JournaldesesperedunecrivainMary, écrivain rêvant d'être enfin publiée, plonge dans le milieu de l'édition après avoir été contactée par un homme charmant intéressé par ses écrits. Et c'est l'occasion de se poser la question : qu'en serait-il de nos grands écrivains nationaux, tels que Zola, Balzac, Sand et autres s'ils avaient affaire à des éditeurs à la sauce actuelle, qui ne voient que le profit et le public cible d'un roman …

Voilà un court roman (ou bien est-ce un essai ?) bien tourné, plein d'humour et de justesse. On ne peut s'empêcher de comparer les réactions des éditeurs à notre propre perception des livres devenus à présent des classiques de la littérature française. Il est aussi amusant de deviner quel auteur classique se retrouve sur la sellette car Mary Dollinger ne fait apparaître son nom que dans le déroulement logique de la conversation auteur/éditeur. L'auteure pose aussi la question de la compétence littéraire des éditeurs actuels, qui apparemment raisonnent plus en termes de marketing et de ventes qu'en termes de qualité d'écriture et de richesse du roman. Mais ce n'est pas non plus une diatribe éreintant les maisons d'édition et ceux qui y travaillent: l'ensemble se veut léger et sans jugement. Un petit livre qui mérite d'être lu (en plus, l'auteure est d'origine anglaise mais écrit en français, alors là, je dis chapeau bas !), mais je pense que l'on éprouvera plus de plaisir à cette lecture si on connaît les classiques de la littérature française du XIXème siècle.

Les avis de BelleSahi, Cathulu, Valdebaz, Saxaoul, Antigone.

Merci à BelleSahi qui a fait de ce sympathique petit livre un livre_voyageur

L'excellent blog de l'auteure est ici.