement. Seule la maison située au N°11 reste peu visitée : une vieille dame y vit toute seule. Mais un jour, le chat a disparu et tous les habitants de Blossom Street se mettent à sa recherche avant de réaliser qu'ils sont tous en train d'appeler le même chat de différents noms …

C'est la couverture qui m'a fait craquée car ce chat ressemble un peu à une de mes minettes. Et puis, ce long titre est amusant et intriguant. Les illustrations aux couleurs douces sont simples mais très agréables à regarder, avec des décors variés et des personnages bien distincts, histoire de bien comprendre que le chat fréquente différentes maisons et a donc différents « propriétaires ». C'est sympathique de voir comment toutes ces personnes sont attachées à ce matou et comment celui-ci peut bouleverser pour le mieux la vie des gens qui l'entoure. J'ai trouvé l'ensemble vraiment mignon et finalement, très réaliste (car les chats peuvent avoir plusieurs « maisons » avant de trouver la bonne). Une jolie petite lecture qui fait du bien !

*Lu en anglais*

Non traduit à ce jour

Posté par sassenach à 06:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 août 2016

Annihilation (tome 1 de la Trilogie du Rempart Sud) ---- Jeff Vandermeer

AnnihilationLa Zone X est encore très méconnue malgré les nombreuses expéditions scientifiques qui y ont été mené. Mais les explorateurs envoyés dans ce monde sauvage et en constante expansion ont disparu ou bien ont été tués ou bien sont rentrés gravement malades ou souffrant de troubles mentaux. Pour la nouvelle et douzième équipe, constituée de quatre femmes, il s'agira de cartographier et d'étudier la Zone sans se laisser contaminer et sans se laisser influencer par l'atmosphère étrange. Parmi elles, il y a la biologiste, fascinée par l'évolution des milieux naturels et dont le mari a fait partie d'une expédition précédente …

Voilà une histoire bien étrange ! Des scientifiques s'en vont étudier une zone qui semble avoir une vie propre et qui a, sans aucun doute, une influence certaine sur ceux qui s'y trouvent. Cela ne peut que donner un roman chargé d'une lourde ambiance, un peu étouffante et parfois angoissante. Les femmes, dont aucune n'est nommée par son prénom, se sentent en terrain inconnu et les lecteurs aussi (d'ailleurs, en tant que lecteur, on n'en sait pas plus sur la Zone X que sur le monde habituel où vivent ces femmes). Il n'y a pas d'époque, pas de lieu précis, cela pourrait être notre monde actuel aussi bien qu'un monde situé dans un futur lointain ou bien carrément à des années lumières de la Terre. En tout cas, il semble menacé par cette mystérieuse Zone X, où la nature règne en maitre mais où il semble qu'il y ait aussi d'autres « choses ». Qui plus est, ce qui s'est passé dans cette région est tout aussi étrange et mystérieux que ce qui y évolue. Bien sûr, en lisant ce roman, on ne peut s'empêcher de penser aux mondes créés par H.P. Lovecraft, avec des créatures effrayantes et n'ayant que peu de rapport avec les humains et où la nature ressemble à la nôtre mais en étant hors de contrôle. J'adore Lovecraft et les livres qu'il a écrit car je trouve leur ambiance bien glauque mais pourtant, avec cette zone X, je me suis parfois un petit peu ennuyée. En fait, j'ai eu du mal à m'attacher à la narratrice, la biologiste de l'équipe, car elle est elle-même très froide, très détachée du monde (on dirait parfois qu'elle est un robot sans sentiments profonds) et du coup, il m'a été difficile de m'inquiéter vraiment pour elle. Quand elle raconte une partie de son passé, j'ai trouvé les épisodes de flash-back un peu longs et peu utiles (pour l'instant !) à l'histoire. Mais comme il s'agit du premier tome d'une trilogie, on comprendra peut-être mieux l'ensemble et la raison d'être de certains passages à la lecture des tomes suivants. Et puis, je trouve que ce n'est pas facile d'équilibrer les informations concernant ce qui vit dans la Zone X : il faut en dire un peu mais pas trop et j'ai trouvé que l'auteur a eu un peu de mal à gérer cela vers la fin. Enfin, pour clôturer les bémols, j'ai eu quelques difficultés avec certaines tournures de phrases que j'ai trouvées étranges, comme s'il manquait des mots. Sinon, même si ce n'est pas un livre qui m'a empêchée de dormir (il m'en faut beaucoup pour ça !), j'ai bien aimé son atmosphère et l'idée de départ et ma curiosité a été piquée car il y a beaucoup de questions sans réponses … je voudrais bien savoir ce qui va se passer dans les tomes suivants et je les lirai donc !

