DebriquesetdesangEn 1938, Ada vient de perdre son père et écrit à sa meilleure amie pour lui raconter enfin le drame qu'elle a vécu quand elle était jeune fille et qu'elle vivait au Familistère bâti par l'ingénieur et entrepreneur Godin. En 1914, une série de meurtres a eu lieu dans la communauté et Ada a participé à l'enquête, menée essentiellement par un journaliste travaillant au journal L'Humanité … 

C'est surtout le contexte historique qui m'a poussée vers cet album, ainsi que le côté un peu vieillot des dessins qui collent parfaitement à l'ambiance et à l'époque décrites. J'ignorais tout de cette communauté particulière appelée Familistère et créée par Jean-Baptiste Godin (d'ailleurs, les poêles Godin existent toujours,je crois !). Cette société, basée sur la gestion et la possession de l'entreprise par les ouvriers de celle-ci, était révolutionnaire pour l'époque mais quand on lit la BD, on s'aperçoit que cela a parfois autant d'inconvénients que d'avantages : vie en communauté pas toujours facile à gérer, cancans et médisance, vie privée relativement limitée et au final, assez peu de liberté mais en compensation, des conditions de vie ouvrière particulièrement agréables, avec des revenus meilleurs et des logements sains. C'est dans ce décor qu'ont lieu une série de meurtres et l'enquête est l'essentiel de l'histoire, mais de ce côté-là, il n'y a rien de vraiment original ni surprenant. Le contexte historique est intéressant lui aussi car les meurtres ont lieu peu de temps avant la première guerre mondiale et les évènements mondiaux sont en toile de fond (de même que l'assassinat de Jaurès, le « patron » du journaliste enquêteur). Le dessin est assez sombre, comme l'époque où la guerre menace, et j'ai eu parfois un peu de mal à différencier certains personnages (la mode était aux moustaches, ce qui ne facilite pas l'identification des visages !) mais j'ai trouvé le graphisme assez agréable (la police de caractère, particulièrement celle utilisée pour la partie où Ada écrit à son amie, est nettement moins agréable et peut s'avérer parfois difficile à déchiffrer pour mes pauvres yeux). Un album à lire surtout pour son contexte historique et pour en apprendre un peu sur une communauté socialiste qu'on a oubliée.