Lhommequinaimaitpaslesarmes1

Lhommequinaimaitpaslesarmes2

Lhommequinaimaitpaslesarmes3

 

 

 

 

 

 

 

Tome 1 : Chili con carnage
Tome 2 : Sur la piste de Madison
Tome 3 : Le mystère de la femme araignée

Désert de l'Arizona, 1899. L'avocat d'origine anglaise Byron Peck, qui hante habituellement les tribunaux de Los Angeles, semble être sur la piste de quelque chose ou quelqu'un, voire même des deux. Il est accompagné de Knut Hoggaard, un danois de forte carrure qui a des difficultés d'élocution mais les deux hommes, pourtant très différents, semblent avoir le même but. Pendant ce temps, le train qui traverse le désert est attaqué par des hors-la-loi mexicains et ceux-ci ne restent pas insensibles au charme d'une des voyageuses, Margot de Garine. Celle-ci réussit à convaincre Manolo Cruz, le chef de bande, de faire équipe avec elle et de l'emmener dans son repaire car la belle est aussi à la recherche de quelque chose …

J'avais été impressionnée par la file d'attente pour les dédicaces concernant cette série lors du festival BD de Nîmes cette année alors je l'avais notée dans un petit coin de mon cerveau. J'hésitais juste à me lancer dans cette lecture car le quatrième et dernier tome n'est pas encore paru et en général, je préfère lire les séries quand elles sont terminées. Mais quand j'ai vu les trois tomes à la médiathèque, j'ai craqué (et je me suis dit aussi que cela risquait de ne plus arriver dans un futur proche). Je trouve le titre très intriguant et les couvertures superbes et amusantes avec ce ton décalé, comme l'est Byron Peck. Le personnage est très anglais, avec son côté un peu précieux et flegmatique et son compagnon danois est tout l'inverse, un peu grosse brute et frustre avec ses borborygmes. Quant à Margot, normal qu'elle charme tous les hommes vu son allure mais je suis d'accord avec les exclamations de Knut à son sujet (si vous voulez en savoir plus, il faut lire la série!). J'étais contente de me plonger dans une ambiance western, que j'apprécie à nouveau depuis quelques années, et avec ces trois tomes, je me suis bien régalée. L'histoire est originale car elle aborde un sujet finalement bien défini par le titre de la série et l'ensemble ne manque ni d'humour ni d'action, sans compter des personnages très réussis et un graphisme superbe. Les paysages sont de toute beauté, riches en détails, et les personnages sont bien différenciés et la petite touche de caricature est bienvenue. Les couleurs aussi sont bien choisies et cela donne des albums très agréables à regarder. Je ne lis pas souvent des albums de format traditionnel (de 48 pages) mais là, je trouve qu'ils sont vraiment bien menés et apportent un excellent moment de détente, sans oublier que le thème qu'ils abordent laisse quand même à réfléchir. Il me tarde de voir le dernier tome paraître !

Les avis de Midola et Violette.

***

Edit du billet du 14 janvier 2015

 

Relecture des tomes 1 à 3 :

Comme j’ai enfin réussi à mettre la main sur le quatrième et dernier tome de cette excellent série, j’ai eu enfin (et besoin) de relire les trois premiers opus pour me remettre dans l’ambiance et rafraichir ma mémoire assez brumeuse sur les détails de l’histoire. Effectivement, si je me rappelais très bien des personnages hauts en couleur, j’avais oublié pas mal de choses concernant leurs aventures, leurs motivations et leurs buts. En plus, comme l’ensemble est très réussi, j’ai pris énormément de plaisir à cette relecture et je ne me suis pas ennuyée une seconde !

 

Lhommequinaimaitpaslesarmes4Tome 4 : La loi du plus fort

 

Après de nombreuses péripéties et rebondissements, Margot est en route pour Washington, avec à ses trousses son mari Byron et son ex-amant Knut, qui sont bien décidés à mettre la main sur les fameuses lettres pouvant soit rapporter gros soit changer à tout jamais la société américaine. Mais dans cette course folle, des Navajos se sont aussi invités, se battant pour leurs droits à la terre avec des réserves diminuant comme peau de chagrin. En ligne de mire : la capitale américaine, ses politiciens, ses hommes d’affaire et peut-être de nouvelles alliances en vue pour notre groupe impropable qui ne cesse de s’opposer les uns aux autres …

 

Je n’aime pas trop faire des billets sur différents tomes d’une même série car je trouve qu’on en révèle alors trop ! J’ai donc fait ici un résumé du dernier opus assez court en essayant d’en révéler le moins possible. Après ma relecture des trois premiers tomes qui fut tout aussi plaisante que ma découverte de ceux-ci, j’ai donc enchainé avec ce quatrième et ultime volume. Le graphisme est toujours aussi agréable et sympathique. Comme cette fois, le récit se déroule plutôt en ville, exit les paysages grandioses mais les décors restent superbement bien détaillés et agréables à regarder tout en nous plongeant dans une époque révolue. Les personnages sont toujours aussi réussis, expressifs et amusants dans leurs mimiques et leurs attitudes légèrement caricaturées. Quant aux couleurs, elles sont lumineuses et très adaptées : elles plantent une ambiance aussi bien rétro que réaliste. L’ensemble est donc une réussite visuelle et totalement à mon goût ! Le récit conserve son ton décalé et émaillé d’humour, même si certaines situations se révèlent plus dramatiques mais avec néanmoins une touche d’ironie amère et bien ancrée dans la réalité. Et bien sûr, il y a toujours de l’action et des retournements de situation (peut-être quand même moins spectaculaires que dans les tomes précédents : on est en ville et en plus, l’histoire court à sa fin). Le sujet est effectivement toujours d’actualité (le titre nous en donne un aperçu) et risque de le rester encore longtemps et du coup, c’est une lecture qui sera toujours aussi intéressante à lire au fil des années. Avec ce genre de série, cela me donne envie de tenter plus souvent des lectures d’albums que je considère comme des formats « classiques » (48 pages) car on peut s’apercevoir avec cet Homme qui n’aimait pas les armes à feu que le genre se renouvelle de façon brillante et réussie !