EditionsAuDiableVauvert

Merci aux éditions Au diable Vauvert.

Posté par sassenach à 06:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 août 2016

Ennemie intime ---- Christine Drews

EnnemieintimeKatrin et Thomas Ortrup viennent d'emménager à Münster avec leur fils de trois ans, Leo. Thomas a un travail qui lui prend beaucoup de temps et l'oblige à voyager alors que Katrin continue leur installation tout s'occupant de Leo et en travaillant à temps partiel. Au jardin d'enfants, elle fait la connaissance d'une autre nouvelle venue dans le coin, Tanja Weiler et du petit Ben, le meilleur ami dc Leo. Les deux jeunes femmes sympathisent et se retrouvent très souvent au terrain de jeux voisins où les enfants jouent ensemble alors qu'elles partagent leurs impressions sur leur vie quotidienne. Alors, quand le père de Katrin meurt soudainement, cette dernière confie Leo à Tanja le temps de l'enterrement mais au moment de récupérer le petit garçon, Katrin découvre, avec horreur que Tanja n'est pas celle qu'elle paraissait et qu'elle a disparu avec Leo …

Contrairement à ce que pourrait laisser supposer son nom, cette auteure n'est pas anglo-saxonne mais allemande et je trouve que, dans l'ensemble, les polars allemands sont plutôt bien menés tout en restant assez classiques. Ici, il s'agit de la disparition d'un enfant, thème abordé de multiples fois, mais la façon de mettre en scène le kidnapping est assez intéressante, même si j'ai parfois eu du mal à la trouver totalement crédible (je ne donnerais pas mes chats en garde à quelqu'un que je connais depuis peu, même si je l'apprécie, alors j'ai du mal à penser qu'on pourrait le faire pour un enfant). Le suspense est plutôt psychologique, même s'il y a un peu d'action vers la fin. C'est écrit de façon fluide, agréable mais je n'ai pas été très touchée par la détresse de Katrin, qui me paraissait un peu plate et pas très mature. Par contre, j'ai bien apprécié la policière en charge de l'enquête, Charlotte Schneidmann, dont le passé est intéressant et qui a un caractère bien trempé. Je l'ai trouvée bien plus attachante que Katrin. C'est un roman qui se lit vite et facilement mais je ne suis pas très sûre qu'il me laissera de grands souvenirs. Néanmoins, il reste suffisamment intéressant pour que je surveille les prochaines parutions de cette auteure, histoire de voir si elle montera en puissance et en expérience.

Albinmichel

Merci aux éditions Albin Michel.

Posté par sassenach à 06:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

07 août 2016

Le papyrus de César (Astérix tome 36) ---- Jean-Yves Ferri et Didier Conrad (d'après Goscinny et Uderzo)

AsterixlepapyrusdecesarCésar a décidé d'écrire ses mémoires à propos des guerres qu'il a mené en Gaule. Sur les conseils de son éditeur Bonus Promoplus, il finit par supprimer le chapitre concernant les revers que l'armée romaine a subi face à un petit village d'irréductibles Gaulois d'Armorique, sous la condition que cette suppression ne s'ébruite pas. Mais ce morceau de papyrus est dérobé un scribe et donné à un colporteur et activiste gaulois, Doublepolemix qui, poursuivi par les troupes romaines, trouve refuge dans le village d'Astérix …

