La bibliothèque du dolmen

19 janvier 2017

Les nuits de la Saint-Jean ---- Viveca Sten

LesnuitsdelasaintjeanUn soir de novembre 2006, sur l'île de Sandhamn, Lina Rosén disparaît en rentrant d'une soirée passée sur sa meilleure amie. Sa mère est désespérée mais malgré les recherches poussées, aucune trace de la jeune fille n'est découverte. Quelques mois après, en février 2007, Nora Linde et ses deux jeunes fils passent une semaine de vacances sur l'île car Nora vient de découvrir que son mari Henrik entretient une liaison sur son lieu de travail. Essayant de panser ses blessures, Nora laisse ses fils jouer dans la forêt voisine en compagnie de leurs camarades habituels. Mais lors d'une partie de cache-cache, ils font une macabre découverte : des restes humains enfouis sous la neige …

Troisième tome se déroulant sur l'île de Sandhamn, on découvre enfin l'île sous un autre jour : celui de l'hiver, ce que j'ai trouvé intéressant et rafraichissant (si je peux me permettre la boutade). On retrouve Nora, Thomas son ami policier et d'autres personnages récurrents de la série. J'avais lu les deux premiers tomes avec un certain plaisir, même s'ils ne révolutionnaient pas le genre car c'était surtout l'atmosphère de l'île que je trouvais plaisante et dépaysante. Là, comme on est en hiver, on voit que Sandhamn est peu fréquentée, qu'il n'y a que les habitants permanents, peu nombreux et cela limite donc les suspects. Cette fois, l'auteure intercale une histoire ancienne, se déroulant au début du XXème siècle et concernant une famille vivant sur l'île mais j'ai trouvé parfois ces passages un peu longs. On se doute bien qu'il y aura une connexion avec les évènements actuels mais il faut attendre un bon moment pour la découvrir (et on n'a pas vraiment d'indices pour faire ses propres déductions). Avec l'alternance passé/présent, le rythme de lecture est un peu cassé mais comme les chapitres sont courts, il reste néanmoins soutenu : c'est un roman qui se lit vite et qui, de toute façon, est assez simple dans sa construction, ce qui facilite d'autant plus la lecture. En plus de l'enquête classique, on avance dans la vie privée des personnages principaux : Nora et son mari infidèle, qui m'a un peu agacée par sa passivité, comme dans le second volet de la série, et Thomas, qui se remet peu à peu de la perte de sa fille et qui semble reprendre goût à la vie. Cela reste bien dans la lignée des deux premiers tomes, sans qu'il y ait de grandes surprises. C'est tout à fait le genre de livre à lire quand on a un creux de lecture car il ne nécessite pas de gros efforts et il est susceptible de plaire à ceux qui n'aiment habituellement pas les polars (mais pour ceux qui aiment ça, il est vraiment lambda !)

L'avis de Lystig.

Posté par sassenach à 04:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


18 janvier 2017

Iron bound ---- Brendan Leach

IronboundNewark, New Jersey, 1961. Eddie et Benny sont des petits voyous en blouson noir, faisant partie des Iron Bound. De retour d'une balade à Asbury Park, Benny agresse un homme dans le bus qui les ramènent à Newark. Eddie se charge alors, encore une fois, de calmer Benny et de l'entrainer loin du lieu de son forfait. Mais Eddie, prévenu par son amie Gloria, découvre qu'un policier cherche à retrouver Benny suite à la mort d'un homme et qu'il interroge Genie, l'ancienne petite amie de Benny. Il va alors en parler à Monsieur Dores, propriétaire d'un bar mais aussi à la tête d'un réseau de racket qui emploie Eddie et Benny …

Ce n'est certes pas le graphisme qui m'a poussée vers cet album mais plutôt le thème original de l'histoire. J'avoue que je n'ai pas du tout été fan du dessin, très simpliste mais pas très attirant. Le noir et blanc va plutôt bien à l'histoire mais j'ai trouvé les personnages franchement laids et en plus, j'ai eu du mal à les différencier (disons qu'il me fallait faire un effort à chaque vignette et surtout bien regarder les nez et les tenues … c'est le seul moyen de repère que j'ai trouvé pour les reconnaître). Qui plus est, si certains décors m'ont quand même assez plu, d'autres m'ont paru étranges dans leurs perspectives, comme déformés. Bon, voilà donc pour l'aspect visuel qui ne m'a vraiment pas convenu. Sinon, côté histoire, j'ai trouvé ça plutôt original et sympathique. Original … oui, mais en BD (pas en film où cette époque et les gangs de blousons noirs ont été souvent mis en scène). On découvre la vie d'Eddie et de Benny et tout de suite, on s'attache plus facilement au premier qu'au second, pas très futé et très caractériel (pour ne pas dire carrément antipathique !). On voit qu'ils naviguent dans un monde trouble, en marge de la loi, où magouilles, pots de vin, rackets, règlements de compte, corruption et compagnie sont monnaie courante. Il y a donc de la violence et de la manipulation tout au long des pages, légèrement tempérées par la présence de Gloria et Genie (mais je ne peux pas dire des femmes en général, car certaines sont aussi désagréables que les hommes). Sans vouloir en révéler trop, l'évolution de l'histoire prend un chemin déjà emprunté dans d'autres oeuvres et sous différentes formes, avec une fin assez prévisible et sombre, à l'instar du reste du récit. J'ai néanmoins trouvé intéressant de voir que l'auteur nous montre que les années 1960 n'étaient pas plus rose que notre époque (histoire de faire mentir l'expression « c'était mieux avant ») et cette lecture m'a vaguement fait penser à West Side Story sans l'histoire d'amour à la Roméo et Juliette.

Posté par sassenach à 04:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 janvier 2017

Axolot (tomes 1 à 3) ---- Patrick Baud et autres

Axolot1

Axolot2

HEARTS2

 

 

Tome 1
Tome 2

Axolot, ce sont des histoires extraordinaires et souvent méconnues : Mike, le poulet sans tête, qui a fait le bonheur des ses propriétaires, le turc mécanique qui est imbattable aux échecs, les cellules d'Henrietta Lacks qui ont permis de grandes avancées médicales, les trois hommes qui se prenaient pour Jésus, des arbres extraordinaires, la maison Winchester qui est un vrai labyrinthe étrange, les bizarres rites amoureux du règne animal, les inventions de Thomas Midgley …

Dans la même veine que les albums de Marion Montaigne, Tu mourras moins bête, ces deux volumes regroupent quantité d'histoires et de faits étranges. Certains sont peu développés et se présentent sous la forme de petit entrefilets regroupés dans des cabinets de curiosité et d'autres font l'objet d'une histoire illustrée sur quelques pages, avec différents dessinateurs recrutés pour l'occasion (Marion Montaigne entre autres, mais aussi Boulet, Nancy Peña, Julien Neel, Pénélope Bagieu pour n'en citer que quelques-uns), le tout sous la houlette de Patrick Baud, l'instigateur du projet (qui a d'abord connu le jour sur Internet). J'adore découvrir toutes ces choses oubliées, apprendre quelques troubles mentaux méconnus, voir comment certains animaux se reproduisent (pauvres bêtes, pour certains, ce n'est vraiment pas facile !). Comme les dessinateurs sont différents, les styles aussi et c'est sympa de les découvrir ou de les retrouver (et puis, si on n'est pas fan d'un style, on sait que l'histoire ne va durer longtemps). Mais le facteur commun reste souvent l'humour (la plupart du temps noir) et l'envie de montrer des faits qui sortent de l'ordinaire. Avec toutes ces informations apparaissant dans les deux tomes, je suis sûre que je suis loin d'avoir tout retenu mais je me ferai un plaisir d'y revenir à l'occasion, histoire de passer un bon moment comme celui que je viens de passer en les lisant ! Et j'espère que ça ne s'arrêtera pas à deux tomes !!!!

***

Edit du billet du 8 décembre 2015

Axolot3

HEARTS2

Tome 3

 

Les histoires extraordinaires sont légion et ce tome va nous faire découvrir l'histoire du fantôme de Greenbrier qui a joué un rôle important dans un procès, le mystère du col de Dyatlov, où un groupe de randonneurs a trouvé la mort de façon étrange, l'histoire de Jack l'aiguilleur, qui était un babouin, l'explication du fantôme d'Heilbronn qui a longtemps fait courir les polices de différents pays …

 

Quand j'ai vu que le troisième tome de cette excellente série était sorti en librairie, je me suis précipitée pour l'acheter (dès le lendemain de sa parution !) et je n'ai pas tardé à le dévorer malgré les nombreuses lectures qui m'attendaient et qui étaient plus urgentes. Il faut dire que je suis fan de ce genre de petites anecdotes étranges et qui sont bien réelles malgré toute l'improbabilité qu'elles contiennent. Comme pou les premiers tomes, différents dessinateurs ont oeuvré pour raconter toutes ces histoires alors il est difficile de donner un avis sur le graphisme tant il peut être différent d'une à l'autre. Certains m'ont énormément plu, d'autres m'ont laissée indifférente et d'autres ne m'ont pas franchement convenu mais avec ce genre d'album, c'est surtout ce qu'il raconte qui m'intéresse et m'attire donc j'accepte plus facilement un dessin qui me plait moins, surtout que je sais qu'il ne durera que quelques pages. Il y a aussi des anecdotes racontées sous formes d'entrefilets, qui sont tout aussi savoureuses que celles mises en avant par le dessin. Encore une fois, je me suis vraiment régalée avec cette lecture, étonnante, amusante, intrigante, passionnante et vivement le tome 4 (mais là, il y a le temps !)

