AmericanahIfemelu, trentenaire, s'apprête à quitter les Etats-Unis, où elle a vécu treize ans, pour retourner dans son pays natal, le Nigéria. La jeune femme, après des études dans une université américaine et la tenue d'un blog à succès à propos des problèmes raciaux aux USA, a quitté son petit ami américain et a le besoin de retrouver ses racines. Ayant grandi à Lagos, fille unique dans une famille de classe moyenne, Ifemelu a connu son premier amour, Obinze, alors qu'elle n'était encore qu'au lycée. D'ailleurs, Ifemelu pense beaucoup à Obinze, qui s'est depuis marié et est devenu papa d'une petite fille. Pourtant, c'est bien elle qui avait rompu leur relation alors qu'elle venait à peine d'arriver aux Etats-Unis et qu'elle peinait pour survivre et trouver un travail …

Mon résumé ne fait pas vraiment honneur au livre mais celui-ci est tellement dense que ce n'est pas facile de décrire l'histoire en quelques lignes. En me relisant, on croirait même qu'il s'agit juste d'une histoire d'amour alors que c'est largement plus que ça ! Dans ce roman où on suit Ifemelu et Obinze, il est question de vie quotidienne en Afrique, aux USA et en Angleterre, de race et de racisme, de société, d'expatriation, de retour aux racines, d'identité et j'en passe. Si l'histoire commence avec Ifemelu prête à quitter les USA, on bascule vite dans le passé. On y retrouve une Ifemelu adolescente, vivant à Lagos, entourée de sa famille et de ses amis. Elle rencontre le jeune Obinze au lycée et c'est le coup de foudre. La relation, bien que débutée jeune, semble sérieuse … jusqu'au départ d'Ifemelu pour les Etats-Unis avec un visa d'étudiante. J'ai trouvé intéressant de voir comment se déroulait la vie quotidienne au Nigéria, comment se passaient les relations (familiales, amicales et amoureuses). L'histoire doit se dérouler, je pense, entre les années 1990 et 2010 et on pourra donc aussi observer l'évolution du pays et de sa société quand Ifemelu rentrera au Nigéria (en plus, elle aura un « oeil neuf », celui d'une personne ayant longtemps vécu à l'étranger). Ensuite, une bonne partie du roman suit Ifemelu depuis son arrivée sur le sol américain jusqu'à son départ. C'est l'occasion d'aborder les problèmes de races, avec ses différents degrés (les Noirs étant tout en bas de l'échelle), les problèmes des immigrés et leur place dans la société, les galères et les magouilles pour avoir un emploi, les relations de couple mixtes, la société américaine et sa superficialité et son politiquement correct. Ifemelu, par l'intermédiaire de son blog, aborde beaucoup de sujets, avec un ton souvent plein d'humour et d'ironie mais toujours très juste. Les thèmes abordés m'ont beaucoup fait réfléchir (j'ai même discuté de certains avec mon chéri). Mais le roman ne se limite pas à Ifemelu. On suit aussi le parcours d'Obinze, resté au pays, puis parti en Angleterre pour essayer de gagner de l'argent. Là aussi, on voit que rien n'est pas facile mais on note de grosses différences avec la vie aux USA. Le comportement des gens qui entoure Obinze n'est pas le même, il est aussi perçu autrement qu'Ifemelu en Amérique. Montrer ces différences et ces similitudes d'un pays à l'autre m'a paru être une bonne idée et l'auteure a très bien exploité le filon. La dernière partie du livre est le retour d'Ifemelu et les retrouvailles inévitables avec Obinze mais là, je laisse le suspense planer ! On sent, sans aucun doute, une part du vécu de l'auteure, qui est Nigérianne et qui a suit un peu le même parcours que son héroïne. Roman empreint de sensibilité, de justesse, d'humour, d'humanité, servi par une belle plume, j'ai été conquise par le ton de cette auteure et sa façon d'aborder des sujets universels. C'est sûr que je lirai autre chose d'elle !

*Lu en anglais* (même titre en français qu'en anglais)