Maintenant que cette série a été reprise par des auteurs pour continuer de faire perdurer l'esprit d'Astérix et de ses amis, on voit fleurir des nouveaux albums assez régulièrement et on ne va pas s'en plaindre ! Comme pour ma lecture du précédent album, il a fallu que j'attende nos vacances d'été pour le lire car je les offre systématiquement à mon papa. La nouvelle équipe d'auteur a l'air d'avoir trouvé leur rythme de croisière. Côté dessins, rien à dire, on est tout de suite dans l'ambiance, avec les personnages bien reconnaissables et bien typés. Franchement, je pense que si on me mettait côte à côte une planche dessinée par Conrad et une planche dessinée par Uderzo, je ne suis pas sûre de voir de différences (mais bon, en même temps, je ne suis pas une pro du dessin !). Côté histoire, il y a toujours des excellents jeux de mots sur les noms, des situations amusantes qui lorgnent vers les travers de nos nouvelles technologies et j'ai passé un bon moment, même si l'action reste assez limitée dans cette histoire (pas de grosses bagarres avec les Romains et les pirates sont relativement en sécurité). Alors, du coup, c'est tout de même un peu plat, un peu lent (il m'a fallu trois épisodes de lecture pour terminer cet album alors qu'habituellement, je les lis d'un seul trait) mais cela ne veut pas dire que je me suis ennuyée en le lisant. C'est juste qu'il fera partie des titres qui me marqueront peu dans cette excellente série (qui, il faut l'avouer, met la barre déjà bien haut !)

L'avis de Aproposdelivres.

Posté par sassenach à 06:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

06 août 2016

Famille parfaite ---- Lisa Gardner

FamilleparfaiteA Boston, la famille Denbe est bien connue localement et semble être une famille parfaite : Justin est à la tête d'une florissante entreprise en bâtiment qui décroche de très gros contrats mais reste tout aussi beau et attentionné qu'aux premiers jours, Libby est l'épouse idéale et en plus de tenir sa maison de façon irréprochable, elle crée des bijoux et sait recevoir avec simplicité tous les amis de son mari,et Ashlyn, leur fille de quinze ans, réussit à l'école et ne semble pas subir la crise d'adolescence tant redoutée des parents. Mais sous ces dehors rêvés, les failles apparaissent et la famille est soudainement kidnappée par un groupe de professionnels. Le FBI est mis sur l'affaire et est épaulé par un shérif du New Hampshire, Wyatt Foster, qui connait bien sa région. Parallèlement, Tessa Leoni, qui a quitté la police et est devenue enquêteur privé, est chargée de mener ses propres recherches car elle est mandatée par Denbe Construction, la société de Justin …
J'avais lu un autre roman de Lisa Gardner où Tessa Leoni faisait sa première apparition (Preuves d'amour) et j'avais trouvé que le personnage était intéressant (surtout quand on sait ce qui s'est passé dans Preuves d'amour, j'étais curieuse de voir comment Tessa avait rebondi après ça !) et donc, j'ai craqué pour ce polar. Le titre n'est pas forcément très accrocheur et on se doute qu'il est justement le contre-pied de la vérité mais le titre original ne m'a pas convaincue non plus. Mais quand je me lance dans un roman de Lisa Gardner, je sais que je vais passer un bon moment ! La narration alterne entre le point de vue de Libby et l'enquête vue par Tessa et Wyatt. On a donc des infos internes de la famille kidnappée en parallèle des indices récoltés lors des recherches par les forces de police mais ce n'est pas pour autant qu'on devine ce qui se passe. Il n'y a que vers le dernier quart qu'on peut pressentir des tenants et aboutissants de l'affaire et même là, je n'étais pas sûre de mes soupçons. Je peux donc dire que le suspense reste entier jusqu'aux dernières pages car même quand on sait certaines choses, il continue de se passer des rebondissements. On ne peut pas dire qu'il y a beaucoup d'action, de poursuites et autres bagarres mais la tension est toujours présente et les pages se tournent vite car on a envie de savoir ce qui va arriver aux Denbe. J'ai donc été contente de retrouver Tessa mais surtout, j'ai particulièrement apprécié le personnage de Wyatt et j'espère bien qu'on le reverra dans d'autres titres de l'auteur ! Cette auteure est vraiment douée pour créer des personnages attachants (elle a même réussi à rendre certains des méchants plutôt sympathiques !) et du coup, j'essaie de lire tous ses romans (il m'en manque encore un certain nombre à lire vu que je l'ai découverte il y a relativement peu d'années). Et puis, elle sait mener un suspense de façon réussie, même s'il paraît tout simple de prime abord ! Une lecture parfaite aussi bien pour une journée d'été sur la plage que pour une soirée d'hiver devant la cheminée !

