LebalLa famille Kampf sont des « nouveaux riches ». Grâce à une opération boursière plus que réussie, ils sont passés du statut de pauvres à celui de riches mais il leur est difficile de s’intégrer et d’être accepté dans ce milieu. Ils décident donc de donner un bal. Antoinette, leur fille de 14 ans, rêve d’y aller mais sa mère refuse catégoriquement : elle ne veut pas être éclipsée par sa fille déjà presque femme. Antoinette se vengera …

Court roman, il n’en est pas moins très réussi ! La tension et la rivalité constantes entre Antoinette et sa mère, mâtinées de tendresse et d’amour, sont très bien décrites et la vengeance de la fille, bien que non préméditée, est vraiment très cruelle. Mais quelque part, on est heureux de voir que Mme Kampf n’a que ce qu’elle mérite, même si cela est peut-être un peu dur. La longueur du roman est parfaite pour équilibrer puissance et personnages : suffisamment longue pour avoir le temps de prendre parti et suffisamment courte pour conserver tout son impact et son ironie. Le mot de la fin est particulièrement juste et bien trouvé.

*Livre lu en 2006*