ConfessionsdunenrageEté 1979. Le petit Liam, quatre ans, vit à Rabat, au Maroc, avec sa famille et son frère ainé. Les deux enfants se promènent dans la médina lors des courses au marché ou bien jouent ensemble dans la cour de leur maison où de nombreux chats de passage se prélassent au soleil. Un jour, occupés à jouer au football, Liam est attiré par les miaulements déchirants d'un chat. Il s'en approche et là, c'est le drame : l'animal l'attaque et le griffe profondément au visage. Liam est amené en urgence à l'hôpital alors que d'autres personnes s'occupent de capturer le chat. Des analyses révèlent vite que le matou est porteur de la rage et Liam recçoit immédiatement un traitement antirabique qui consiste en plusieurs injections à différents intervalles. Mais pour plus de sureté, la famille quitte le Maroc pour retourner en France, dans le froid et la pluie. Le changement de décor n'est pas facile à accepter pour Liam, qui souffre de cauchemars dans lesquels un chat est omniprésent …

J'aime les chats et pourtant, cette couverture ne me plaisait pas vraiment. Je crois que je trouve le fond rouge trop agressif pour moi et le personnage, mi-humain mi-chat, a l'air lui aussi tendu et en colère, ce qui correspond parfaitement au titre et à l'histoire. N'empêche, malgré son indéniable qualité, il y a quelque chose dans cette couverture qui a tendance à me déranger et à me faire reculer. Par contre, dès les premières pages, j'ai été conquise par le graphisme (en fait, la couverture a été dessinée par l'épouse de l'auteur, ce qui explique la différence de style). Le dessin est moderne, un peu anguleux, nerveux, avec des décors superbes et des personnages expressifs. Les couleurs sont variées : lumineuses pour le Maroc, plus sombres pour la France mais toujours agréables à regarder et j'ai apprécié le fait que le papier de l'album ne soit pas glacé (il y a un confort de lecture indéniable quand il n'y a pas de reflets !). Quant au découpage, il est dynamique et change constamment : il y a parfois des vignettes classiques, parfois les dessins se relient les uns aux autres sans séparation, voire même se mêlent les uns aux autres, ce qui maintient l'intérêt et le rythme du récit. L'histoire mélange l'autobiographie et le fantastique de façon très réussie. L'auteur, c'est vraiment Liam, car il a été griffé par un chat enragé quand il était petit et qu'il a ensuite fait des cauchemars. Le fantastique intervient dans l'histoire sous la forme d'un chat omniprésent dans l'inconscient de Liam, qui va prendre de plus en plus de place dans sa vie d'une certaine façon que je tairai pour garder le suspense et le plaisir de la découverte. Le récit est entrecoupé d'informations scientifiques sur la maladie, qui sont intéressantes mais peut-être un peu trop détaillées (mon chéri a trouvé certaines choses inutiles car trop précises mais comme j'aime tout ce qui a rapport à la médecine, de mon côté, je n'ai pas eu la même impression). On voit comment la vie d'un enfant et d'une famille tout ce qu'il y a de normal et d'heureux peut être bouleversée par un événement inattendu, qui se révèle pourtant non mortel mais qui va avoir de grandes conséquences. C'est une histoire de passage de l'enfance à l'adolescence puis à l'âge adulte, avec toutes les difficultés habituelles amplifiées par ce chat enragé et j'ai trouvé le récit très bien mené de façon vraiment très originale. Liam est très attachant et j'ai trouvé qu'il était très facile de s'identifier à lui et de le comprendre, ce qui fait qu'il m'a été difficile de devoir repose l'album le soir au coucher tant je voulais savoir ce qui allait lui arriver. J'aurais pu passer à côté de cette lecture à cause d'une couverture qui me mettait mal à l'aise alors qu'au final, j'ai énormément aimé cette histoire et ses personnages !