StationelevenHEARTS2

 

 

 

Arthur Leander, 51 ans, joue le Roi Lear dans un théâtre de Toronto. Mais lors de la représentation, il est terrassé par une crise cardiaque malgré les tentatives pour le secourir d'un des spectateurs, Jeevan Chaudhary, un ancien paparazzi devenu journaliste people puis secouriste paramédical. La jeune Kirsten, sept ans, est sur scène au moment du drame et est le témoin du drame. Mais le monde tel qu'il est va bientôt basculer dans le chaos. Une épidémie de grippe mutante décime en peu de temps la plus grande partie de la population mondiale. Vingt ans plus tard, les survivants se sont organisés comme ils ont pu, le plus souvent en petites communautés. Autour du lac Michigan, une troupe itinérante d'artistes propose des pièces de Shakespeare et des concerts de musique classique. Parmi eux, il y a Kirsten, qui a survécu à la pandémie mais ses souvenirs de l'ancien monde sont très morcelés alors que d'autres membres de la troupe se rappellent avec nostalgie de celui-ci …

J'avais noté ce livre dans un mail d'une librairie américaine qui avait listé les meilleurs romans post-apocalyptiques des dernières années car j'adore ce thème. Je fus donc agréablement surprise de voir que ce titre venait d'être traduit et par un coup de chance incroyable, j'ai réussi à mettre la main dessus dans une des médiathèques que je fréquente (alors que, pour une autre, la liste d'attente pour l'avoir est longue). Je ne savais pas trop si le thème du roman allait s'axer sur le rôle de l'art dans un monde dédié à la survie ou sur d'autres sujets. Finalement, ceux-ci sont assez nombreux : l'adaptation à un monde totalement différent, la nostalgie de ce qu'on a perdu, le deuil, la famille, le couple, l'art (sous toutes ses formes : théâtre, musique, bande dessinée entre autres), la religion, la solidarité et j'en oublie. Par un patient et habile tissage, l'auteure nous fait passer d'une époque à l'autre, couvrant plusieurs décennies avant et après la pandémie. On découvre le passé de certains personnages, leur futur (plus ou moins long) et on découvre que certains survivants sont liés à d'autres. Un des fils conducteurs est en rapport avec le titre mais je n'en dirai pas plus pour conserver le plaisir de la découverte. Kirsten est un des personnages principaux et je l'ai trouvé très attachante et très émouvante mais elle n'est pas la seule à avoir su jouer avec mes émotions. J'ai un peu pensé à l'auteure Kate Atkinson dans la construction de l'histoire, avec cette façon de relier peu à peu certains personnages alors que tout semble partir dans des sens différents, d'aller et venir dans le temps pour nous donner des informations sur ces personnages pour les rendre plus humains et toujours cette nostalgie, ces regrets d'une civilisation disparue. J'ai adoré cette ambiance toute particulière … c'est vraiment un roman qui me restera longtemps et j'ai envie de découvrir les autres livres de cette auteure !

L'avis de Cathulu.