Posté par sassenach à 05:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

16 janvier 2017

Celle qui a tous les dons ---- M.R. Carey

CellequiatouslesdonsLe monde a été ravagé par un virus transformant les gens en zombies affamés de chair humaine. En Angleterre, les survivants se sont majoritairement organisés sur des bases militaires où la vie a repris son cours. Sur une des bases au nord de Londres, Mélanie est une petite fille très particulière : elle vit dans une cellule, on l'emmène suivre des cours tous les jours mais pendant ses transferts, des militaires l'escortent et la surveillent de très près. Mélanie adore tout particulièrement Mademoiselle Justineau, une de ses professeurs, car celle-ci leur raconte des histoires : elle parle des mythes grecs, de la vie d'avant l'épidémie, leur raconte des contes traditionnels, ce qui fait rêver Mélanie. Mais un jour, le quotidien va changer du tout au tout et il faudra fuir et découvrir ce qui se cache derrière les murs de la base …

Voilà un roman dont on sait peu de choses quand on lit le résumé et la couverture ne nous guide pas plus. Mais j'en avais eu de bons échos (il était aussi sélectionné pour le prix CEZAM 2016) et j'ai donc foncé, surtout quand j'ai appris qu'une adaptation cinéma était en cours. Au départ, on ne sait pas trop où on est ni ce qui se passe. On découvre le monde à travers les yeux de Mélanie et cette gamine a un univers très limité : sa cellule, la salle de bains commune, la salle de classe. Ses seuls contacts se limitent aux autres enfants comme elle qu'elle ne voit pratiquement qu'en classe, aux moments des repas et aux douches, aux militaires qui l'escortent d'un endroit à un autre et les différents professeurs qui leur font cours. Cela donne une ambiance étouffante, pesante, inquiétante car on est comme Mélanie : on ne sait pas trop ce qui se passe. On apprend certaines choses au compte-goutte, ce que les professeurs veulent bien révéler aux enfants (on apprend ainsi qu'on est en Angleterre, qu'il y a eu une « Cassure », que le monde n'est plus le même, qu'il y a eu des morts). Bon, même si le lecteur reste dans le flou, il n'a pas l'âge de Mélanie et il est facile de se douter de beaucoup de choses … à part qu'on attend d'en avoir la confirmation. Le roman bascule alors dans l'action (après la contemplation) mais il faut quand même attendre presque 150 pages pour voir cette seconde partie arriver. Et là, la base est attaquée et la fuite commence : un petit groupe de personnes, des militaires, une scientifique, une professeure et bien sûr Mélanie, vont se retrouver sur la route en proie à tous les dangers. Les personnages se révèlent attachants et on a l'occasion de tous les découvrir en détail, ce qui les rend plus humains, avec leurs forces et leurs faiblesses. On va donc avoir des réponses à beaucoup de questions, des explications, de l'action, des moments d'émotion, de peur, de colère, de désespoir mais aussi de la détermination, de l'entraide, de l'amitié et de l'amour. Si la seconde partie est plus classique et plus prévisible, elle reste intéressante car le roman, en optant pour un point de vue inhabituel sur les zombies, permet de renouveler partiellement le genre. Cette originalité permet aussi de se poser des questions sur la façon dont on perçoit le genre humain, la civilisation qu'on a bâtie, sur les réactions qu'on peut avoir vis à vis de ce qui est différent. La fin est à la hauteur de l'ensemble car elle est elle aussi étonnante même si elle m'a laissée un peu dubitative sur l'avenir qu'elle laisse entrevoir. J'ai donc trouvé que c'était une bonne lecture, différente des habituelles histoires de zombies et bien menée, avec ce qu'il faut pour dévorer rapidement ce livre.

Posté par sassenach à 05:31 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

15 janvier 2017

Dilemma (version A) ---- Clarke

DilemmaAA l'an 354 avant Jésus-Christ, non loin d'Athènes, un groupe de philosophes aux talents variés se lancent dans un jeu intellectuel dont l'idée a été suggérée par Xénophon, un militaire aux idées bien arrêtées sur le comportement humain. En 1937, Michael Dorffman et sa mère découvrent de nombreuses amphores sur un site égyptien. A l'intérieur, des parchemins écrits en grec semblent dater des années 300 avant Jésus-Christ et racontent une drôle d'histoire : celle de l'humanité, avec les conquêtes, les guerres, les alliances et tous les évènements qui ont eu lieu depuis ces temps reculés. Mais Michael se rend vite compte que ces parchemins étranges intéressent beaucoup de personnes, dont certaines très dangereuses …

J'aime bien les uchronies, les réalités déformées avec des « et si … ? » et du coup, j'avais repéré cet album assez tôt … j'avais même envisagé de l'acheter lors d'un salon de la BD à Nimes mais au moment où on y était, la librairie n'avait pas encore reçu le colis contenant les albums. Du coup, j'ai donc fini par l'emprunter à la médiathèque et finalement, je ne regrette pas que ça ait tourné ainsi car j'ai été assez mitigée sur cette lecture. L'idée de départ est bonne : des philosophes grecs décident de « planifier » le futur de l'humanité et laissent des transcriptions de leurs rencontres et discussions, parchemins qui seront retrouvés bien plus tard et qui pourront alors influer sur le devenir du monde à une période très troublée puisqu'on est à la veille de la seconde guerre mondiale. Donc, de ce côté-là, rien à dire ni à reprocher. Par contre, c'est dans les détails de construction que j'ai trouvé que l'ensemble pêchait. Qui a enterré les parchemins, pourquoi, comment la manipulation peut-elle s'organiser sur une aussi longue durée et avec quel moyen, pourquoi certains courent-ils après les parchemins, je me suis posée des tas de questions de base sur la possibilité de l'histoire et ses tenants et aboutissants (j'aime les uchronies mais j'aime aussi qu'une histoire se tienne et soit crédible). Qui plus est, l'attitude de Michael ne m'a pas vraiment plu : il avait la possibilité de faire différentes choses, de réagir différemment mais finalement, il est resté assez passif. Quant au graphisme, il tend vers le réalisme mais si j'ai bien apprécié les décors et les couleurs, je n'ai pas été très fan de la représentation des personnages, particulièrement les femmes qui, franchement, ressemblent à des hommes ! En plus, leur expression semble souvent figée et artificielle, comme des masques et c'est sans compter leur manque d'originalité générale, qui ne se limite pas à leur aspect graphique. Il semblerait que l'auteur ait voulu mettre tous les genres de protagonistes qu'on peut trouver pour ce type d'histoire : le scientifique poursuivi qui ne sait pas quoi faire, sa petite amie amoureuse mais en danger, un méchant balafré et mystérieux, des vilains nazis, une société secrète qui tire les ficelles, des amis prêts à se sacrifier … enfin bref, rien de vraiment nouveau ! Cet album est la version A et il existe une version B avec une fin différente, que je suis allée découvrir sur Internet et là aussi, le dilemme de Michael n'a rien de bien original. J'ai aussi trouvé dommage que cette histoire de version n'ait pas été mieux exploitée … j'aurais bien aimé que les deux versions aient été abordées d'un point de vue différent (les philosophes grecs tenant la vedette dans la version A avec quelques liaisons en rapport avec l'Allemagne à la veille de la guerre et l'inversion pour la version B, l'Allemagne tenant le haut du pavé dans cette dernière avec des rappels occasionnels vers les philosophes grecs). Franchement, quel intérêt d'acheter deux albums où la seule différence se tient dans les cinq dernières pages ? Au final, je suis bien contente de ne pas avoir investi dans cet album car j'aurais été déçue par mon achat … un emprunt à la médiathèque a été largement suffisant !

Posté par sassenach à 04:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


14 janvier 2017

L'inversion de la courbe des sentiments ---- Jean-Philippe Peyraud

LinversiondelacourbedessentimentsRobinson, la quarantaine, tient un magasin de DVD avec l'aide de Mano, son employé toujours là pour ouvrir la boutique malgré l'absence de son patron. Robinson n'a toujours pas de petite amie stable depuis qu'il s'est séparé de Léa et il passe d'une fille à l'autre, les rencontrant par Internet sans chercher à les revoir après quelques rendez-vous. Il est néanmoins vaguement ami avec la propriétaire du bar en face de sa boutique. Pendant ce temps, Amandine, qui a eu une aventure d'un soir avec Robinson, retrouve son amie Charlène, de retour de voyage et à la recherche de son père biologique …

C'est le dessin qui m'a poussée vers cet album. J'aime bien ce trait un peu anguleux et nerveux, ces couleurs douces, ces personnages expressifs et bien caractérisés et ces décors simples mais réussis. J'avais déjà découvert cet auteur avec d'autres albums mais je n'avais pas gardé beaucoup de souvenirs des histoires qu'il racontait. Ici, il s'agit principalement de Robinson mais une multitude de personnages vont se croiser, s'entrecroiser au fil des pages : il y a Amandine et son amie Charlène, le père de Robinson qui fait quelques apparitions, Mano, l'employé au magasin de DVD et sa petite amie, Marion, la soeur handicapée de Robinson et son fils Gaspard, Françoise et Jean-Yves, les voisins de Marion et encore quelques autres protagonistes occasionnels. Sous des dehors de comédie, on découvre des sujets de société : les relations de couple, le mariage et l'adultère, la famille, les enfants à la recherche de leurs parents biologiques, la maladie (qui touche aussi bien jeunes que vieux), l'amitié, les problèmes au travail, les relations sexuelles (étonnantes pour ce genre d'album tout public … ce n'est pas forcément le genre qu'on a l'habitude de voir) et j'en passe. Certains sujets sont à peine effleurés, d'autres se taillent une belle part dans l'histoire mais au final, il s'agit surtout de mûrir, de devenir adulte, de prendre en compte les besoins des autres car Robinson se révèle, au départ, très immature et très égoïste. Il y a aussi un suspense, avec une sorte de cavale et bien des secrets seront révélés au fur et à mesure, dont un rebondissement final assez étonnant, qui clôt l'album sur un pied de nez mais qui m'a laissée assez frustrée … j'aurais bien aimé en savoir plus, voir comment tout ça allait se développer encore plus en détail mais je comprends pourquoi l'auteur a choisi cette fin … il fallait bien opter pour un moment clé et celui-ci était plutôt bien choisi (sinon, l'album aurait pu durer encore 200 pages de plus sans que je m'en lasse … un peu comme un feuilleton télé !). Cela ne va révolutionner le monde de la BD mais j'ai passé un bon moment de lecture, un peu trop bref à mon goût.