Albinmichel

Merci aux éditions Albin Michel.

Posté par sassenach à 12:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


23 juillet 2016

Points de chute ---- Andi Watson

PointsdechuteChris vit à Londres et son travail, provisoire, consiste à visionner puis critiquer des films sur Internet. Il vit en colocation chez James, un ami. James a pour petite amie Fliss, qui partage un appartement avec Alex, la petite amie de Chris et ces trois comparses se connaissent depuis le lycée alors que Chris n'a fait leur connaissance que depuis quelques années. Un jour, James demande à Chris de l'accompagner à un enterrement où Chris fait la connaissance d'Una, sans savoir qu'elle est la veuve. Il n'est pas insensible au charme de la jeune femme et va la revoir …

J'avais déjà lu et apprécié plusieurs albums de cet auteur anglais (Slow news day, Breakfast after noon, Ruptures) et j'étais curieuse de voir comment il avait évolué (vu que mes lectures dataient du début des années 2000). Eh bien, je ne peux pas vraiment dire que j'ai été séduite par le tournant qu'il a pris. Tout d'abord, au niveau dessin, j'aimais beaucoup son coup de crayon et ses personnages anguleux, ses décors sobres à la touche un peu rétro. Avec ce nouvel album, j'ai découvert un trait hésitant, un peu brouillon, des personnages minimalistes (et peu expressifs) et des décors que j'aurais pu moi-même dessiner (et je ne suis pas douée en dessin !). La bichromie n'est pas désagréable mais je n'aurais pas choisie cette teinte vert-gris-jaune qui m'a évoqué les digestions difficiles (hum !). L'histoire est celle d'un groupe d'amis qui se cherchent : ils vivent comme des semi-célibataires mais l'heure des engagements approche et avec elle, l'heure des choix et des affirmations. Bon, j'ai trouvé qu'ils étaient déjà bien vieux pour continuer à vivre ainsi et que, franchement, il était plus que temps qu'ils agissent en adultes ! Il y a beaucoup de sous-entendus, de non-dits, à tel point que j'ai souvent été perdue (par exemple, quelle est la relation qu'ils avaient avec la personne décédée … je pensais à l'origine que c'était un de leurs amis) et que finalement, à force d'essayer de deviner ce que chacun pense, je n'ai même plus eu envie de savoir ce qu'ils allaient devenir. Trop de subtilité finit par casser une lecture et la relation entre Chris et Una ne m'a pas paru très intéressante ni très réaliste (je me dis que ce n'est pas une relation durable s'ils continuent ainsi). La fin est dans la lignée de l'ensemble : il faut supposer certaines choses. Bref, cela est une tranche de vie qui aborde les relations entre amis et les relations de couple mais j'ai vraiment peiné à m'intéresser à l'ensemble. Du coup, je suis déçue de voir que le tournant pris par cet auteur que j'appréciais ne me convient pas vraiment.

 

Babelio

 

Merci à Babelio

et

editionscaetla

 

aux éditions Ça et là

 

Posté par sassenach à 16:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

01 juillet 2016

Barcelona ---- Daniel Sanchez Pardos

Barcelona1874. La famille Camarasa vient de rentrer à Barcelona après avoir passé six ans à Londres. Gabriel, l'ainé et seul fils de Sempronio, a décidé de suivre des études d'architecture alors que son père se consacre au journal à sensations qu'il vient de créer, aidé par les Begg, un Anglais et sa fille Fiona, devenus leurs amis pendant leur séjour londonien. Mais le siège d'un journal concurrent vient de subir un incendie criminel et les autres journaux ont tôt fait de pointer un doigt accusateur vers Sempronio. Gabriel, lui, vient de se lier d'amitié avec un autre étudiant un peu plus âgé, Antoni Gaudí, qui semble fréquenter les milieux peu recommandables de Barcelone …

