Chronosquad1Tome 1 : Lune de miel à l'âge de bronze

Telonius Bloch, jeune diplômé spécialisé dans le Moyen-Age et grand maladroit, doit enfin rejoindre l'équipe Chronosquad, chargée d'intervenir à différentes périodes de l'Histoire de la Terre s'il survient des problèmes entre touristes temporels et populations locales d'époque. Il faut dire que l'humanité a trouvé comment voyager dans le temps et les voyages découvertes des différents lieux à différentes époques font rage. Cette fois, il s'agit de retrouver la fille du président de la Banque Centrale et son petit ami, qui ont disparu d'un club de vacances de luxe situé dans l'Egypte antique de l'année 2574 avant Jésus-Christ …

Après avoir entendu aussi bien des critiques positives que négatives à propos de cet album, ma curiosité était forcément piquée et j'avais envie de savoir de quel côté je me trouverai après l'avoir lu. Je dois dire que la couverture ne m'attirait pas franchement mais que l'idée des voyages touristiques dans le temps me plaisait plutôt bien. Le graphisme un peu brouillon ne m'a pas déplu mais ne m'a pas emballée non plus : j'ai trouvé les décors sympas et réussis, les couleurs et le choix de l'aquarelle plutôt agréables quoique parfois un peu foncées et les personnages sont suffisamment typés (à l'extrême) pour qu'on les reconnaisse facilement mais c'est peut-être là que j'ai le moins accroché. Qui plus est, le héros Telonius Bloch m'a tout de suite agacée avec son attitude d'ado attardé et ses maladresses. Je pense que cela devait amener une touche d'humour mais ça n'a pas du tout fonctionné avec moi ! Alors, quand le personnage principal d'une histoire ne paraît pas sympathique, il vaut mieux que les autres protagonistes soient à la hauteur et là, et bien, c'est varié. J'ai bien apprécié Mümin Beylogu, le grand costaud, mais moins Penn, la seule femme et chef de l'équipe, qui paraît peu intéressée par son travail. Quant aux deux « disparus », ce sont des adolescents et qui plus est issus de familles riches, donc ils n'ont pas grand chose pour eux ! L'histoire ressemble à un thriller : du suspense, de l'action, de la violence mais cela reste assez classique dans son développement. Le plus intéressant dans cette lecture, ce sont les contrastes entre les gens venus de notre époque et ceux des périodes historiques visitées. Il y a quelques moments savoureux mais ils sont trop peu nombreux à mon goût. A la fin du tome, on reste le bec dans l'eau en attente de la suite mais je ne crois pas que cette attente m'empêchera de dormir car je ne me suis pas beaucoup attachée aux personnages et je ne trouve pas le suspense intense, malgré quelques pistes qui pourraient se révéler intéressantes. Il y avait matière à faire avec un tel sujet mais il me semble que les auteurs sont un peu passés à côté et si j'ai lu l'album rapidement et sans déplaisir, je ne peux pas dire que j'ai été conquise … disons que je suis restée assez indifférente à l'ensemble !

***

Edit du billet du 15 février 2017 (risques de spoilers)

Chronosquad2

Tome 2 : Destination Révolution, dernier appel

L’enquête de l’équipe Chronosquad pour retrouver la jeune fille et son petit ami disparus en Egypte antique les a conduits à une troupe d’esclaves en transit où ils ont retrouvé les deux fugueurs. Mais les marchands esclavagistes se révèlent être du 20ème siècle et une fusillade éclate. Les Chronosquads sont dispersés : Telonius est blessé, Beylogu a réussi à capturer un marchand alors que Penn est retourné dans le présent pour prendre de nouvelles consignes. Beylogu tente de retrouver Telonius tout en pistant les esclaves, emmenés vers un lieu mystérieux sous les ordres d’une blonde musclée et imposante …