L'avis de Mo.

Posté par sassenach à 05:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

13 janvier 2017

The girls ---- Emma Cline

ThegirlsEvie Boyd est maintenant une femme mûre et solitaire, qui vit provisoirement dans une maison que lui prête un ami. Un soir, le fils du propriétaire, la vingtaine, arrive sans prévenir, accompagné de sa petite amie adolescente. Quand il découvre que la maison est déjà occupée et qu'il apprend l'identité d'Evie, il évoque immédiatement les évènements ayant eu lieu en 1969 et dans lesquels Evie a été plus ou moins impliquée. Pour cette femme malheureuse, c'est l'occasion de se remémorer son adolescence morose dans le nord de la Californie, vivant chez sa mère jeune divorcée et en recherche d'un homme pour occuper les longues heures de solitude. La jeune Evie, quatorze ans, n'a qu'une seule amie, Connie, qu'elle connait depuis son enfance et les quelques garçons qu'elles côtoient se limitent au frère ainé de Connie et ses amis. Alors, quand Evie fait la connaissance, par hasard, de Susan, une jeune femme à peine plus âgée qu'elle, elle est subjuguée par ce qu'elle découvre : communauté hippie, liberté de mouvement et de pensée, entraide, attention des uns pour les autres, amour libre, fascination pour Russell, le leader du groupe et musicien à ses heures perdues …

C'est étonnant qu'il y ait eu deux livres, un français et un américain, qui soient parus lors de la dernière rentrée littéraire et qui aborde tout les deux le même thème, le massacre perpétré par la famille Manson en août 1969. Je comptais donc lire les deux et j'ai commencé par le titre américain, qui aborde le sujet de façon totalement romancée car les noms ont été totalement changés, de même que les victimes qui sont différentes. Le seul point commun avec la réalité est le fait que les crimes ont été perpétré par un groupe de filles et un garçon, tous assez jeunes, membres d'une communauté hippie, dirigée de main de maitre par un gourou manipulateur. Il y a d'autres petits détails disséminés au fil des pages (le bus noir, le fait que Russell est musicien, le fait que certains membres de la famille ont des enfants par exemple) mais tout le reste est inventé (tout en ressemblant vaguement à ce qui s'est passé). L'auteure, qui est elle aussi bien jeune (elle n'a pas encore trente ans), signe là son premier roman et elle se focalise plutôt sur les affres de l'adolescence. Elle nous montre une Evie qui s'ennuie, qui espère plus de la vie, qui est délaissée par ses parents, qui n'a que peu d'amis et qui s'éveille au sexe. Comme tous les adolescents, ses sentiments sont poussés à l'extrême et quand elle découvre Susan et la communauté où elle vit, il lui semble enfin qu'elle a trouvé l'endroit idéal où vivre, un endroit où on se soucie d'elle, où elle compte vraiment pour ce qu'elle est. Mais, parce que l'histoire commence de nos jours et revient vers la jeunesse d'Evie sous forme de longs flashbacks, on découvre aussi une Evie adulte, qui ne se fait plus d'illusions et qui est finalement toujours aussi seule. J'ai trouvé l'ambiance assez plombante, assez lourde car je n'ai pas trouvé Evie très sympathique, même si elle m'a paru être assez représentative des adolescents et de l'époque de la fin des années 1960. En fait, en y réfléchissant bien, personne n'est sympathique dans ce roman ! On a la sensation que tous sont à la dérive, sans but, sans attache, sans amour et que les relations décrites n'existent pas vraiment, que tout est mensonge et apparence. Du coup, j'ai eu un peu de mal à avancer dans cette lecture car la motivation pour revenir au livre chaque matin n'était pas très forte (vu que je n'avais aucun attachement pour les protagonistes). Qui plus est, je n'ai pas vraiment trouvé qu'il y avait une montée en puissance du drame à venir, cela m'est apparu précipité et sans grand intérêt alors qu'il aurait pu y avoir une forte tension de ce côté-là et un certain nombre de questionnements. Mais non, l'auteure s'est limitée aux lamentations parfois infondées de la jeune Evie, qui ont fini par me lasser un peu. Qui plus est, j'ai parfois trouvé le style un peu ampoulé, voire même ridicule dans certaines expressions (du genre leur regard dégoulinait sur moi). J'espère que j'apprécierai mieux le titre français qui semble plutôt lorgner du côté du documentaire.

Posté par sassenach à 04:26 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

12 janvier 2017

Promenade des Canadiens, Espagne 1937 ---- Carlos Guijarro

PromenadedescanadiensCharlie et un couple d'amis sont en vacances à Torre del Mar, près de Malaga, sur la côte sud espagnole. Entre plage, balades et restaurants, c'est la détente complète. Mais lors d'une promenade le long du front de mer, en bordure des falaises, sur ce qui est appelé maintenant la Promenade des Canadiens, les trois amis se demandent les raisons de ce nom. Celui-ci a été donné en hommage au docteur Norman Bethune, Canadien qui a apporté son aide à la population espagnole pendant la guerre civile. Mais Charlie, dont la curiosité a été piquée par une conversation qu'il a eu avec un vieil homme espagnol sur cette promenade, effectue des recherches plus poussées et découvre ce qui s'est passé en février 1937, quand Malaga a vu arriver l'armée de Franco à ses portes, obligeant la population à fuir et à se retrouver coincée sur cette route de bord de mer …

Je ne connais pas grand chose à la guerre civile espagnole malgré mes quelques lectures (toutes grâce à des albums BD sur ce sujet) et du coup, j'en apprend tout le temps. Voilà donc un moment de la guerre dont j'ignorais tout ! Mais ce qui me rassure, c'est qu'il semble, d'après l'auteur, que les Espagnols ne soient pas plus au courant que moi. J'ai donc découvert qui était Norman Bethune et ce qu'il a fait pour la population espagnole et j'ai bien sûr découvert l'exode massif des habitants de la ville tentant d'échapper aux forces de Franco et qui vont se retrouver piégés sur cette route côtière allant à Almeria. Pour faciliter l'histoire, Charlie et ses amis vont rencontrer une vieille dame qui avait douze ans à l'époque de cet événement et qui a fui la ville en compagnie de sa famille. C'est donc elle la narratrice du récit : elle raconte ses souvenirs, l'ambiance qui régnait en ville, son père instituteur qui aidait à l'alphabétisation des soldats républicains, sa mère bénévole à l'hôpital, sa soeur ainée et elle qui restaient encore bien innocentes avant le terrible exode. Mais elle parle aussi de leur fuite, des massacres, de ce qui est arrivé à ses parents, à des amis, aux gens sur la route : c'était le début de la guerre moderne, où personne n'est épargné, où les civils sont autant en danger que les militaires et elle montre bien l'incompréhension générale de ces gens qui se retrouvent en péril. C'est un récit purement fictionnel car la narratrice n'est pas une personnel réelle mais l'auteur s'est appuyé sur ses recherches pour raconter les faits de façon à coller au plus près à la réalité tout en lui donnant un aspect attachant et émotionnel car voir cette période à travers les yeux d'une petite fille est toujours plus marquant. A part que cela n'a que moyennement fonctionné pour moi : j'ai aimé découvrir les faits car c'est bien détaillé et bien expliqué et qu'on comprend bien ce qui s'est passé mais je n'ai pas été vraiment touchée, peut-être parce que l'ensemble me donnait trop l'impression d'un cours d'Histoire. Le dessin est classique, réaliste, précis et fin, avec de la couleur pour les moments actuels et du sépia pour les moments du passé et de la guerre. Je suis restée plutôt neutre de ce côté-là, le graphisme ne me déplaisant pas mais ne m'enthousiasmant pas non plus. Il porte le récit sans se faire particulièrement remarquer. Dans l'ensemble, c'est un album que j'ai assez apprécié par son côté didactique et découverte d'une période méconnue mais qui m'a laissée assez tiède côté émotionnel alors que le sujet est pourtant tragique.

