LemurinvisiblePour se changer les idées et se détendre, la narratrice, jeune veuve et maman de deux filles déjà grandes, accepte d'accompagner sa cousine et son mari dans leur chalet dans la montagne autrichienne. Le couple part au village voisin boire un verre et la narratrice est très surprise au matin de voir qu'ils ne sont pas rentrés de la nuit. En partant à leur avance à pied, elle se heurte à un mur invisible qui semble infranchissable et sans fin, enfermant la narratrice dans une bulle d'isolement où elle n'a que quelques animaux domestiques pour plus proches compagnons …

Je suis toujours très attirée par des histoires où la fin du monde est omniprésente avec quelques survivants qui essaient de s'organiser une nouvelle vie. Ce roman, publié en 1963, fait ainsi allusion aux peurs de l'époque, dues à la guerre froide et à la montée en puissance des armes nucléaires. Mais son principal intérêt réside dans la façon dont la narratrice va s'organiser pour survivre alors que rien ne la prédisposait vraiment à être une femme de la campagne. Ce retour à la nature n'a pas été sans me faire un peu pensé à "Une année à la campagne" de Sue Hubbell, même si l'un est une fiction et l'autre un document et que les conditions de ce retour sont différents dans ces deux livres (l'un imposé par les circonstances, l'autre décidé en pleine conscience). La solitude est omniprésente pour la narratrice mais elle est atténuée par les animaux qui deviennent ses confidents et ses amis. C'est d'ailleurs grâce à eux et pour eux qu'elle se bat avec courage pour surmonter tous les obstacles mais des drames vont émailler cette longue solitude, rendant ainsi le livre émouvant. Je dois dire que je n'ai eu aucun mal à me mettre dans la peau du personnage car je la comprenais (surtout à la fin, j'aurais probablement réagi de la même façon). De plus, l'auteure a opté pour une narration sous forme d'un journal, me donnant ainsi l'impression qu'une amie me parlait, me racontait ses journées, ses doutes, ses peurs. Pas de rebondissements, pas de grands coups de théâtre (hormis peut-être la fin) mais une atmosphère très intimiste et très envoutante. Un très beau roman sur le courage, la reponsabilité, la condition féminine et la place de l'Homme sur terre.