J’avoue que cela fait quelques jours que j’ai terminé la lecture de ce tome et me voilà bien embêtée pour rédiger ce billet de lecture car je ne me rappelle pas grand chose de l’histoire !!!! C’est dire que ça ne m’a pas franchement passionnée ! On retrouve le graphisme du premier tome : un peu brouillon, des jolis décors, des couleurs agréables (mais l’aquarelle donne souvent un ton doux aux dessins) … mais bof, je ne suis pas très fan de la représentation des personnages souvent trop caricaturés (si c’était un album d’humour, cela ne m’aurait pas dérangée mais là, vu l’histoire, ça ne me convient pas). Quant à l’histoire, elle reprend là où s’est arrêté le premier tome … sauf que les premières pages de ce tome 2 sont un peu déconnectées du fil conducteur (on se demande où on va !) avant qu’on replonge vraiment dans le récit proprement dit (on comprendra plus tard la raison d’être de ces pages mais avoir choisi de les mettre au début de l’album me laisse perplexe). On va donc suivre Beylogu (chouette, c’est mon personnage favori !) à la recherche de Telonius et des esclaves et parallèlement, on va voir le périple de ces esclaves et à quoi ils vont servir. Et bien sûr, comme il s’agit de voyages dans le temps, on va découvrir d’autres époques et d’autres lieux. Comme le titre de l’album l’indique, le thème principal est la révolution et l’émancipation de tous les peuples mais j’avoue que je n’ai pas vraiment accrochée … même en le feuilletant, je n’arrive pas vraiment à me rappeler les détails et le déroulement exact de l’histoire. Tout me paraît brouillon, ça part dans tous les sens et cela m’a paru peu cohérent, sans personnage phare pour guider le lecteur et lui permettre de s’attacher aux protagonistes (et par conséquent à l’intéresser au récit). Ça augure mal pour la lecture du prochain tome (heureusement, pour une fois, il y a un résumé détaillé des évènements passés au début de chaque tome). J’avais eu une réaction mitigée à l’issue de la lecture du tome 1 et cela n’a pas vraiment l’air de s’arranger pour moi ! On verra ce qui se passe pour le tome 3 quand je mettrai la main dessus à la médiathèque.

L'avis de Mo, qui a beaucoup plus aimé que moi !

***

Edit des billets du 15 février 2017 et du 28 novembre 2017 (risques de spoilers)

Chronosquad3

Chronosquad4Tome 3 : Poulet et cervelle de paon à la romaine
Tome 4 : Concerto en la mineur pour timbales et grosses têtes

L’équipe des Chronosquads continue leur travail à travers les époques spatiotemporelles. Telonius, remis de sa blessure, est avec Penn dans la Rome antique pour essayer d’arrêter celui qui organise des extras non officiels pour les chronotouristes alors que le reste de l’équipe essaie, sous la houlette de leur chef, le professeur Korais, d’enrayer les dégâts provoqués par la révélation publique de l’évasion de plusieurs prisonniers du camp de l’époque dévonienne, certains étant impliqués dans l’enlèvement des deux jeunes touristes en Egypte de l’âge du bronze. Pendant ce temps, justement, Céleste et son nouvel ami Djede, qui ont été envoyés dans une nouvelle époque, essaient tant bien que mal de rejoindre l’Europe et un éventuel chronoport tandis que l’ami de Céleste, kidnappé en même temps qu’elle, a été fait prisonnier de ces étranges géants silencieux qui ont attaqué le camp de la fameuse blonde musclée, Silverberg, qui semble être connue du professeur Korais …

Bon, mon résumé ne vous paraît peut-être pas très clair et je dois dire que j’ai eu un mal fou à le rédiger ! Il faut dire que l’histoire a tendance à partir un peu dans tous les sens, comme dans les précédents tomes, et n’arrête pas de passer d’un groupe à l’autre, et donc forcément sautent d’époques et de lieux. Mais j’ai eu encore du mal avec le récit : par exemple, quel intérêt à développer cette histoire dans la Rome antique ? Il semble qu’elle est juste là pour meubler et pour nous montrer un peu le travail habituel des Chronosquads. Et le pire, c’est qu’elle n’est pas la seule à faire digression. J’ai trouvé Telonius toujours aussi agaçant (même si certaines choses peuvent le « racheter » un peu) mais j’ai de plus en plus apprécié Céleste et son ami Djede, qui est vraiment très attachant dans sa simplicité d’aborder le monde (pourtant très différent de celui auquel il est habitué). Le graphisme est bien constant du premier au dernie tome : il a toujours son côté un peu brouillon, avec des jolis décors et des couleurs agréables mais je ne suis toujours pas habituée à la représentation des personnages que je trouve trop caricaturés (et caricaturals !). Pas de pause entre les tomes :l’histoire reprend là où elle s’arrête précédemment et du coup, quand on lit les tomes à suivre, ce n’est plus un problème (par contre, si on s’arrête entre deux, bonjour la galère à la reprise !). Avec ces deux derniers tomes, on va donc apprendre qui est la blonde Silverberg, d’où proviennent ces mystérieux et étranges géants, certains personnages font apprendre des choses sur leur vie et on verra si Céleste et ses amis kidnappés vont s’en sortir ou non. Encore une fois, on va fréquenter une multitude d’époques et de lieux mais je ne sais pas pourquoi je n’ai toujours pas vraiment accrochée … trop de choses mises en vrac dans les albums, pas assez de fil conducteur ou de personnages vraiment attachants, des explications soit trop simples, soit limites inexistantes, soit tirées par les cheveux, des épisodes qui trainent en longueur et d’autres qui sont trop vite passés … bref, rien ne me convient dans le traitement du récit, dont le point de départ avait pourtant tout pour me plaire. Même si la série est terminée à la fin du tome 4, certaines choses pourraient laisser à penser qu’une suite serait possible mais cette fois, c’est sûr, je ne la lirai pas !

L'avis de Mo pour le tome 3 et le tome 4.