Lanneedulievre1

Tome 1 : Adieu Phnom Penh

Le 17 avril 1975, la capitale du Cambodge tombe aux mains des Khmers Rouges et la guerre est déclarée terminée. Mais Khim, médécin, et sa famille dont sa femme sur le point d'accoucher, sont plus dubitatifs que convaincus, surtout quand l'ordre est donné d'évacuer Phnom Penh. La violence est moins visible que pendant la guerre mais elle est toujours présente, les gens disparaissant mystérieusement du jour au lendemain, les Khmers Rouges contrôlant tout. Toute la famille se retrouve sur la route, avec peu d'affaires, Lina accouchant d'un fils en bonne santé. Mais le danger semble être omniprésent et Khim décide alors de rejoindre Battambang, au nord de la capitale où ses parents vivent mais le trajet va s'avérer périlleux …

Premier tome d'une trilogie qui s'annonce vraiment intéressante et éducative, cet album, écrit et dessiné par le fils de Khim et Lina, va nous raconter les conditions de vie (de survie je devrais même dire !) de la population après la prise de pouvoir des Khmers Rouges. On voit bien qu'au départ, les gens ne savent pas vraiment à quoi s'attendre et certains ne se méfient pas et font trop vite confiance, surtout que les valeurs prônées et répétées constamment par les Khmers Rouges auraient vraiment de quoi séduire (égalité pour tous, sécurité, liberté …). D'ailleurs, cet « endoctrinement » va se voir répéter tout au long de l'album, montrant combien les actions des Khmers Rouges sont à l'opposé de ce qu'ils disent ! De voir ces familles jetées sur la route, obligées d'abandonner leurs biens et leurs souvenirs de peur de devoir payer de leur vie s'ils conservent quelque chose de leur « ancienne » vie, c'est vraiment horrible ! Heureusement, au milieu de ce chaos sombre, des touches lumineuses d'espoir surgissent à des moments surprenants, avec des mains tendues et des aides inattendues qui sauvent alors des vies ! Le dessin est tout simple, voire même un peu naïf, avec des couleurs assez neutres et estompées (rien de violent ni d'agressif pour l'oeil) mais j'avoue m'être un peu mélangée dans les personnages secondaires de la famille de Khim. Il me semblait qu'ils se ressemblaient tous et même au niveau des noms, ça ne m'a pas aidé. Mais dans l'ensemble, je ne peux pas dire que cela a réellement perturbé ma lecture (plus vers la fin qu'au début mais rien d'insurmontable). Un témoignage humain et très abordable pour découvrir le Cambodge à un moment difficile de son Histoire mais qu'il faut lire pour ne pas oublier !

L'avis de Bladelor.