Posté par sassenach à 04:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

11 janvier 2017

Cartier-Bresson, Allemagne 1945 (Magnum Photos tome 2) ---- Morvan et Savoia

Magnumphotos2CartierbressonEn mai 1946, le photographe Henri Cartier-Bresson s'apprête à partir pour les Etats-Unis où une exposition va lui être dédiée à New York. Dans ses valises, il a sélectionné 300 clichés pris entre 1932 et le jour de son départ. Sur le transatlantique, il se remémore sa vie de photographe pendant la seconde guerre mondiale, quand il était engagé dans le service « Film et photographie » de l'armée française. Avant d'être arrêté par les Allemands, il avait eu le temps d'enterrer son appareil Leica et d'envoyer ses négatifs à son père. Durant son emprisonnement, il essaiera plusieurs fois de s'enfuir du stalag …

De ce photographe, je ne connaissais que le nom et le fait qu'il était co-fondateur, avec Capa, entre autres, de l'agence Magnum. Du coup, c'est une lecture qui m'a fait découvrir beaucoup de choses. Le dessin gris, noir et blanc tout en finesse et en réalisme, m'a bien plu. Il paraît assez classique de prime abord mais je lui ai trouvé un petit côté moderne et un certain caractère, particulièrement dans les visages. Je trouve que c'est un graphisme qui va bien avec le sujet et qui se prête bien à représenter certaines des photos de Cartier-Bresson. J'ai donc appris beaucoup de choses au sujet de ce photographe : les conditions de vie dans le stalag, sa ténacité pour s'évader, ses reportages à la libération, son besoin de photographier la vie qu'il voit autour de lui, comme un témoignage, un instant de vie figé à jamais. On le voit rencontrer Capa et d'autres personnes connues. Mais contrairement à mon ressenti lors ma lecture de « Capa, l'étoile filante » où je n'avais pas vraiment apprécié ce photographe, j'ai trouvé Henri Cartier-Bresson sympathique et humain et du coup, j'ai forcément plus apprécié cette lecture, même si je n'ai pas trouvé beaucoup d'émotion dans l'ensemble. Le récit semble détaché, sans implication autre que les faits. A la fin de l'album, il y a un dossier bien étoffé concernant l'ensemble de son oeuvre, avec un bon nombre de photos et je me suis aperçue que je n'avais jamais vu ces photos-là, qui sont pourtant parmi les plus célèbres de lui. Autant dire que ce fut une totale découverte pour moi !

Posté par sassenach à 05:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

10 janvier 2017

Walking dead tomes 1 à 26 ---- Robert Kirkman, Tony Moore et Charlie Adlard

Walkingdead1Tome 1 : Passé décomposé

Rick est policier et se retrouve blessé lors d'une interpellation. Il tombe dans le coma et se réveille quelque temps plus tard mais la petite ville qu'il habitait n'est plus du tout la même. Il s'en rend compte dès qu'il commence à se déplacer dans l'hôpital : des cadavres jonchent les couloirs et des zombies squattent plusieurs salles. Rick ne comprend pas ce qu'il se passe et décide de retourner chez lui pour essayer de retrouver sa femme et son fils mais la maison, comme le reste de la ville, est abandonnée aux morts-vivants. Il rencontre néanmoins un père et son fils survivants qui lui racontent comment ces zombies ont commencé à coloniser tous les lieux et lui suggèrent que la famille de Rick a du rejoindre Atlanta car le gouvernement avait déclaré, avant que cessent toutes les communications, qu'ils allaient protéger les grandes villes en priorité

Cela faisait un bon moment que je n'arrêtais pas de regarder avec envie cette série en librairie à cause du thème et du côté comics que j'aime bien. Mais le fait qu'il y a déjà 13 tomes de parus a de quoi calmer les enthousiasmes alors j'espérais fortement que la bibliothèque allait se décider à les acheter, vu les demandes régulières des usagers à ce propos. Et ce fut fait ! Dès que j'ai vu le tome 1, je n'ai pu résister, même en sachant qu'il se passerait probablement du temps avant que j'arrive à mettre la main sur la suite. Et je dois dire que je ne suis pas déçue pour le moment. Le dessin noir et blanc est peut-être prévisible et sans surprise pour ce genre d'album mais je l'ai trouvé très agréable et les personnages sont suffisamment différents d'aspect pour que je ne me sois pas mélangée les pinceaux à les reconnaître. L'histoire n'est pas sans rappeler le début du film de Danny Boyle, « 28 jours plus tard », où le héros se réveille d'un coma dans un hôpital londonien déserté dans un monde en proie aux zombies. Mais dans Walking Dead, Rick va vite retrouver, par hasard, des survivants qui essaient de s'organiser comme ils peuvent. Et c'est particulièrement cet aspect-là de l'histoire qui m'intéresse : comment survivre devant l'adversité, dans un monde où tous les repères sont bouleversés et où le confort et les commodités habituelles ont disparu. Dès ce premier tome, on sent déjà des tensions se dessiner entre certains survivants, promettant ainsi des rebondissements intéressants. J'ai déjà réservé le tome suivant mais il ne devrait pas rentrer avant la fin du mois … ces quelques jours d'attente risquent d'être longs car ma curiosité est bien piquée !

***

Edit du billet du 13 mai 2011

Attention, spoilers !

Walkingdead2Tome 2 : Cette vie derrière nous

Le groupe mené par Rick décide, après avoir enterré leurs morts, de se déplacer et d'abandonner ainsi les mauvais souvenirs derrière eux. Ils espèrent trouver un endroit assez vaste et sécurisé pour tous s'installer à leurs aises mais en attendant, ils partagent le camping-car de Dale. Le moindre trajet n'est pas facile à cause des épaves qui jonchent les routes mais c'est aussi l'occasion pour eux de rencontrer de nouveaux survivants qui se joignent au groupe. Mais la nourriture aussi commence à se faire rare et ils savent qu'ils seront contraints de chasser, ce qui est toujours risqué …

Le premier truc qui m'a sauté aux yeux en entamant ce tome, ce fut un changement dans le graphisme, que j'ai trouvé plus « épais » que dans le premier volume, avec une certaines difficulté à reconnaître les personnages (mon « big » problème !). J'ai donc été surprise car je ne savais pas qu'il y avait eu un changement de dessinateur … autant dire que je préférais Tony Moore (d'ailleurs, c'est lui qui continue à dessiner les couvertures). Mais bon, ce n'est quand même pas une cata et puis, l'histoire me passionne toujours autant si ce n'est plus car on rentre dans le vif du sujet, c'est-à-dire les réactions des gens confrontés à des situations qui les dépassent et comment ils s'organisent. Comme l'auteur le dit dans la postface de l'album, l'histoire de zombies est accessoire pour décrire une société complètement chamboulée et voir ce dont les survivants sont capables. Là, c'est la recherche d'un lieu sûr, de nourriture, avec la rencontre de nouveaux personnages aux buts et aux idées très différentes du petit groupe auquel on commence à s'habituer. Et je dois dire que j'ai parfois été un peu perdue au milieu de ces nombreux personnages et il m'a plusieurs fois fallu que je revienne en arrière pour me remémorer un prénom ou un contexte de rencontre (et le problème d'identification des visages ne m'a certes pas aidée !). Il y a une montée en puissance dans la psychologie, certains personnages prennent un peu plus le devant de la scène (mais bon, pour Rick, cela n'a rien d'étonnant vu qu'on est centré sur lui depuis le départ) et il y a suffisamment d'action et de rebondissements pour faire tourner les pages (mais rien que le contexte aurait été suffisant pour moi !). Je n'ai qu'un mot à dire : vivement la suite (déjà réservée à la bibliothèque … j'espère surtout l'avoir avant les vacances !)

***

Edit des billets du 13 mai 2011 et du 9 juin 2011

Attention, spoilers !

Walkingdead3Tome 3 : Sains et saufs ?

Rick, sa famille et « son » groupe découvre enfin un lieu qui pourrait leur servir d'abri sûr : une immense prison, entourée de grillages. Mais un bon nombre de zombies errent dans la cour centrale. Une petite équipe de « nettoyage » pénètre sur les lieux et commence à éliminer les cadavres ambulants. Ils arrivent alors au réfectoire où ils découvrent quatre hommes en train de manger. C'est donc avec joie que le groupe attaque cette immense réserve de nourriture après avoir souffert longtemps de la faim mais la joie est brève car les quatre hommes se révèlent être des prisonniers …

Il faut croire que je me suis habituée au dessin de Charlie Adlard car je n'ai pas eu les problèmes d'identification qui avaient un peu perturbé ma lecture du tome 2 ! Il semble cette fois que le groupe de Rick ait trouvé l'endroit idéal où s'installer, même si celui-ci a bien besoin d'être sécurisé par une bonne chasse aux zombies. On sent l'espoir qui renait dans le groupe, avec l'accès à des stocks importants de nourriture, la possibilité de s'isoler des autres, de se laver et de changer de vêtements, mais des drames vont avoir lieu (forcément, sinon il n'y aurait plus d'histoire !), certains surprenants et d'autres plus prévisibles. Les réactions sont parfois étonnantes et cette variété dans la façon d'appréhender leur situation est vraiment intéressante et est représentative des différents caractères. Les tensions internes, qui s'étaient atténuées au début du tome, reprennent de la puissance dans les dernières pages et la fin nous laisse vraiment le bec dans l'eau avec un retournement de situation qui donne envie de se jeter immédiatement sur le tome suivant … et c'est vraiment râlant car avec notre départ en vacances, il va falloir qu'on attende notre retour pour enchainer avec le tome 4 !!!

***

Edit des billets du 13 mai 2011, du 9 juin 2011 et du 26 juin 2011

Attention, spoilers !

