EtilfoulalaterreaveclegereteEthan, en couple avec Gaëlle, vit à Paris et travaille pour une société pétrolière. Dans le cadre de son travail, il est envoyé dans le nord de la Norvège, aux îles Lofoten, près du cercle polaire, pour étudier la faisabilité d'une future exploitation de gisements sous-marins. Le jeune homme part à la rencontre des habitants, faisant d'abord connaissance avec sa logeuse, puis avec une jeune étudiante en médecine qui revient régulièrement dans sa région natale et avec une famille qui a quitté la ville pour venir s'installer dans ce qui ressemble à un paradis encore sauvage. Ethan, devant la beauté naturelle des paysages, commence à douter du bien-fondé d'une exploitation qui, certes, amènerait de la richesse aux habitants, mais surtout détruirait une grande partie de la nature encore intacte …

L'idée de départ est très intéressante car elle aborde un sujet d'actualité : comment continuer à vivre comme nous le faisons, à gagner de l'argent en sachant qu'on détruit la planète et y aurait-il une alternative ? Le titre aussi est intriguant car on se demande à quoi il fait référence et on le comprendra à la lecture de l'album. On suit donc Ethan, habitué de la ville, qui se retrouve totalement séduit par la nature sauvage de cet archipel norvégien, si loin de tout, et par la gentillesse de ses habitants. J'ai trouvé qu'on voyait bien le dilemme de chacun : avoir de l'argent ou bien conserver son environnement ou alors arriver à concilier les deux en rognant un peu sur chaque. Les discussions qu'Ethan a avec les habitants sont donc ancrées dans la réalité (la Norvège est un pays riche à cause du pétrole) et les questions posées sont très actuelles. Les auteurs se sont inspirés de la vie et des écrits d'un philosophe-professeur-écologiste norvégien Arne Næss pour étayer leur propos, créant ainsi un album militant pour la sauvegarde de la nature tout en essayant de conserver le confort auquel les hommes se sont habitués. On parle là d'écologie profonde, chose que j'ignorais totalement et que j'ai donc découverte avec cette lecture. Le graphisme fait la part belle aux paysages, les aquarelles les représentant en plein page ou en double page. Les tons sont doux, souvent axés vers les tons bleus et verts. Cela permet de créer un rythme lent, voire contemplatif et poétique. Mais j'ai trouvé que c'était un dessin qui s'appréciait mieux vu d'une certaine distance (on croirait voir des photos) alors que de près, certains traits me sont apparus parfois comme un peu épais, un peu grossiers (particulièrement dans la représentation des personnages). L'histoire en elle-même se résume à la découverte de la nature norvégienne par Ethan et à l'opposition profit-respect de la nature, opposition qui navigue souvent entre deux eaux tellement il est difficile de se positionner entièrement d'un côté ou de l'autre. J'ai trouvé l'ensemble plutôt intéressant mais trop peu creusé pour m'apporter vraiment une réflexion profonde. Je ne peux pas dire que j'ai été déçue ou que je me suis ennuyée mais dans l'ensemble, j'ai trouvé cette lecture un peu trop tiède et du coup, un petit peu plate.

Les avis de Jérôme et Noukette.