Je ne suis pas sûre que j'aurais repéré ce titre si mon attention n'avait pas été attirée par la mention d'Antoni Gaudí comme personnage de ce roman. J'adore son style architectural, que je trouve fascinant et qui laisse supposer que l'homme était, lui aussi, peu ordinaire. Effectivement, dans cette histoire mêlant Histoire, suspense, milieux étranges et un peu d'action, Gaudí apparaît comme un personnage mystérieux, intelligent, voire même un peu effrayant par sa facilité de se fondre dans des milieux totalement différents, aussi bien les bas fonds de Barcelone que les milieux aisés que fréquente les Camarasa. Par contre, contrairement à ce qui est précis en quatrième de couverture, je n'irai pas jusqu'à qualifier ce roman de thriller ! Et bien sûr, quand on sait que cela se passe à Barcelone, on ne peut pas éviter de penser aux romans de Carlos Ruiz Zafón, où la ville joue un rôle important et donne une ambiance particulière aux histoires de cet auteur. Ici, j'ai eu parfois la sensation que Daniel Sanchez Pardos essayait de lorgner du côté de « L'ombre du vent », en décrivant les quartiers glauques de Barcelone et leur faune étrange. Mais ce n'était pas aussi bien réussi ! J'ai trouvé qu'on ne faisait qu'effleurer certaines choses et que l'auteur n'entrait pas suffisamment dans ses descriptions et dans le développement de certains aspects de son histoire pour planter une vraie atmosphère mystérieuse et angoissante. L'auteur s'est surtout concentré sur les tenants et les aboutissants de son histoire principale mais, quand j'ai découvert ce qu'il en était, j'ai été un peu déçue car je n'y ai rien trouvé de vraiment original, hormis le fait que cette période historique espagnole est assez méconnue et peu abordée dans les romans (d'ailleurs, je n'y connaissais strictement rien et du coup, j'aurais apprécié de découvrir en fin de livre une petite chronologie des faits historiques décrits). Les personnages sont intéressants mais je les ai trouvés parfois peu exploités ou pas assez creusés. Mais la fin qui reste partiellement ouverte laisse à penser qu'il pourrait y avoir une suite et donc qu'on pourrait alors avoir les réponses à certaines questions et découvrir un peu plus sur ces personnages. Malgré tous mes petits bémols, je ne peux pas dire que je me suis ennuyée lors de cette lecture car j'y ai pris du plaisir mais j'ai mis un bon moment à arriver à bout de ce roman car je n'avais pas non plus une envie folle de m'y jeter dessus pour continuer ma lecture. Difficile donc de démêler mes sentiments à ce sujet : disons que cela restera une lecture agréable mais peu prenante, originale sur le contexte historique et sur les personnages mais avec quelques longueurs et un petit manque d'ambiance marquée.

Babelio

 

Merci à Babelio

et

Pressesdelacite

 

aux éditions Presses de la Cité

Posté par sassenach à 14:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

20 juin 2016

Chat-Bouboule (tomes 1 et 2) ---- Nathalie Jomard

ChatboubouleHEARTS2

 

 

 

Tome 1 : Chroniques d'un prédateur de salon

Chat-Bouboule, c'est le matou de la famille de la République-bananière-et-autoproclamée-du-Grumeauland. Il est en surpoids, perd ses poils, squatte le lit ou le canapé, fait des bêtises comme faire ses griffes sur le canapé ou utiliser le bonzaï de Tata comme litière mais il sert aussi parfois de jouet aux enfants et toute la famille l'aime beaucoup malgré tous ses défauts …

Ah ah, voilà le come-back de l'album avec des chats dedans !!!!! Ça faisait longtemps, non ? Bon, quand j'ai vu la couverture, j'ai craqué car il ressemble comme deux gouttes d'eau à une de mes minettes (celle qui vient de Nouvelle-Calédonie) : presque la même couleur (elle est grise mais plus clair) et surtout, même embonpoint et même attitude ! Je n'ai rien lu de cette auteure mais j'avais déjà eu l'occasion de feuilleter ses albums qui narrent sa vie familiale et ils me semblaient bien être dans le genre que j'apprécie pour me détendre. Les dessins sont très actuels, colorés, dynamiques mais j'avoue que je trouve que les styles de presque toutes les dessinatrices/illustratrices qui ont percé depuis quelques années se ressemblent tellement que je serais bien embêtée pour les différencier. Mais je les trouve malgré tout agréables à regarder et pleins de vie. C'est surtout le contenu qui m'a fait rire car j'y ai souvent retrouvé mes deux fauves de salon ainsi que mon fauve squatteur. On sent bien que c'est du vécu et les sketches, qui vont d'une à six pages, font mouche à tous les coups. N'importe quel propriétaire de chat ne peut que se reconnaître et reconnaître son animal dans ces pages et on est à la fois amusé et attendri. Le seul reproche que je pourrais faire à l'album, c'est qu'il est trop court et trop vite lu !