Walkingdead4Tome 4 : Amour et mort

Le groupe de Rick se retrouve en mauvaise posture après avoir subi de nombreux drames : Dexter, un des prisonniers survivants, les menace d'une arme et veut qu'ils quittent la prison et ses murs protecteurs. Mais en allant récupérer des fusils, il a aussi laissé sortir, sans le savoir, un groupe de zombies affamés qui en profite pour attaquer. Tout le monde se concentre donc sur les mort-vivants mais Rick n'a pas l'intention de se laisser chasser du seul endroit à peu près sûr qu'ils ont découvert …

C'est toujours avec impatience que j'attaque la lecture d'un nouveau tome de cette série. On se demande forcément ce qui va arriver à Rick et ses amis dans ce monde de brutes affamées de chair fraiche (et en fait, les brutes ne se limitent pas aux zombies !). Cette fois, pas de fuite en avant, le groupe semble trouver ses marques dans cette prison, espérant pouvoir reconstruire un semblant de monde civilisé à l'abri des mort-vivants. Mais encore une fois, cela ne va pas être simple. Quand les dangers liés aux zombies passent au second plan, c'est nos petits travers humains, les jalousies, les envies, les trahisons, les oppositions qui pointent le bout de leur nez. Et tous ces défauts sont exacerbés par la peur sous-jacente, le désespoir de voir qu'il n'y aura pas forcément des secours à arriver. Les auteurs ont su, via l'histoire et le dessin toujours égal à lui-même, nous montrer nos côtés sombres et nous prouver que quoi qui se passe, il nous faut du temps pour évoluer et oublier notre style de vie antérieur à la catastrophe. Si certains lecteurs restaient dubitatifs quant au fait que c'était une histoire de zombies alors que j'affirme que c'est avant tout une histoire humaine, ce tome est là pour montrer que les auteurs sont plus intéressés par les survivants, leurs actions et leurs sentiments que par des scènes purement violentes (même si elles sont indubitablement présentes, ce qui est inévitable vu l'histoire !). Le tome 5 est déjà réservé à la bibliothèque, c'est vous dire comme je suis impatiente de découvrir la suite !

***

Edit des billets du 13 mai 2011, du 9 juin 2011, du 26 juin 2011 et du 8 septembre 2011

Attention, spoilers !

Walkingdead5Tome 5 : Monstrueux

Après beaucoup de problèmes et de tensions, le groupe de Rick semble enfin trouver une sorte d'équilibre et de sérénité. La prison leur permet d'avoir plus de place, plus d'intimité et surtout de se sentir enfin à peu près en sécurité. Mais les non-dits continuent à empoisonner la vie quotidienne et les relations, particulièrement entre Rick et Tyreese. Mais alors que la routine s'installe, un hélicoptère passe dans le ciel et va s'écraser à l'horizon dans une forêt. Rick monte alors une petite équipe pour aller voir d'où cet hélico provient et s'il y a des survivants …

 On aurait pu croire que cet album allait être plutôt tranquille et allait se focaliser sur la vie quotidienne des survivants car pour l'instant, on ne peut pas dire qu'ils aient été bien tranquilles ! Mais le titre laissait penser le contraire et il n'avait pas tort. C'est peut-être pour l'instant l'album que je trouve le plus dur et le plus violent car on découvre que, si ce nouveau monde a exacerbé les qualités et la grandeur d'âme de certains, il a aussi exacerbé les défauts, la folie et la violence (alors qu'on pourrait plutôt s'attendre à l'apparition d'une certaine forme de solidarité entre survivants). Rick va se retrouver en très mauvaise posture, il n'est d'ailleurs pas le seul et on se demande franchement comment il va se sortir de ce mauvais pas. J'étais jusqu'à présent très impatiente de mettre la main sur la suite mais là, je crois que c'est encore pire ! Heureusement, le tome 6 ... mais aussi les tomes 7,8 et 9 sont déjà entre mes mains alors la prochaine fois, vous aurez une chronique sur 4 albums groupés !

***

Edit des billets du 13 mai 2011, du 9 juin 2011, du 26 juin 2011, du 8 septembre 2011 et du 4 octobre 2011

Attention, spoilers !

Walkingdead6Tome 6 : Vengeance

Rick se remet progressivement de l'attaque que lui a fait subir le Gouverneur de Woodbury et se fait ami avec le médecin et son aide infirmière. Mais alors qu'un combat est organisé pour distraire la population du village, un des combattants meurt et le Gouverneur demande à Michonne de prendre sa place, pensant que la jeune femme a été brisée par les tortures qu'il lui a infligées …

 

Walkingdead7Tome 7 : Dans l'oeil du cyclone

Rick et ses amis ont réussi à s'enfuir de l'enfer de Woodbury et la vie reprend tranquillement entre les murs de la prison qui leur sert de refuge. Lori ne va pas tarder à accoucher, le potager fournit des légumes et des fruits frais mais Rick reste inquiet. Il est convaincu que les gens de Woodbury vont se lancer à leur recherche et il veut que sa communauté soit prête à parer d'éventuelles attaques …

 

Walkingdead8Tome 8 : Une vie de souffrance

Les craintes de Rick se révèlent fondées : la prison subit l'attaque en règle des gens de Woodbury, entrainé par l'infâme Gouverneur. Malgré leur préparation, Rick et ses amis sont en trop petit nombre et sous-équipés pour repousser les assaillants mais ils vont se défendre avec l'énergie du désespoir …

 

Walkingdead9Tome 9 : Ceux qui restent

Rick a du mal à accepter le massacre qui a eu lieu à la prison et qui a décimé sa petite communauté. Malgré la fuite d'un petit nombre d'entre eux avant la débandade finale, il se sent responsable de n'avoir pas su protéger ses amis et c'est seul avec Carl qu'il se retrouve sur la route, à essayer de survivre tant bien que mal …

Cette fois-ci, vu que j'ai eu l'occasion de lire plusieurs tomes à la suite les uns des autres, je rédige donc un billet un peu plus global sur l'ensemble des 4 tomes lus. Et là, ce n'est pas n'importe quels tomes car ils annoncent un changement majeur dans l'histoire. Tout d'abord, le tome 6 est assez violent car le personnage du Gouverneur est vraiment horrible (et que tous les tomes où je l'ai vu apparaître pour l'instant m'ont paru violents et durs !) mais je trouve quand même qu'il y a une justice quelque part. Rick, après avoir encore subi violences, pressions dues à sa responsabilité de meneur et trahisons en tous genres, commence à douter de sa propre humanité et son développement psychologique est intéressant à découvrir. Le tome 7 s'annonce plutôt calme, comme son titre l'indique, ce qui permet un peu aux lecteurs de souffler mais le danger n'est jamais loin et a tension monte en puissance avec un final surprenant et qui annonce la couleur de la suite ! Le tome 8 est celui que je trouve le plus « charnière » car il va se passer de nombreuses choses et bon, la mort sera au rendez-vous. C'est peut-être le plus dur à lire car j'ai fini par m'attacher à tous ces personnages et je n'avais pas envie de les voir en si grande difficultés mais les auteurs n'ont pas de pitié pour leurs lecteurs (ni pour leurs personnages d'ailleurs mais au moins, cela paraît plus réel … la vie n'est pas tendre non plus !). Il y a quelques scènes choc, dont une particulièrement horrible vers la fin. Et pour finir ce bloc de lecture, le tome 9 s'ouvre sur un nouveau mode de vie, comme un retour en arrière avec la fuite en avant, la solitude et les déplacements sans autre but que de survivre et de trouver un endroit sûr. Carl est bien mis en valeur dans ce tome mais on a mal pour ce jeune garçon obligé de grandir trop vite. Mais un nouveau but se profile à l'horizon et je suis impatiente de voir comment tout ça va tourner (mais j'ai déjà les tomes 10 et 11 à la maison) !

***

Edit des billets du 13 mai 2011, du 9 juin 2011, du 26 juin 2011, du 8 septembre 2011, du 4 octobre 2011 et du 22 octobre 2011

Attention, spoilers !

Walkingdead10Tome 10 :Vers quel avenir ?

Le petit groupe qui s'est reformé tant bien que mal continue de se déplacer vers Washington. Mais les tensions sont présentes car la confiance n'est pas encore totale entre les nouveaux arrivés et les anciens de la communauté de Rick. Lors d'un ravitaillement, ils découvrent des zombies trop faibles pour les attaquer mais ils ne comprennent pas pourquoi ils sont dans cet état. Et quand le groupe arrive non loin de l'ancienne région de Rick, celui-ci a envie d'aller prendre des nouvelles de certaines personnes qu'il avait laissé derrière lui mais aussi de profiter pour augmenter leur stock d'armes en les prélevant dans son ancien poste de police …

Walkingdead11Tome 11 :Les chasseurs

Alors que le groupe continue son voyage vers Washington, un drame survient lors d'une pause : Ben tue son jumeau et certains des nouveaux arrivants, inquiets de voir le gamin devenir fou, pensent qu'il faut alors s'en débarrasser aussi. Dale et Andrea, qui s'occupaient des jumeaux, s'opposent à cette décision et Dale est dévasté par la tristesse. Qui plus est, Andrea a remarqué des silhouettes dans les bois alentours, comme si quelqu'un les observait …

Walkingdead12Tome 12 : Un monde parfait

Rick et son groupe se remettent difficilement de leur affrontement avec les chasseurs mais la vie continue. Washington se rapproche mais l'espoir qu'ils mettaient à rejoindre cette ville a bien diminué suite à des révélations inattendues. Et à nouveau, les voilà confrontés à une nouvelle rencontre : un homme vient les aborder pour leur proposer de rejoindre leur communauté sécurisée. Cela semble presque trop beau pour être vrai mais la faim, le manque de vivres et les difficiles conditions de vie pousse le groupe à accepter malgré le doute qui tenaille Rick …

Walkingdead13Tome 13 : Point de non-retour

La communauté d'Alexandria semble un havre de paix et de normalité. Rick a été appointé shérif et tout le monde a trouvé un travail selon ses compétences. Mais Douglas, considéré comme le chef du village protégé, ne parvient pas à convaincre Rick quant à son aptitude à protéger les habitants, que ce soit du danger pouvant provenir de l'extérieur comme celui venant de l'intérieur …

Walkingdead14Tome 14 : Piégés !

