SobiborEmma est une adolescente anorexique et boulimique qui ne se sent pas bien dans sa peau. Sa grand-mère adorée, polonaise d'origine, vient de mourir d'un cancer et lors de sa maladie, a prononcé les noms de Sobibor et de Jacques, qui n'est pas le prénom de son grand-père. Inconsciemment, la jeune fille sait qu'il s'est passé des choses horribles à cet endroit et c'est par hasard en rangeant les affaires de sa grand-mère qu'elle découvre un journal intime, celui de Jacques Desroches …

J'attaque donc les lectures spéciales pour les rencontres avec les lycéens par ce roman jeunesse qui, encore une fois, prouve que les livres édités dans ce genre méritent vraiment d'être lus par tout le monde ! Même si le style d'écriture reste simple (avec un style différent et plus soutenu pour la partie du journal intime écrit pendant la seconde guerre mondiale), cela n'empêche en rien à s'intéresser au parcours cahoteux et difficile de cette adolescente, qui découvre, horrifiée, les camps d'extermination et les motivations des hommes qui les dirigeaient ou s'en occupaient. Ces retours en arrière effectués à travers la lecture du journal alternent avec la vie actuelle d'Emma, ses problèmes, sa relation avec la nourriture, ses amis, sa famille. Même si je n'ai pas vraiment réussi à m'attacher à l'héroïne, que j'ai trouvé parfois excessive dans ses réactions, j'ai dévoré ce livre, voulant comme elle savoir ce qui s'était passé à Sobibor mais je me demande ce que vont en penser des jeunes hommes d'une quinzaine d'années (vu que la majorité des élèves de la classe avec qui on va discuter sont des gars). Par contre, on ne peut qu'être touché par la description sans concession des camps où les destins de nombreuses familles ont été brisés à jamais. Un roman sur la responsabilité, sur la famille, sur la guerre, sur une jeune fille qui souffre à cause de ce qui est caché et sur le courage d'affronter la vérité en face … un roman à lire et à faire lire.