LhommequinexistaitpasLéonid Miller est développeur de sites web et n'aime pas trop être en contact avec d'autres personnes. Peu social, il passe son temps à travailler ou au cinéma où, en tant que passionné du 7ème art, il regarde de vieux films, devenus des classiques, qui lui paraissent presque plus vrais que la réalité quotidienne. Mais un soir, en sortant d'une séance où il a vu « Dansons sous la pluie », il s'aperçoit que plus personne ne peut le voir ni l'entendre. C'est comme s'il était devenu un fantôme et pourtant il n'est pas mort …

Le titre m'a paru assez mystérieux pour attirer mon attention ! Je me demandais bien de quoi l'album allait parler, surtout que la couverture donne peu d'infos. En fait, j'ai découvert une jolie histoire qui rend un petit hommage au cinéma tout en plongeant dans la réalité et dans le rôle des gens dans la société, avec une grande partie de l'album consistant dans l'introspection du personnage principal sur sa place dans le monde et les raisons de sa « dématérialisation ». Du coup, le rythme est plutôt lent, contemplatif mais les idées développées restent intéressantes, même si j'ai un peu eu la sensation de commencer à tourner en rond, comme Léonid, au bout d'un moment. Mais l'apparition d'un personnage féminin, sous la forme d'une actrice, relance l'histoire et lui permet de lui donner un nouvel axe de narration, qui m'a paru bienvenu. Le dessin, classique avec une petite touche rétro, et ses couleurs dans les tons marron, m'a assez plu car il correspond bien à l'histoire et crée une ambiance intimiste. L'utilisation du vert pour dématérialiser Léonid est bien vu et bien utile pour suivre l'histoire. Par contre, j'ai trouvé les personnages parfois un peu inexpressifs, surtout l'actrice. Je ne connaissais pas du tout cet auteur mais cette lecture m'a suffisamment plu pour être tentée de découvrir ses autres albums !