Après le drame qui a secoué la communauté d'Alexandria, Douglas a laissé les commandes à Rick. Mais attirés par le bruit des coups de feu, des hordes de zombies sont aux portes du village, menaçant la sécurité de tous, les isolant les uns des autres quand une brèche dans le mur libère un flot de morts-vivants dans les rues …

 Comme précédemment et comme j'enchaine la lecture des tomes avec en général peu de délais (en fonction de l'arrivée des titres réservés à la bibliothèque), j'ai préféré essayer de grouper l'avis de plusieurs tomes ensemble, histoire de ne pas me retrouver avec un billet avec 14 mises à jour différentes ! Cette fois, ce sont les derniers tomes parus qui me sont passés avidement entre les mains … ça ne chôme pas dès qu'ils arrivent ! Le tome 10 s'axe plus sur l'influence de ce nouveau genre de vie sur les enfants du groupe mais bien sûr, cela ne se limite pas à ce thème puisqu'il y a aussi une sorte d'évolution un peu mystérieuse dans le monde des zombies et comme à presque chaque tome, on a l'arrivée de nouveaux personnages, histoire de mettre de l'animation (comme s'il n'y en avait pas déjà assez ! mdr !). Le tome 11 commence de façon assez dure mais est dans la continuité du précédent, montrant comment les enfants s'adaptent plus ou moins bien à ce nouveau monde. Et si le tome 10 m'avait paru relativement calme, avec ce nouvel opus, on retrouve la difficulté de survivre et les auteurs nous prouvent encore une fois que le danger ne vient pas que des zombies ! A la fin, la question de l'humanité de Rick et ses amis est remise sur le tapis et là, je dois dire que je me suis posée un peu plus de questions qu'habituellement ! Le tome 12 nous ramène dès le début à un groupe à l'équilibre modifié à cause des drames survenus précédemment mais l'arrivée de nouveaux survivants apparemment bien installés dans un village protégé amène une lueur d'espoir. Mais comme Rick, on se demande où est le piège et si cette communauté est vraiment si bien qu'elle le paraît et je me suis longtemps attendue à un événement choc. Cela fait vraiment bizarre de retrouver une vie normale comme «avant les zombies » et un Rick propre et rasé de frais (moi, je l'aime bien avec ses cheveux longs et sa barbe !). D'ailleurs, je ne suis pas la seule à trouver cette nouvelle vie bizarre … certains personnages aussi . Et le tome 13 me fournit enfin le petit grain de sable qui va un peu enrayer la belle organisation du village, où on peut se rendre compte que l'humain reste toujours basiquement une bête cachée sous des dehors policés. Mais pour l'instant, il semble bien petit, ce grain de sable mais la fin laisse présager un tome suivant prometteur. Et effectivement, la tranquillité de la communauté ne va durer très longtemps avec un tome 14 qui replonge nos personnages favoris dans l'enfer … encore une fois. Le havre de paix qu'ils avaient trouvé se révèle être, sous certains côtés, un piège d'où il est difficile de s'extraire, surtout quand les gens sont éparpillés un peu partout alors que les zombies sont, eux, bien regroupés en bandes de grande taille. Il y a encore des drames mais étonnamment, la fin n'est pas aussi sombre qu'on pourrait s'y attendre mais il faudra attendre le tome suivant pour en savoir plus et vu son titre, je crains un peu pour certains des personnages ! Vivement février !

***

Edit des billets du 13 mai 2011, du 9 juin 2011, du 26 juin 2011, du 8 septembre 2011, du 4 octobre 2011, 22 octobre 2011 et du 21 janvier 2012

Attention, spoilers !

Walkingdead15Tome 15 : Deuil et espoir

Après l'attaque de la communauté d'Alexandria par les zombies et la blessure de Carl, Rick a du mal à reprendre pied. Carl est toujours dans le coma et il a peu d'espoir de le voir se réveiller un jour mais il continue à essayer d'organiser le village sur du long terme. La décision de creuser un fossé de protection et d'explorer à nouveau les environs pour trouver de la nourriture et des habits, tout en observant comment améliorer la défense aux alentours permet à Rick d'éviter de trop penser à son passé et à ce qu'il devient …

Je ne pouvais pas attendre trop longtemps pour lire ce dernier tome paru, surtout que le précédent se terminait sur un suspense (bon, d'accord, j'étais allée fouiner sur les sites américains pour savoir ce qui allait se passer car je ne pouvais pas patienter jusqu'à ce que ce soit enfin mon tour dans la liste des réservations pour ce tome 15 à la bibliothèque !). Comme d'habitude, on enchaine à l'issue du tome précédent et on découvre une communauté secouée par l'attaque des zombies et comme après chaque période intense, l'histoire semble se calmer un peu. Le tome 15 se concentre plus sur le ressenti des différents personnages, sur leurs doutes, leurs peurs, leurs interrogations mais bien sûr, il faut quand même un fil conducteur pour faire avancer l'ensemble mais je ne vous le révèlerai pas … disons qu'il y a des tensions et des jalousies ! Comme d'habitude, le danger se situe donc aussi bien à l'extérieur qu'à l'intérieur. J'ai trouvé cette lecture toujours aussi facile et passionnante mais il me semble que le thème abordé dans ce tome l'a déjà été dans des précédents et je lui ai donc trouvé moins d'intérêt et une petite sensation de déjà vu. Et franchement, je me demande vers où les auteurs vont pouvoir amener l'histoire dans le prochain volume … il me semble qu'ils ont déjà couvert une grande partie des possibilités et j'ai peur qu'ils finissent par tourner en rond, ce qui serait vraiment dommage !

***

Edit des billets du 13 mai 2011, du 9 juin 2011, du 26 juin 2011, du 8 septembre 2011, du 4 octobre 2011, 22 octobre 2011, du 21 janvier 2012 et du 10 avril 2012

Attention, spoilers !

Walkingdead16Tome 16 : Un vaste monde

Après avoir essuyé une tentative de rébellion, la communauté d'Alexandria menée par Rick s'organise de mieux en mieux mais il devient de plus en plus difficile de trouver de la nourriture et s'approvisionner dans les environs. Rick, toujours un peu anxieux malgré le rétablissement de son fils Carl, repousse les tentatives de rapprochement d'Andrea. C'est dans ce climat d'inquiétude que Michonne et Abraham rencontrent, lors d'une de leurs sorties pour trouver un point de ravitaillement, un homme visiblement doué pour se battre et survivre. Celui-ci affirme qu'il vient d'une communauté de 200 survivants située à une trentaine de kilomètres et que celle-ci est prête à faire du troc avec eux mais Rick ne sait pas s'il doit lui faire confiance ou s'il est juste un éclaireur venu repérer les lieux pour une future attaque …

Cette fois, cela a été plus long pour obtenir ce tome à la bibliothèque mais du coup, j'aurais moins à attendre entre cette lecture et la parution du prochain volume, prévu de sortir à la fin janvier ! J'avais été un peu moins emballée par le tome précédent et ce fut confirmé quand je me suis attaquée à celui-ci : je ne me rappelais presque pas de ma lecture précédente, signe qu'elle m'avait moins marquée que les autres. Mais comme il y a un petit résumé en début de volume, cela n'a pas été un problème. L'histoire est relancée par l'arrivée d'un nouveau personnage, avec l'incertitude quant à son but réel. Est-il vraiment ce qu'il affirme ? Est-il dangereux ? On se pose la question en même temps que Rick ! Et la communauté d'où il provient est-elle agressive ? Découvrir que de larges groupes ont survécu et se sont organisés vient chambouler Rick et ses amis, eux qui n'avaient jusqu'à présent rencontré que de petites communautés souvent violentes ou carrément des bandes prêtes à tuer pour un butin dérisoire. Et forcément, si cette communauté s'est organisée pour attaquer les autres, Rick se dit qu'ils auront vraiment peu de chances devant un si grand groupe. Là encore, la question de la confiance à accorder aux gens rencontrés a déjà été traitée dans les tomes précédents donc j'ai encore eu la sensation de déjà-vu. La fin laisse pourtant présager une relance de l'histoire avec une décision prise par Rick qui risque d'être intéressante, même si elle n'est pas très originale en elle-même. Je lis cette série avec toujours le même plaisir mais je trouve néanmoins qu'elle commence à s'essouffler un peu et que certains sujets reviennent régulièrement sans apporter de réelles nouveautés. Mais je vais quand même me jeter sur le tome 17 quand il paraitra !

***

Edit des billets du 13 mai 2011, du 9 juin 2011, du 26 juin 2011, du 8 septembre 2011, du 4 octobre 2011, 22 octobre 2011, du 21 janvier 2012, du 10 avril 2012 et du 2 janvier 2013

Attention, spoilers !