***

Edit du billet du 25 mai 2015

Chatbouboule2

HEARTS2

 

 

 

Tome 2 : La nuit, tous les chats sont gros

Chat-Bouboule est toujours aussi gourmand, aussi bien enveloppé et il a toujours tendance à faire des bêtises. Mais quand il dort sur les genoux, il paralyse littéralement son hôte. Par contre, quand il a faim en plein milieu de la nuit, il sait comment se faire entendre ! Mais il est aussi tellement mignon, attendrissant et amusant …

Ah, vous croyez que je vous avais oublié avec mes histoires de chats ? Eh bien non ! Quand j'ai vu cet album fraichement posé sur l'étagère de la librairie, je n'ai pas hésité à me jeter dessus vu que j'avais bien ri avec le premier volume. Là aussi, j'ai dévoré ces quelques pages félines et familiales avec le sourire et même un bon fou rire devant la description d'une nuit avec un chat (car en ce moment, avec les nôtres, c'est exactement ça !). Le dessin est frais à défaut d'être vraiment original mais j'aime beaucoup l'allure de Chat-Bouboule et les expressions de sa maitresse. Et je trouve qu'il sert bien le propos : c'est simple mais efficace et agréable à regarder et les couleurs sont plutôt neutres (dans le sens « pas agressives » … il y a de la couleur mais on n'a pas de mouvement de recul devant une éventuelle débauche de tons). Comme dans le premier tome, les sketches font d'une à cinq ou six pages et pour quiconque a un chat, on est forcément obligé d'y reconnaître certaines choses vécues. Encore une fois, l'album a fait mouche : ce fut un excellent moment de détente (sauf pour les zygomatiques qui, eux, ont travaillé dur !) et ce fut, hélas, trop vite lu ! J'espère fort qu'il y aura un troisième tome !

Posté par sassenach à 14:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

15 juin 2016

L'inconnue du quai ---- Mary Kubica

LinconnueduquaiA Chicago, le mois d'avril peine à voir arriver le printemps : les températures sont encore froides et la pluie est souvent au rendez-vous. Pour Heidi, maman d'une adolescente de douze ans, dont le travail consiste à aider les personnes en difficulté et les réfugiés récemment arrivés, les conditions climatiques pèsent sur la vie des démunis. C'est ainsi qu'elle remarque sur le quai de la gare de Fullerton une jeune fille accompagnée d'un bébé. Heidi est intriguée et inquiète pour ces deux personnes qui ne devraient pas se retrouver à la rue. Après plusieurs rencontres dues au hasard, Heidi se décide à aborder la jeune fille qui affirme être majeure et s'appeler Willow et son bébé, une fille, Ruby. Heidi les ramène chez elle, au grand dam de son époux Chris dont le travail dans une société financière a mis à mal leur mariage. Chris décide d'effectuer des recherches sur Willow et le peu qu'il découvre l'inquiète sans pour autant le pousser à l'action …

