LabelledejozaEliška est médecin à Brno, est célibataire et mène une vie sans histoire à part le fait que la jeune femme aide à passer discrètement des informations dans les réseaux des opposants au régime nazi. Comme c'est la guerre, les Allemands sont partout dans le pays et elle risque pourtant gros en emmenant des lettres à des personnes précises. Effectivement, arrive ce qui devait arriver et le plan de secours prévu en cas de problème doit être utilisé : certains des membres du réseau ont été arrêtés et un des amis de la jeune femme, Slávek, médecin lui aussi, lui fournit de faux papiers et lui demande de suivre immédiatement et d'épouser un de leurs patients, un homme taciturne et véritable armoire à glace appelé Joza et considéré par beaucoup comme un idiot. Le nouveau couple part en direction du petit village de Želary, dans les montagnes de Moravie d'où l'homme est originaire. La jeune femme quitte une vie prometteuse et une carrière avantageuse pour une masure et une vie familiale incertaine au milieu des habitants très frustres du coin …

Je continue peu à peu les lectures dans le cadre du prix Inter-Comités d'entreprises CEZAM 2009 et voilà que j'en suis déjà au quatrième roman ! Je ne savais pas trop à quoi m'attendre en entamant ce livre, à part que plusieurs personnes de mon club lecture l'avaient bien aimé. Le début a été un peu laborieux car la demoiselle décrite ne me plaisait pas beaucoup : je la trouvais un peu trop insouciante et au vu des descriptions, elle me semblait plus près de l'adolescente un peu légère que du médecin qu'elle était sensée être (de même dans ses relations avec Richard où elle agit sans grand discernement et comme une jeune fille complètement ignare de la vie et des sentiments humains mais bon, je suis certainement trop cynique de ce côté-là !). Ensuite, le plan de secours prévu m'a paru un peu tiré par les cheveux : que se serait-il passé si Joza avait déjà quitté l'hôpital ? Cela paraissait un peu artificiel et l'auteure semblait trop s'appesantir sur le côté final et durable de cet exil doublé d'un mariage ! Vu que le réseau avait créé déjà de faux papiers et une fausse histoire pour la jeune femme, pourquoi ne pas lui avoir carrément créer un faux mariage ? Bon, bien sûr, il n'y aurait pas eu de roman dans ce cas mais le tout m'a semblé un peu artificiel pour amener les lecteurs là où l'auteure le voulait : la découverte d'un village qui paraît sortir tout droit du passé, avec des habitants particuliers et peu communs et le choc des cultures pour cette jeune médecin qui se retrouve là contre son gré mais chez qui va s'opérer un changement progressif. La partie concernant le village m'a nettement plus plu et heureusement représente les trois quarts du livre, même si les changements qui ont lieu chez Eliška semblent parfois un peu faciles et rapides. Sa relation avec Joza est touchante mais n'a pas complètement réussi à m'émouvoir et les descriptions des paysages donnent un côté poétique à l'ensemble. Mais arrivée à la fin de cette lecture, j'en ressors quand même avec une impression mitigée : ce roman ne me laissera pas un souvenir inoubliable car j'en aurai finalement retiré très peu : une prose agréable pour une histoire assez originale mais qui n'a pas réussi à me faire vibrer et qui a créé une distance entre les personnages et ma perception d'eux (cela provient sûrement de mon manque d'attachement et d'identification à l'héroïne du roman et pourtant, il y avait largement matière à me faire pleurer !).

Les avis plus enthousiastes d'Yvon, de Lou et de Josiane (sur le blog de la traductrice de ce roman, Eurydice Antolin).