Walkingdead17Tome 17 : Terrifiant

Rick et quelques-uns des habitants d'Alexandria sont partis voir la communauté de La Colline et sont satisfaits de ce qu'ils ont découvert. Une sorte de partenariat a même été décidé entre les deux communautés : la Colline fournira des vivres à Alexandria en échange de leur protection contre une bande sanguinaire menée par un certain Negan, qui s'accapare tout ce qu'elle peut. D'ailleurs, sur la route du retour vers Alexandria, Rick et ses amis rencontrent des hommes de Negan et ceux-ci, malgré les menaces, sont vite dominés par Rick et son groupe et une fois arrivés chez eux, la vie de la communauté reprend son quotidien. Mais la bande de Negan se pointe aux portes d'Alexandria, cette fois bien plus étoffée que les quelques hommes rencontrés en chemin …

Pas facile de se replonger dans l'histoire quand le dernier tome lu commence sérieusement à dater ! Heureusement que le petit résumé fourni en début d'album aide bien à se repositionner dans les évènements ! Après avoir lu Kick-Ass et ses planches colorées, j'avoue que cela m'a fait du bien de retrouver le dessin sobre et noir et blanc de Charlie Adlard. Ce tome-ci m'est apparu comme un tome de transition, avec la découverte d'une nouvelle communauté bien organisée et l'entente qui se décide entre elle et celle d'Alexandria. Mais il semble que Rick a eu cette fois les yeux plus gros que le ventre et qu'il ait accepté de s'attaquer à plus gros que lui, sans le savoir vraiment. La bande de Negan n'a rien à envier au Gouverneur, que l'on avait rencontré dans les tomes précédents et je crois que cela va être un méchant qui va bien m'énerver. Il y a encore une fois des rebondissements dans l'histoire, avec bien sûr, des morts (enfin, je pense surtout à un en particulier) et les auteurs nous prouvent à nouveau que les hommes sont bien plus effrayants et dangereux que les zombies. D'ailleurs, ces derniers semblent passer au second plan, faire partie de la routine et leur élimination une corvée quotidienne, au même titre que la vaisselle ou le ménage. Un retournement de situation arrive en seconde moitié d'album, inattendu, mais finalement, on comprend mieux celui-ci quand on lit la fin et on espère que tout va se dérouler pour le mieux, tout en craignant un certain nombre de pertes humaines. Il me tarde de lire le tome suivant mais comme il vient juste de paraître, la bibliothèque ne l'a pas encore acheté !

***

Edit des billets du 13 mai 2011, du 9 juin 2011, du 26 juin 2011, du 8 septembre 2011, du 4 octobre 2011, 22 octobre 2011, du 21 janvier 2012, du 10 avril 2012, du 2 janvier 2013 et du 26 septembre 2013

Attention, spoilers !

Walkingdead18Tome 18 : Lucille ...

Rick semble avoir accepté la domination de Negan et sa bande et les laisse se servir dans les stocks de la communauté d'Alexandria alors que les habitants ne comprennent pas cette soudaine soumission, si éloignée du comportement habituel de Rick. Même Carl a du mal à accepter l'apparente passivité de son père. Mais il ignore, comme le reste de la majorité de la population d'Alexandria, que Rick a un plan pour lutter contre Negan et que celui-ci implique de devoir se soumettre un certain temps pour mieux contre-attaquer ensuite. Quand Negan et sa bande repartent dans leur refuge, dont le lieu est ignoré de tous, Rick s'aperçoit que Carl a disparu …

Heureusement qu'il y a toujours un petit résumé de l'histoire en début d'album pour me remémorer les évènements car j'avoue que j'oublie facilement ce qui s'est passé dans les tomes précédents. Il faut dire que je trouve l'histoire moins marquante depuis quelque temps … en fait, plus ou moins depuis que Rick et ses amis se sont installés à Alexandria. Bien sûr, il y a quelques rebondissements inattendus et marquants mais il me semble que l'histoire tourne un peu en rond. L'arrivée de Negan et sa bande ne m'apparait pas comme une nouveauté et ce qu'on apprend sur eux dans ce tome ne fait pas beaucoup avancer les choses. Il y a comme une sensation de déjà-vu et si je trouvais que le tome précédent était un tome de transition, celui-ci m'apparait ainsi lui aussi … on attend qu'il se passe quelque chose et il ne se passe rien d'important, rien de marquant. Tous les évènements de cet opus semblent préparer le suivant et du coup, ça m'a paru un peu long. Les zombies semblent presque inexistants car tout se focalise sur les survivants et les différentes bandes en lice : on en oublierait presque que c'est un monde post-apocalyptique car les travers humains n'ont pas évolué d'un iota. Je ne sais pas comment l'histoire va tourner mais j'espère que les auteurs vont vite relancer celle-ci avec des retournements de situation et des évènements étonnants comme on s'était habitué dans les tomes précédents. Je sais que le tome suivant est déjà paru mais il n'a pas encore été acheté par ma bibliothèque donc il faudra que j'attende pour le lire. J'espère ne pas être déçue comme avec celui-ci !

***

Edit des billets du 13 mai 2011, du 9 juin 2011, du 26 juin 2011, du 8 septembre 2011, du 4 octobre 2011, 22 octobre 2011, du 21 janvier 2012, du 10 avril 2012, du 2 janvier 2013, du 26 septembre 2013 et du 16 mars 2014

Attention, spoilers !

Walkingdead19Tome 19 : Ezéchiel

Maggie, enceinte, a rejoint, en compagnie de Sophia, la communauté de la Colline pour essayer de reconstruire sa vie. Mais à Alexandria, Rick se prépare à exposer son plan à ses compatriotes. Il va rencontrer Ezechiel, leader de la communauté du Royaume, qui est lui aussi prêt à s'opposer à Negan. Quant à ceux de la Colline, seul Jesus et quelques-uns de ses amis sont prêts à les suivre. Mais pendant que les groupes des différentes communautés se réunissent au Royaume, Negan et les Sauveurs arrive à Alexandria pour récupérer son dû et il n'est pas content de voir que rien n'est prêt …

Walkingdead20Tome 20 : Sur le sentier de la guerre

Alors que la dernière visite de Negan à Alexandria s'est mal passée, la guerre est déclarée contre les Sauveurs. Rick refuse à présent de livrer des marchandises à Negan mais propose une trêve pour essayer de calmer le jeu. Mais Negan ne veut pas se plier aux nouvelles règles et malgré la capture du leader de la Colline par les Sauveurs, la guerre semble inévitable. Rick lancer alors son plan d'attaque avec l'aide d'Ezéchiel et de Jésus, ce qui va provoquer un déchaînement de violence …

 

 

Walkingdead21Tome 21 : Guerre totale

La guerre entre Rick et ses amis des différentes communautés et la bande de Negan fait rage. Après une attaque particulièrement violente contre Alexandria, Eugene a été capturé par Negan, qui veut l'obliger à fabriquer des munitions. Pendant ce temps, Rick remotive ses troupes et essaie d'organiser une défense avant le retour des Sauveurs qui, de leur côté, semblent avoir trouvé une nouvelle technique pour se débarrasser définitivement de leurs opposants …

 

C'est toujours un peu difficile de reprendre la lecture de la série quand ça fait longtemps qu'on a lu le tome précédent. En plus, cette fois, je regardais en parallèle la saison 3 de la série inspirée du comics et j'avoue que je me suis parfois un peu mélangée les pinceaux avec tous les évènements qui se passaient d'un côté et de l'autre. Mais heureusement, au bout de quelques pages, j'étais à peu près recalée dans l'histoire, même si j'avais par moments du mal avec certains des personnages secondaires car ils ne sont pas listés en début d'albums (contrairement aux personnages principaux). Côté dessin, rien à dire : c'est toujours égal et dynamique et vu que j'ai lu depuis plusieurs autres albums illustrés par Charlie Adlard, je dois dire que c'est avec cette série que je suis le plus satisfaite du graphisme. Ces albums sont la continuité des précédents : on est toujours dans l'opposition Rick/Negan mais celle-ci se précise enfin. J'avoue qu'il était temps ! Le tome 19 est encore dans la planification de la riposte contre les Sauveurs et il ne se passe pas vraiment grand-chose de nouveau mais la fin dessine les évènements futurs car Negan (au langage très fleuri et imagé) découvre que Rick n'est pas le gentil leader obéissant qu'il pensait qu'il était devenu. Le tome 20 s'installe franchement dans l'affrontement avec batailles et nombre de morts. L'avantage semble osciller d'un camp à l'autre, histoire de garder le suspense sur plusieurs albums mais j'ai été déçue vers la fin, par un certain développement qui m'a paru peu crédible et qui concerne Holly. Cela ne correspond pas vraiment au comportement de Rick et la méfiance qu'il a en général envers ses ennemis. L'album se termine sur un cliffhanger qui pousse à se précipiter sur le suivant ! Il faut dire qu'aux Etats-Unis, les albums 20 et 21 sont une « part 1 et part 2 » et sont donc quasiment indissociables. Du coup, il vaut mieux les lire dans la foulée car on risque d'être un peu perdu en reprenant le tome 21 en pleine action. On retrouve un peu les mêmes principes et les mêmes thèmes que dans le tome précédent, avec encore des pertes importantes et de la violence et un final étonnant qui laisse supposer des développements futurs intéressants et inattendus et une relance de la série. Vivement la suite !

***

Edit des billets du 13 mai 2011, du 9 juin 2011, du 26 juin 2011, du 8 septembre 2011, du 4 octobre 2011, 22 octobre 2011, du 21 janvier 2012, du 10 avril 2012, du 2 janvier 2013, du 26 septembre 2013, du 16 mars 2014 et du 18 janvier  2015

Attention, spoilers !