C'est le premier titre que je lis de cette auteure dont c'est le second livre mais j'ai plutôt apprécié cette lecture. Ce n'est pas vraiment un thriller ou un roman policier mais il y a du suspense et on a envie d'en apprendre plus au fil des pages, qui se tournent à bonne vitesse. J'appellerais ce livre un suspense psychologique car tout est centré sur les personnages et leur ressenti. J'ai particulièrement aimé le fait de découvrir l'histoire à travers trois narrateurs : Heidi, Chris et Willow, l'intitulé des chapitres signalant clairement qui parle. Je n'ai pas trouvé qu'il n'y avait de changement de style à chaque fois mais on a différents points de vue et surtout on apprend comment Willow en est arrivée là où elle est et on découvre l'histoire d'Heidi et de Chris. Bien sûr, le plus intéressant à mes yeux ont été les chapitres racontés par Willow car Heidi m'a très rapidement un peu agacée, avant même qu'elle recueille Willow et Ruby. Je n'ai pas été très étonnée par les développements de l'histoire en général et de l'évolution des personnages car j'ai ressenti d'emblée comment cela allait tourner pour certains. Néanmoins, on n'est jamais sûr de ses impressions et je voulais savoir ce qui allait arriver. Certains chapitres sont particulièrement bien réussis au niveau émotionnel : pas de pathos mais une forte charge affective pour les personnages et des moments poignants. Je regrette que certaines relations n'aient pas été plus développées comme celle entre Heidi et s fille, qui est vraiment au second plan. Quant à la fin, je l'ai trouvée peut-être un peu brusque, un peu rapide. J'aurais aimé en savoir plus sur le devenir des personnages alors qu'on en apprend assez peu et cela m'a fait ressentir un peu de frustration de ce côté-là. A part ça, c'est un très bon roman psychologique qui parle des relations familiales, de la perte et du deuil, de la violence, de l'enfance et de l'adolescence, des relations de couple, du fait d'être parent et surtout de l'amour qui peut apparaître dans des situations les plus improbables.

Babelio

 

Merci à Babelio

 et

Editionsmosaic

aux éditions Mosaïc

L'avis de Canel.

Posté par sassenach à 13:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

06 juin 2016

Baad ---- Cédric Bannel

BaadA Kaboul, le qomaandaan Oussama Kanar, chef de la brigade criminelle, est inquiet : c'est le troisième cadavre de petite fille qui est découvert en ville. A part que le dernier corps découvert est nu alors que les précédents étaient vêtus de jolies robes de fête. Il s'agit pourtant du même mode opératoire et Oussama craint qu'il ne s'agisse d'un tueur en série. Parallèlement, en Paris, Nicole Laguna, anciennement à la Brigade de Recherche des Fugitifs, est kidnappé avec sa famille par la Mafia. L'organisation lui demande, pour libérer sa famille, de retrouver un chimiste mystérieux travaillant pour un cartel de la drogue très puissant …
C'est le deuxième roman de cet auteur mettant en scène Oussama Kandar et comme j'avais beaucoup aimé le premier, j'étais curieuse et impatiente de retrouver ce policier bien sympathique. Cette fois encore, l'histoire alterne avec l'enquête sur les crimes des petites filles à Kaboul et la recherche du chimiste menée par Nicole en France. Bien sûr, on se doute que ces deux intrigues vont se rejoindre à un moment donné ! Forcément, j'ai trouvé les parties se déroulant en Afghanistan plus intéressantes et surtout plus dépaysantes que celles se passant à Paris. Et puis, j'aime beaucoup Kandar, un flic droit dans ses bottes, incorruptible dans une société où tout s'achète et tout se vend. Son équipe aussi est bien attachante car chacun a son histoire et comme le pays a une Histoire difficile, tous les personnages ont un passif pas toujours facile à porter. On retrouve aussi quelques « méchants » du premier opus, des gens haut placés dans un système fluctuant et corrompu. En plus d'une enquête assez classique, il y a beaucoup d'action et on voyage beaucoup dans le pays, dont les descriptions sont grandioses (cela donnerait presque envie d'y aller si ce n'était pas aussi dangereux). L'auteur nous décrit aussi la société afghane et ses traditions dont je ne connais pas grand chose et cela donne un intérêt supplémentaire à l'ensemble. C'est facile à lire, la tension va crescendo et il est donc difficile de poser ce livre au moment de dormir car je voulais toujours savoir ce qui allait arriver, en tremblant pour Oussama Kandar, qui a la fâcheuse tendance à se faire beaucoup d'ennemis dans son entêtement à voir la vérité et la justice triompher ! Un très bon thriller à plusieurs dimensions, qui se lit d'une traite !

Babelio

Merci à Babelio

 et

LabetenoireLaffont

aux éditions La Bête Noire/Robert Laffont

Posté par sassenach à 16:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]