Lesdamnesdeparis

Paris, mai 1869. Constance Deprez arrive à Paris après l'enterrement de ses parents en Normandie. C'est sa première venue à la capitale et dès son arrivée, elle rencontre un sergent de ville mal intentionné qui lui propose un logement dans une maison aux mœurs peu recommandables. Mais la jeune femme ne se laisse pas faire et en errant dans les rues, elle rencontre un jeune garçon, Darius, qui fait le coursier entre imprimerie et journalistes. Il est d'ailleurs client régulier du caricaturiste Gill, qui n'est pas indifférent à la jeune femme. Mais celle-ci a une mission : celle de retrouver son fils qu'on lui a enlevé dès la naissance et proposé à l'adoption dans la capitale …

La couverture est vraiment superbe et cela faisait un petit moment que je n'avais pas lu de bande dessinée historique. Celle-ci ressort du lot par la qualité de son dessin aux couleurs douces, tout en finesse et en réalisme, plantant des personnages variés, dont certains connus, et déroulant des décors riches en détails et particulièrement bien étudiés. D'ailleurs, on peut dire que le côté historique a été très bien travaillé, même si l'histoire est totalement imaginée. Mais elle s'appuie sur des personnages réels, comme le caricaturiste Gill et utilise certains aspects de sa vie au fil des pages. Les auteurs donnent ainsi une explication plausible sur les raisons qui provoqueront certains évènements et la tournure que prendra la vie de cet homme aux multiples casquettes (chansonnier, journaliste, peintre, caricaturiste et j'en oublie!). Cela m'a donc permis de découvrir cet homme qui a donné son nom au cabaret « Le lapin agile » (le lapin à Gill) et que je ne connaissais pas du tout. Qui plus est, il est aussi très intéressant de découvrir le Paris et la société de cette époque. Là où j'ai parfois eu un peu de mal, c'est lors de certaines transitions. Même si celles-ci sont toujours bien identifiées par une phrase en haut de page, j'avais quelquefois la sensation d'avoir raté un épisode et je revenais en arrière pour vérifier que je n'avais pas loupé une page. Cela reste néanmoins très compréhensible mais c'est juste que j'avais l'impression que cela aurait pu être plus fluide, mieux amené. Si j'ai été intéressée par l'histoire, je n'ai pas franchement trouvé les personnages très attachants sauf le jeune Darius. Même Constance, qui aurait du toucher une corde sensible chez moi, m'a laissée plutôt indifférente, voire même parfois agacée devant son attitude et ses réactions. Mais l'ensemble est bien agréable à lire et à détailler au niveau des dessins et le sujet a le mérite d'être original donc ce serait dommage de passer à côté, même si on n'est pas fan de cette période historique (ce qui est mon cas).

L'avis de Lasardine.