JamestownLe 19 décembre 1606, une centaine d'hommes répartis sur trois navires s'apprête à quitter Londres pour s'installer quelque part en Virginie, sur la côte Est américaine. Leur but : damer le pion aux Espagnols qui prospèrent depuis plusieurs années sur ce continent en créant une nouvelle colonie anglaise. L'expédition était dirigée par le capitaine Newport mais pratiquement tous les corps de métier sont représentés parmi les futurs colons. Parmi eux se trouve John Smith, capitaine de son état et toujours prêt à essayer de motiver les hommes, quitte à déranger certains officiers. Après une traversée éprouvante et une exploration de la côte, les bateaux jettent l'ancre et les hommes se dirigent vers l'intérieur des terres où ils choisissent un emplacement non loin de la James River pour fonder Jamestown au nom de la couronne anglaise. Très vite, l'arrivée de ce groupe est remarquée par les tribus indiennes voisines, étonnées de voir tous ces hommes occupés à bâtir des maisons en bois …

J'avais encore un titre de cet auteur dans ma PAL et je me suis donc empressée de le lire (après Truckee Lake et Le temps est proche). En fait, c'est ce titre-là que j'avais acheté en premier et finalement, c'est lui que je lis en dernier (mais c'est logique car il était tout en bas de la pile). C'était le sujet qui m'avait tout de suite attirée car j'étais curieuse de découvrir comment s'était fondée cette colonie anglaise. Comme ce n'est pas ma première lecture de cet auteur, je n'ai pas été surprise de voir que les personnages ont rarement l'air d'humains (à part peut-être John Smith) … cette fois, ils ont parfois l'air d'insectes ou bien alors d'extra-terrestres ou d'amibes. Les premières pages présentent le but de l'expédition et tous les personnages et je me suis beaucoup amusée à voir qu'ils étaient tous différents (certains sont longilignes, d'autres tout ronds, certains ont plein de poils, d'autres qu'un oeil ou un bec, d'autres encore pas de bras …). Une fois qu'on est habitué à ces choix, cela ne dérange plus (et on différencie bien ainsi tous les protagonistes … à part qu'il faut se rappeler leur allure et là, j'ai eu du mal et j'ai du plusieurs fois revenir aux pages de présentation !). Le dessin noir et blanc est toujours assez sobre mais les représentations des rivières et des talus herbeux m'ont presque filé le tournis devant l'abondance de traits (j'imagine que l'auteur a du attrapé quelques crampes aux mains en les dessinant !). J'ai trouvé très intéressant de voir comment tout commence plutôt bien, avec de la solidarité entre colons mais que cela ne dure pas. Il y a vite des tensions, des jalousies, des tentatives de « prise de pouvoir » et les relations avec l'Angleterre, qui est si loin et qui oublie parfois ses colons. Il y a aussi toutes les difficultés propres aux défis physiques : construire un endroit où vivre, trouver à manger, survivre aux maladies. Et pour couronner le tout, il y a les relations avec les tribus indiennes, indispensables à la survie de la colonie. John Smith est connu pour sa rencontre avec Pocahontas et effectivement, on la découvre dans l'histoire mais ce n'est pas un sujet majeur, loin de là (juste deux lignes !). J'ai trouvé l'ensemble passionnant car on voit que chaque homme a un caractère différent et que certains sont plus aptes à mener à bien de telles missions alors que d'autres n'en ont pas la capacité pour différentes raisons. Voilà donc un album au graphisme étonnant mais au contenu très réussi, mêlant Histoire et étude psychologique.