StupormundiRégion des Pouilles, au Moyen-Age. Le savant Hannibal Qassim el Battouti a dû fuir Baghdad avec sa fille paralysée Houdê et son serviteur El Ghoul, qui porte la fillette partout où elle le désire. Ils trouvent refuge dans un château construit sur ordre de l'empereur Frédéric II, surnommé la Stupeur du Monde. Cet édifice, dirigé par Hermann von Salza, donne asile à tous les savants et les érudits de la Chrétienté et d'ailleurs et met à leur disposition tout ce dont ils auraient besoin pour leur oeuvre ou leurs recherches. Hannibal compte d'ailleurs continuer à améliorer son invention mystérieuse basée sur des principes d'optique et de chimie mais il a besoin de temps et surtout d'un livre présent dans la bibliothèque du château mais difficilement accessible …

C'est tout d'abord le titre qui m'a attirée : il est à la fois étrange, mystérieux et prometteur. Et dès le départ, j'ai donc appris une chose : que c'était le surnom d'un empereur du Moyen-Age dont j'ignorais tout, à part le fait qu'il fut l'époux d'une des filles du roi anglais Jean sans Terre (j'adore cette période mais je la connais mieux du côté anglais et français). Le dessin ne m'enthousiasmait pas franchement et c'est un peu pour ça que j'avais repoussé cette lecture jusqu'à présent. Pourtant, il est simple, avec des décors minimalistes et des personnages un peu caricaturaux mais bien reconnaissables. J'ai trouvé que certains ressemblaient à des oiseaux, avec leur nez marqué rappelant des becs mais ce n'est pas ce qui m'a gênée (au contraire, c'est un des aspects graphiques que j'ai bien aimé). Non, je crois que c'est les aplats de couleur, ainsi que le choix des teintes qui me convenaient le moins. Pourtant, les couleurs sélectionnées ne sont jamais agressives, ce qui est un plus, mais je trouvais que cela créait un manque de relief. Bon, voilà pour mes bémols concernant l'album et qui, au final, se sont révélés faciles à oublier (le graphisme m'a de moins en moins gênée au fur et à mesure de ma lecture). Côté histoire, il n'y a rien à reprocher car elle mêle différents sujets : on a l'aspect historique, avec l'ambiance et quelques repères connus comme par exemple la présence du mathématicien Fibonacci, les différentes guerres qui émaillaient l'époque, bien souvent en rapport avec la religion, on a aussi l'omniprésence de la science et des arts en tous genres, avec les recherches des uns et des autres, l'immense bibliothèque et Hannibal qui essaie de perfectionner son invention, il y a de l'émotion et du sentiment car Houdê est malheureuse d'avoir oublié certains pans de sa vie (mais c'est un système de défense mis en place par son cerveau, ce qui est très montré) et puis il y a aussi du suspense car on n'apprend pas tout de suite en quoi consiste cette fameuse invention et on ignore comment Houdê a perdu l'usage de ses jambes, pourquoi El Ghoul porte un masque et pourquoi Hannibal, sa fille et leur serviteur ont du fuir leur pays. On va peu à peu découvrir ce qui s'est passé mais même la façon dont on l'apprend est originale pour l'époque. Il y a d'ailleurs beaucoup d'originalité dans cet album : les personnages sont hauts en couleur, le sujet en lui-même et son développement (dont je tairai l'essentiel pour conserver le mystère … je peux par contre dire que j'ai beaucoup aimé !) sont traités de façon subtile et bien menée et apportent une explication inattendue à propos d'une chose bien connue ! Au final, comme son titre l'indiquait, ce fut une lecture instructive et passionnante, érudite et abordable, qui malgré un dessin qui ne m'avait pas convaincue au départ, a réussi à me séduire totalement !

Ce fut une lecture commune avec mon amie Mo dont le billet est ici et  qui a autant apprécié l'album que moi !

L'avis de Noukette.

Enregistrer

Enregistrer