LamoustacheEn quoi une moustache peut-elle bouleverser votre vie ? Un homme, moustachu depuis plus de 10 ans, décide, par jeu, de raser sa moustache mais sa femme Agnès, ses amis, ses collègues de travail ne remarquent pas l'absence de celle-ci. Pire, ils affirment tous que cette moustache n'a jamais existé et il n'en faut pas plus pour commencer à douter de tous, même de ceux qu'on aime, et surtout de soi-même …

Le postulat de départ est assez intriguant et cela faisait un petit moment que je voulais lire ce livre car je me demandais comment l'auteur allait pouvoir développer l'histoire et trouver une chute à une idée aussi rocambolesque et folle. Dès le départ, le lecteur est plongé dans l'univers un peu étrange de cet homme qui croit faire une bonne farce et qui se retrouve englué dans une sorte de folie qui le dépasse. Et on s'en pose des questions tout au long de cette lecture : qui est fou, est-ce un rêve, une manipulation, questions que se pose aussi le personnage. Cela devient vite glauque, un peu comme un cauchemar dont on n'arrive pas à sortir et qu'on trouve absurde tout en étant effrayant. La psychologie du personnage est d'ailleurs très bien décrite avec tous ses raisonnements plus ou moins inspirés (et puis, il ne me semble pas que ce personnage ait un nom … jusque là, l'auteur a voulu en faire un personnage tout aussi flou et insaisissable que sa moustache-mystère). Par contre, je dois avouer que j'ai commencé à un peu m'essoufler vers le dernier tiers du livre et que je languissais de voir arriver la fin malgré le nombre très raisonnable de pages. Ce qui m'avait semblé amusant et étrange commençait à devenir lourd et un peu répétitif et surtout, il me devenait de plus en plus difficile de trouver de l'intérêt au destin du personnage principal. Quant à la fin, je suppose que je l'aurais plus appréciée si j'avais lu ce livre à l'époque de sa parution (c'est-à-dire en 1986) mais à présent, elle paraît banale et sans surprise, compte tenu de tout ce qu'on a pu lire et voir depuis (cela revient presque à dire qu'on est blasé, c'est terrible !). Peut-être avais-je aussi trop d'espoir dans cette fin que j'espérais plus enlevée et originale mais bon, les possibilités de clôture restaient quand même assez limitées. Du coup, je dirais que c'était une lecture un peu au-dessus de la moyenne (un peu gâchée par toutes les coquilles d'impression) mais dont j'en attendais peut-être trop d'où ma légère déception.

***

FilmLamoustacheLa moustache de Emmanuel Carrère

Comme d'habitude, je n'ai pas tardé à enchaîner le film de peur d'oublier ma lecture entre temps. Comme pour le roman, on est tout de suite immergé dans la vie de Marc et Agnès (là, le héros a un nom !) et dans ce fameux "problème" de moustache. On découvre peu à peu les personnages et les relations qu'ils ont avec leur entourage mais contrairement au livre, qui n'est que le point de vue de l'ex-moustachu, je n'ai pas trouvé vraiment qu'on se focalisait sur un personnage en particulier mais plus sur les relations entre eux. Cela paraît logique car le livre est axé sur les réflexions, raisonnements et sentiments du personnage principal mais il n'est pas évident de retranscrire visuellement ce qui se passe dans la tête de quelqu'un. Du coup, tous les raisonnements, abracadabrants ou logiques, qu'il se tient, m'ont semblé disparaître au profit de mimiques et de regards plus ou moins faciles à comprendre et le jeu de l'alternance des "responsabilités" (est-il fou ou bien est-ce Agnès) ne m'a paru évident du tout ! Même certains rebondissements dans l'histoire ne sont que suggérés et peuvent être interprétés à différents niveaux, contrairement au livre où ils sont clairs et nets. Quant à la fin, qui ne correspond pas à celle du roman, il me semble qu'elle a été choisie pour plaire au plus grand nombre et ne pas trop déranger ! Du coup, malgré mon sentiment un peu mitigé sur le final du roman, je le préfère à celui du film car je le trouve plus dans la lignée de l'histoire. Quant aux acteurs, comme j'ai lu le livre alors que le film était déjà sorti, je savais qui jouait qui et je n'avais pas vraiment d'idée précise sur ces choix mais au visionnage, je crois que j'aurais imaginé un autre acteur que Vincent Lindon mais je ne saurais dire pourquoi ! L'ai-je trouvé trop vieux, pas assez expressif (il faut dire que je lui trouve déjà un air triste habituellement !) ? Je crois que c'est parce que je ne trouvais pas de différences entre ses expressions "normales" et les expressions qu'il devait avoir quand il se retrouve en plein cauchemar et c'est peut-être pour ça que j'ai été moyennement convaincue par le film.

Lu et vu dans le cadre de la rencontre de mai "Hors champ" de ma médiathèque (thème les romans français dont l'auteur a aussi travaillé sur le film tiré de son roman). Le 3ème titre proposé était "Je vais bien ne t'en fais pas" d'Olivier Adam mais je n'ai pas réussi à emprunter le livre et le DVD car ils étaient souvent sortis !

Lunettesnoirespourpagesblanches7ème billet