BettybluesRice est un canard musicien. Il adore le jazz et joue de la trompette tous les jours dans un petit club, où sa petite amie Betty l'attend généralement au bar. Mais un jour, un chat au porte-monnaie bien rempli, aborde Betty en lui offrant une coupe de champagne et lui suggère qu'il est prêt à lui à payer une caisse complète de ce breuvage si elle accepte de l'accompagner et de passer un peu de temps avec lui. La jeune cane le suit sans trop d'hésitation. Mais quand la prestation de Rice est terminée, il découvre que sa dulcinée est partie avec un autre et cela lui brise le coeur : il se saoule alors pour oublier …

Renaud Dillies a publié cet album bien avant de se faire connaître du grand public avec Abélard, son personnage de poussin adorable mais j'ai trouvé que les deux histoires étaient similaires. Du point de vue du graphisme, pas de doute : on reconnaît le style de l'auteur, avec ses dessins qui pourraient parfois paraître un peu brouillon du fait des nombreux traits et des hachures utilisées très fréquemment. Pareil pour la couleur : les tons sont variés mais jamais agressifs même dans les couleurs foncées ou vives. Il faut quand même reconnaître que les tons sombres dominent un peu mais une partie de l'histoire se passent le soir ou la nuit, cela paraît logique. Comme dans Abélard, on retrouve des personnages d'animaux avec un volatile en vedette et je trouve que l'auteur réussit toujours à leur donner un petit air attachant et vulnérable qui fait que j'ai envie de les protéger ! Le ton aussi est similaire : il y a parfois des moments philosophiques et poétiques, quand Rice se pose des questions sur sa vie, sur la musique, sur les relations, sur l'amitié. Bien sûr, l'histoire n'est pas bien joyeuse vu qu'il n'est jamais agréable de s'apercevoir que celle qu'on aime n'hésite pas à suivre un autre pour des raisons bassement matérielles ! Mais cette remise en cause met aussi en lumière certains des besoins et des attentes de Rice, lui permettant de percevoir sa vie d'un oeil neuf et de rencontrer d'autres personnages très attachants eux aussi. Il y aura d'ailleurs une petite incursion dans le sujet de l'écologie avec un de ses personnages secondaires, de même qu'une dénonciation du monde capitaliste avec le séducteur de Betty vraiment peu sympathique sous des apparences parfois trompeuses. C'est un album à lire sur fond de musique blues, pour aller avec l'histoire, et si j'ai trouvé Rice vraiment émouvant, je n'ai pas eu la même surprise qu'avec ma découverte d'Abélard et j'ai trouvé que les deux histoires étaient trop similaires (y compris au niveau des choix des personnages) d'où un léger bémol sur les trop grandes ressemblances qui font que je n'ai eu aucun étonnement, même à la fin.

Lecture commune avec Mo' (l'instigatrice), OliV, Chtimie (d'autres liens sont à venir quand les billets des participants seront tous publiés).

L'avis de Mango.

RoaarrChallenge

Challenge Roaarrr : Alph-Art du meilleur premier album à Angoulême 2004.