Walkingdead22Tome 22 : Une autre vie

De nombreux mois ont passé depuis la guerre violente qui a opposé la communauté de Rick à Alexandria à la bande de Negan et ses Sauveurs. Les environs semblent sûrs et contrôlés, les échanges entre les communautés de la Colline, tenue par Maggie, et Alexandria, tenue par Rick, fonctionnent bien et une foire réunissant tout le monde est prévue d'ici peu. Mais alors qu'une équipe est en charge d'éloigner une horde de morts-vivants, ils rencontrent un petit groupe de survivants et acceptent de les accueillir à Alexandria. Pendant ce temps, Carl demande à son père s'il peut devenir apprenti forgeron à la Colline mais Rick est un peu inquiet de voir son fils partir à une journée de route …

 

 

Walkingdead23Tome 23 : Murmures

Rick a accompagné Carl à la Colline pour qu'il s'y installe et commence à apprendre à forger des armes. Le jeune garçon est content de retrouver son amie Sophia, devenue la fille adoptive de Maggie mais cette dernière, qui ne se laisse pas faire et défend les plus faibles, s'est fait des ennemis parmi les garçons de la communauté. Parallèlement, des équipes envoyées en reconnaissance dans les environs ne sont pas toutes revenues : certains d'entre elles ont subi des pertes et affirment qu'elles ont affronté des morts-vivants qui murmuraient des paroles et qui étaient armés …

 

 

Comme j'en ai pris l'habitude depuis quelques années, j'attends d'avoir au moins deux ou trois tomes à lire dans la foulée pour cette série car il n'est jamais facile de les avoir dès leur sortie à la médiathèque (la liste d'attente est longue) et je préfère m'immerger dans l'histoire sur une certaine durée vu qu'il me faut toujours un moment de réadaptation. En plus, cette fois, il n'y a plus de liste des personnages et le résumé est très limité mais comme l'histoire se déroule bien plus tard par rapport au tome précédent, cela n'a pas été trop gênant. Et puis, j'ai décidé de ne pas trop creuser côté personnages secondaires : si je ne me rappelle pas bien leur histoire personnelle, ce n'est pas grave et cela ne m'empêche pas de suivre le récit. Côté graphique, rien à signaler de particulier : c'est toujours du noir et blanc, avec le même style dynamique et des personnages reconnaissables malgré leur évolution dans le temps. Avec ces nouveaux tomes, on a un peu la sensation qu'on commence un nouveau cycle : fini la fuite et les survivants semblent bien installés et bien organisés. C'est la première fois qu'il semble y avoir un réel espoir de retrouver une normalité de vie. Mais bien sûr, on se doute que cela ne peut pas durer ! Néanmoins, les développements sont assez lents, il y a un peu d'action mais peu si on compare aux tomes précédents, qui étaient très intenses. On va découvrir de nouveaux groupes de survivants, de nouvelles choses mais j'avoue que pour l'instant, je ne sais pas trop où tout cela va aller car cela ressemble un peu aux précédentes histoires, avec un affrontement entre les groupes sans que je puisse supposer voir arriver de réels changements ou des rebondissements étonnants pour amener le récit vers une orientation inattendue. Du coup, je suis encore plus curieuse de voir ce que les auteurs nous ont concocté ! Mais ce ne sera pas avant quelques mois, le temps de mettre la main sur les tomes suivants à la bibliothèque !

***

Edit des billets du 13 mai 2011, du 9 juin 2011, du 26 juin 2011, du 8 septembre 2011, du 4 octobre 2011, 22 octobre 2011, du 21 janvier 2012, du 10 avril 2012, du 2 janvier 2013, du 26 septembre 2013, du 16 mars 2014, du 18 janvier  2015 et du 18 mai 2016

Attention, spoilers !

Walkingdead24Tome 24 : Opportunités

Une foire est organisée à Alexandria et elle va permettre les échanges entre les différentes communautés amies : celle de Maggie, à la Colline, celle d'Ezéchiel, en bord de mer mais aussi l'ancienne communauté de Negan, maintenant pacifiée et dirigée par Dwight. Qui plus est, cela permettra aussi aux gens qui ne sont pas vus depuis longtemps de se retrouver pour quelques jours. Mais avant cela, il faut que Maggie prenne une décision sur le devenir de Gregory, qui a essayé de la tuer, alors que Carl, qui s'est enfui à la recherche de Lydia qui a rejoint la troupe des Chuchoteurs dont elle est issue, est toujours introuvable …

 

 

 

Walkingdead25Tome 25 : Sang pour sang

Rick doit annoncer à sa communauté la tuerie perpétrée par les Chuchoteurs. Pour les familles ayant perdu un proche, c'est intolérable et il faut absolument riposter mais Rick est inquiet devant la puissance potentielle des Chuchoteurs et veut tempérer les allants guerriers de ses amis. Ceux-ci le prennent alors pour un faible, refusant de prendre en compte son avis. Rick se voit alors obligé de mettre en sûreté Lydia, la fille d'Alpha, leader du groupe ennemi et réfugiée à la communauté d'Alexandria mais à présent considérée comme une ennemie et une espionne. Il l'envoie à la Colline en compagnie de Carl et d'Andrea pendant que lui-même reste à Alexandria pour essayer de convaincre la population de ne pas chercher à se venger trop rapidement car ils pourraient eux-mêmes y perdre la vie …

 

 

Walkingdead26Tome 26 : L'appel aux armes

La communauté d'Alexandria, sous l'égide de Rick, se prépare au combat en s'entrainant au tir avec Dwight, qui a renoncé à son titre de leader chez les Sauveurs. Pendant ce temps, Eugène, qui a réussi à réparer un émetteur radio, tente de capter une quelconque émission et c'est à son plus grand étonnement qu'il finit par entendre une voix féminine sortir de l'appareil. Mais pas facile de se faire confiance quand on ne se voit pas ! Quant à Brandon, l'adolescent rumine sa colère et considère que Rick est responsable de tous ses malheurs. Il décide alors de se venger …

 

 

Voilà que j'ai réussi à mettre la main sur les trois tomes suivants à la médiathèque (et que, du coup, je suis à jour !) et je trouve toujours un peu difficile de me replonger dans l'histoire. A force d'attendre trop longtemps entre ces lectures (c'est un peu de ma faute), j'en oublie l'histoire, même les chose qui pourraient sembler marquantes (j'avais tout oublié de la tentative de meurtre sur Maggie par exemple !). Du coup, j'ai aussi réalisé que j'étais devenue totalement insensible au sort des différents personnages ! J'ai retrouvé avec plaisir le graphisme noir et blanc au style dynamique que j'associe maintenant à cette saga et j'apprécie de reconnaître les personnages sans problème malgré leur évolution (capillaire ou autre). J'étais aussi très curieuse de découvrir l'histoire car j'avais lu quelque part qu'il y avait une relance dans la narration après quelques tomes qui semblaient tourner en rond. Qui plus est, mon homme, qui a lu le tome 24 avant moi, avait bien aimé et avait trouvé lui aussi que l'histoire semblait se renouveler un peu. On découvre les communautés en pleine effervescence en préparation de la foire commune et on dirait presque que le monde est redevenu normal, plus petit, plus limité en nombre et en espace, mais sûr et sans problème majeur. Même Negan n'a plus l'air si effrayant que ça (mais probablement qu'il cache son jeu !). Le suspense est principalement créé par le nouveau groupe découvert précédemment : les Chuchoteurs. On en apprend un peu plus sur eux et bon, pas la peine d'être un génie pour deviner vers où l'histoire va aller : on se dirige probablement vers un énième affrontement entre groupes (après, entre autres, les affrontements contre le Gouverneur et contre Negan). Carl, à la poursuite de Lydia, y est encore pour beaucoup dans les évènements (je ne peux plus le supporter, il n'en fait qu'à sa tête, est indifférent aux conséquences … il a tout pour devenir un bon meneur de groupe du genre de Negan !). La fin du tome 24 a confirmé mes premières impressions concernant le devenir de l'histoire, à part que le tome 25 semble retomber dans les travers habituels de la série qui sont apparus il y a quelques tomes : on tourne à nouveau en rond, on délaie, on tergiverse sans que cela ait un grand intérêt vu que ces doutes, ces différents, ces oppositions ont déjà été abordées précédemment. Sans compter le fait que le questionnement au sujet du leadership et des choses qu'on doit faire dans ce contexte prend un coup de ridicule alors que cela fait des années que Rick est à la tête d'un groupe (plus ou moins grand, ça va sans dire). Et là, avec le tome 25, on croirait qu'il vient juste d'être parachuté chef de meute ! Ce n'est pas crédible du tout ! Quant au tome 26, on voit se profiler une certaine direction mais est-ce que ce sera la bonne ? Les choses semblent se mettre en place, s'organiser sans qu'il y ait passage à l'action. Rick est prudent vis à vis des Chuchoteurs et il veut être sûr que son groupe soit prêt au moment de l'attaque. Negan reprend un peu le devant de la scène, toujours aussi savoureux dans ses dialogues et je trouve assez fascinant et charismatique dans ce tome et bien sûr, il reste toujours aussi imprévisible (sinon, il ne serait plus Negan !). Je dois avouer que ça amène un peu d'air frais de plus tourner constamment autour de Rick et de son groupe, même s'ils sont toujours présents. La surprise un peu plus originale et qui garde encore plein de mystère, c'est le contact radio d'Eugène : est-ce un piège ou non ? Quel est ce nouveau groupe ? Du coup, même si je n'ai pas vraiment vu de renouvellement dans la ligne narrative de la série dans les tomes 24 et 25 (combien faudra-t-il affronter de groupes avant que les auteurs se décident à jeter l'éponge ou à partir dans un sens totalement différent ?), avec le tome 26 et ses nouvelles pistes, il me semble qu'il pourrait y avoir de l'action et un regain d'originalité dans les prochains tomes. Mais on verra bien !

 

Les avis de Mo', Tamara, Sylde (pour les tomes de 1 à 13 ... la veinarde !), Mr Zombi.

ThereadingComicschallenge1Lu dans le cadre The Reading Comic Challenge.

 

 

 

 

RoaarrChallenge

Challenge Roaarrr : Will Eisner award, meilleure histoire continue 2010.

Posté par sassenach à 06:12 - - Commentaires [38] - Permalien [#]