Pauline

Dans les années 1830, Alfred de Nerval rencontre son ami Alexandre Dumas qui lui parle des voyages qu'il a fait récemment et lui demande qui était la jeune femme qui accompagnait Alfred quand ils ont eu l'occasion de se croiser en Suisse et en Italie. De Nerval lui révèle alors que la jeune fille est depuis décédée et que c'était Pauline de Meulien, jeune fille de bonne famille qui avait épousé quelques années plus tôt le comte Horace de Beuzeval, un jeune homme mystérieux et très maitre de lui. Alfred lui raconte alors quel fut le calvaire de cette jeune femme qu'il sauva de la mort en la sortant qu'un caveau où elle était enterrée vivante …

Cela faisait très longtemps que je n'avais plus lu de classique littéraire et j'avoue que j'ai eu un peu mal lors de cette lecture. On perd l'habitude des descriptions et de la lenteur de l'histoire, surtout que ces derniers temps, j'ai eu des lectures orientées vers des thrillers ou des policiers ! En plus, j'ai commis l'erreur de lire bêtement la préface avant d'aborder le roman et celle-ci révèle tout ce qu'il va se passer, enlevant ainsi une grande partie du plaisir de lecture ! Pourquoi les gens qui rédigent les préfaces se sentent-ils obligés de décortiquer le livre ? Cela m'a fortement courroucée !!! C'était intéressant à lire mais j'aurais préféré que cette préface ait été une post-face car elle a donné un nouvel éclairage du roman, de même que le dossier final et les notes explicatives qui faisait partie de mon édition. Mais revenons au livre proprement dit. L'histoire a une atmosphère gothique et romantique que j'ai bien aimé et qui emprunte beaucoup aux classiques du genre. Les différents narrateurs et la façon dont la narration est organisée m'a fait un peu penser aux contes des 1001 nuits (avec une narration à tiroirs : Alexandre raconte sa rencontre avec Alfred, qui lui raconte sa relation avec Pauline, qui elle-même raconte ce qui s'est passé avec son époux Horace). On pourrait croire qu'il est facile de s'y perdre mais ce n'est pas le cas car le roman est assez court et on sait toujours quelle personne raconte. Les sujets traités donnent un ton mélancolique et triste à l'ensemble, il y a peu d'aspects optimistes qui ressortent, même si certains évènements semblent apporter parfois un peu d'espoir aux personnages. Voilà un roman qui permet de découvrir une autre facette de cet auteur plus connu pour ses romans de cape et d'épée !

*Lecture de mai du Blogoclub de lecture (anciennement Club de lecture des blogueurs et blogueuses)*

Les avis de Sylire, Karine, Florinette, Lisa, Gambadou, Arlette, Cathe, Jumy, Jules, Malice, Nina, Lou, Martine, Antigone, Kathel, Patacaisse, Ori, Taylor, Kattylou, Belledenuit, Sandrounette.

Elles ont lu un autre titre dans le cadre du club : Grominou, Kalistina, Clochette.