Tribulationsdunprecaire

L'auteur a eu un parcours professionnel très chaotique au cours des dix dernières années : il a eu 42 emplois divers et variés, passant de déménageur à videur de poisson en Alaska en passant par chauffeur de poids lourds entre autres. Son diplôme de lettres lui semble un boulet plutôt qu'un avantage, la sécurité de l'emploi lui semble une utopie et les conditions de travail sont parfois dignes d'une corvée prescrite par Satan lui-même à ses pécheurs les plus redoutables …

Autant j'ai apprécié son premier roman "Un petit boulot", autant j'ai trouvé ce livre à mi-chemin entre le document et l'essai engagé plutôt indigeste et barbant. L'auteur nous y décrit, avec forces détails et critiques, les différents jobs qu'il a fait, dénonçant le système capitaliste américain et toutes les dérives qui en découlent dans le milieu du travail. Je ne doute pas qu'il ne manque pas de personnes dans son cas mais tous ne le sont pas (j'en ai des exemples et ce ne sont pas juste des cas dont j'ai pu entendre à droite et à gauche mais des amis et des connaissances assez proches) et la liste des plaintes m'a un peu lassée au final. Je retiens surtout qu'il rêverait d'avoir un travail varié qui lui plait et qui lui rapporte (qui ne rêverait pas de cela mais il faut être réaliste, cela n'arrivera que pour une minorité !) et il est donc toujours insatisfait des jobs qu'il trouve et qu'il finit par quitter de son plein gré ou forcé par l'employeur. Un des autres points marquants du livre est la grande naïveté des travailleurs américains (que j'avais constaté par moi-même) qui sont souvent arnaqués par les personnes qui leur proposent du travail : on dirait vraiment des grands enfants et l'auteur n'en semble pas très éloigné non plus. Pour moi, qui suis une grande cynique, cela me paraît presque risible de les voir aussi crédibles. L'autre thème majeur est le temps passé au travail et qui, pour nous Français, semble aberrant ! Mais le culte du travail est une chose typiquement anglo-saxonne et il leur paraitrait impensable de ne pas passer leur temps à bosser dur. Les vacances sont loin d'être leur priorité ! C'est sûrement un problème qui se répercute sur leur santé et leur moral mais il est difficile de faire changer les mentalités. Mais l'ensemble m'a laissé une impression de "geignardise" (l'auteur justifie le fait de se jeter sur ces jobs peu attrayants pour ne pas se retrouver à la rue à mendier mais dès qu'il a un peu d'argent, il va au bar boire un coup … je ne dis pas qu'il ne doit pas se faire plaisir de temps en temps mais si j'ai peu d'argent, je ne vais pas le claquer dans des bêtises pour ensuite me retrouver à nouveau coincée dans une situation impossible !). Dorénavant, si l'auteur écrit à nouveau ce style de livre, je crois que je me contenterais de ses romans de fiction !

Les avis de Michel, Katell, Pascal et Cuné.