Noetmoi

Lou Bertignac, 13 ans, est une élève surdouée : elle est déjà en classe de seconde mais se sent souvent en décalage avec les adolescents de sa classe. Les professeurs attendent toujours d'elle le meilleur et que Monsieur Marin, son professeur de sciences économiques et sociales, lui demande le thème de son exposé, Lou n'ose pas lui dire qu'elle déteste parler devant la classe. Alors, pour ne pas le décevoir, elle dit la première chose qui lui passe par la tête : elle fera un exposé sur les sans-abris, en fait sur une jeune fille sans domicile fixe. Pour cela, elle va interviewer No, 18 ans, qu'elle a rencontré quelques jours plus tôt à la gare. Lou est touchée profondément par la solitude de la jeune fille et veut absolument l'aider …

Après avoir vu des critiques élogieuses (sans les lire, juste en survolant les titres qui s'enthousiasmaient pour ce livre), j'étais très intéressée par ce roman car je connaissais pas l'auteure et le sujet m'interpellait. Mais j'ai quand même été un peu déçue par l'ensemble. J'ai bien aimé le style d'écriture mais certaines longues phrases sans virgule m'ont un peu pesé vers la fin. Lou est très attachante mais par contre, je n'ai pas du tout accroché avec le personnage de No. En fait, cela vient surtout de ma façon de voir : on ne peut pas aider quelqu'un qui ne veut pas s'aider soi-même et tout au fond de moi, reste une étincelle optimiste qui me permet de ne jamais rester enlisée dans la tristesse et le désespoir. Du coup, j'ai eu beaucoup de mal à ne pas m'énerver contre la jeune SDF. Mais l'auteur sait mettre en relief le douloureux apprentissage de la vie dans le combat de Lou pour No. Les quelques touches d'humour ou les réflexions logiques mais poétiques de Lou sont particulièrement savoureuses et a sauvé une grande partie du livre à mes yeux. Sans compter que cela a permis à éviter à l'histoire le piège du mélo. Au final, je dirais que c'est un excellent roman pour adolescents mais cela reste trop gentil et légèrement convenu pour que ce livre me marque profondément. Je pense qu'il risque d'être vite oublié !