LesassassinsHEARTS2

Le 23 novembre 1984, à Jersey City, John Costello a seize ans quand il est victime, en compagnie de sa petite amie, d'un tueur en série surnommé le Marteau de Dieu. John est gravement blessé mais vivant alors que Nadia n'a pas la même chance. Vingt-deux ans plus tard, en 2006, John vit en solitaire, travaille comme enquêteur pour un journal new-yorkais et est une véritable encyclopédie vivante sur les tueurs en série. C'est lui qui remarque les similitudes entre plusieurs meurtres commis à New York depuis le mois de juin et dont les enquêtes sont attribuées à différents commissariats de la ville : il semblerait qu'un seul et unique tueur s'évertue à reproduire des scènes de crime de tueurs en série célèbres. Ray Irving, l'inspecteur en charge du premier crime, celui d'une jeune fille de quinze ans, va devoir faire équipe avec John pour retrouver le monstre qui sévit dans l'ombre …

J'avais ce titre dans ma PAL depuis un moment car je l'avais acheté en VO mais c'est finalement en version française que je l'ai lu car il fait partie des romans à lire dans le cadre d'un de mes clubs de lecture (et puis, je n'ai pas réussi à retrouver rapidement mon exemplaire en anglais parmi les dizaines de piles de livres chez moi !). L'auteur est un auteur que j'apprécie beaucoup, même si certains de ses romans m'ont mois plu que d'autres et en plus, je suis loin d'avoir lu tout ce qu'il a produit. Mais là, vu que ça parle de tueurs en série, je ne pouvais pas passer à côté ! Bon, l'idée d'avoir un copycat qui reproduit des meurtres d'autres tueurs en série, ce n'est pas nouveau et ça a été utilisé plusieurs fois mais Ellory a le talent de mettre en scène son histoire. Tout d'abord, il ne va pas forcément faire « revivre » les meurtres des tueurs les plus connus comme Bundy ou Dahmer. Il en met un ou deux célèbres et d'autres moins connus, ce que j'ai trouvé intéressant car cela m'a fait travailler la mémoire dans certains cas (et pour certains, j'avoue que je ne connaissais pas ou alors j'avais carrément oublié). Mais surtout, l'auteur est très doué pour créer des personnages attachants, un peu décalés, un peu en dehors de la société, seuls, pas toujours très joyeux mais pour lesquels on a tout de suite des sentiments. Il les place dans une histoire à l'atmosphère sombre, lourde, particulière … le même genre d'ambiance que j'ai trouvé dans « Seul le silence » ou « Les neuf cercles » et qui me plait vraiment beaucoup car elle ne se retrouve dans aucun autre polar. Les chapitres sont assez courts mais pas trop, ce qui donne un bon rythme de lecture sans évoquer une quelconque technique typique des romans policiers américains (certains sont basés sur des chapitres de quatre ou cinq pages maximum). L'enquête ne mise pas sur l'action mais sur la réflexion, l'étude des indices, de la psychologie des tueurs, sur les liens qu'on peut faire et j'avoue qu'on ne sait pas où tout cela va mener et qu'il n'est pas facile de le deviner avant le final où tout s'accélère et où il est impossible de lâcher le livre. D'ailleurs, hier soir, j'ai éteint à 3h45 tellement j'étais absorbée par l'histoire et je me suis jetée sur le livre ce matin pour le terminer … cela faisait longtemps que cela ne m'était pas arrivé avec un polar ! Alors oui, c'est un coup de coeur sans hésitation !!!!!

L'avis de Miss Alfie.