LechevaldorgueilLes parents de jeune Pierre se marient en 1913 dans un petit village breton et Pierre nait au début de 1914, passant alors sa petite enfance sans connaître son père, parti à la guerre. Mais Pierre aime écouter les histoires de son grand-père, comme celle de la poule qui allait se marier au coq du village voisin ou celle de l'homme au chapeau doté de rubans rouges. Et puis, comme tout jeune garçon, il fait des bêtises, comme grimper aux arbres, se baigner dans des eaux agitées et faire parfois l'école buissonnière avec ses copains …

Je n'ai pas lu le livre de Pierre-Jakez Hélias dont cet album est librement inspiré et pourtant, c'est un incontournable de la littérature bretonne. Mais je me suis dit qu'en lisant cette bande dessinée, cela me donnerait peut-être le goût de me lancer dans le livre ! Et puis, j'ai été aussi attirée par le dessin, avec ces personnages aux grosses têtes rondes qui m'ont tout de suite paru attachants, sympathiques et amusants. Comme il s'agit surtout de l'enfance de l'auteur, le graphisme a un côté un peu naïf et enfantin qui va bien avec l'histoire et les couleurs sont très limitées : beaucoup de gris et blanc et des touches de rouge et d'orange (quand il y a des disputes par exemple). Les décors sont parfois un peu torturés, un peu effrayants, particulièrement quand ils décrivent la guerre ou certaines légendes bretonnes. L'histoire est celle de Pierre-Jakez Hélias, qui deviendra un écrivain breton célèbre : on découvre le mariage de ses parents, son enfance, sa relation avec son grand-père, ses bêtises avec ses copains, l'école de l'époque (où il était interdit de parler breton), la pension au lycée dès ses onze ans … enfin, bref, toute une époque où les signes régionaux n'étaient pas bien vus. J'ai apprécié ces petits instants de vie, de voir évoluer et grandir Pierre, qui restera toujours attaché à ses racines. C'est une lecture vraiment sympathique et toute en sensibilité et elle a forcément des accents bretons !