GroenlandvertigoNovembre 2010. Georges est dessinateur et scénariste de bandes dessinées mais a un peu perdu l'inspiration. C'est alors qu'il est contacté par Magnus Kuller, capitaine de la goélette Aurora, qui a obtenu son adresse mail par un ami commun, Jørn Freuchen, un auteur de nouvelles arctiques se déroulant au Groenland. Il lui propose de rejoindre l'expédition qui mêlera scientifiques et artistes et qui aura lieu au nord-est du Groenland en août 2011. Bien qu'il ne soit pas fan de voyages, Georges accepte et rejoint l'équipage et les participants en Islande où ils embarqueront à bord. Georges est à la fois inquiet et impatient de découvrir la région et il est content de retrouver son ami Jørn …

Cet album à la couverture très classique est à la fois un récit de voyage et une espèce de racontar arctique ! Car même si les personnages ont des noms différents, on ne peut que penser à Jørn Riel dans le rôle de l'auteur de nouvelles et à Tanquerelle, l'auteur de cet album (mais aussi de l'adaptation BD des racontars de Jørn Riel), dans son alter ego de papier Georges. En tout cas, j'espère qu'il n'est pas aussi maladroit que lui ! Car Georges, le narrateur, est non seulement un être inquiet dès qu'il n'est plus dans son environnement habituel (d'où son peu d'intérêt pour les voyages et ses cauchemars la première nuit) mais il est aussi très gaffeur, ce qui donnera des scènes amusantes qui rappellent les aventures des personnages de Riel, mais mis à la sauce actuelle. Bon, bien sûr, ce n'est pas tout à fait aussi savoureux que les racontars car les personnages de ces nouvelles étaient déjà très hauts en couleur et il ne pouvait être que difficile de les égaler mais l'auteur s'y efforce de son mieux (avec un artiste allemand un peu fou et parano, un Jørn Freuchen toujours prêt à l'aventure et un Georges qui enchaine les bêtises). On découvre un Groenland en été, sans glace ni neige et donc un peu moins « pittoresque ». Seuls les icebergs sont présents pour rappeler le rude climat. Le dessin est très classique et fait penser aux albums de Tintin (et d'ailleurs, Georges est parfois surnommé Tintin par ses collègues de l'expédition). Le trait est simple, les couleurs franches, les décors suffisamment détaillés pour qu'on s'y croit mais sans l'être trop (disons qu'on n'a pas l'impression de regarder une photo !) et les personnages ont tous des gueules bien reconnaissables. Je ne suis pas forcément fan de ce style graphique mais je trouve qu'il allait très bien avec l'histoire. Il y a de l'humour et de l'aventure, un peu de dépaysement et cela reste une lecture légère. Il y a par contre un bémol concernant l'impression de l'album : une feuille d'erratum y est jointe pour corriger les nombreuses fautes dans le texte mais j'avoue que je suis parfois restée un peu perplexe vu que je n'ai pas toujours vu de différence entre ce qui était écrit dans l'album et la correction à effectuer (et dans l'ensemble, les fautes sont souvent sur les accents ou leur absence ou sur les noms propres). Mais le pire, c'est qu'il y a même des fautes dans l'erratum (par exemple, sur le numéro de la case concernée par la correction) ! Franchement, je ne suis pas sûre que les erreurs m'auraient beaucoup gênée car mon cerveau les avait corrigées automatiquement lors de la lecture (sans compter que j'ai eu l'occasion de voir largement pire !). Voilà une lecture que j'ai trouvée sympathique et agréable, qui est sûrement plus savoureuse pour ceux qui connaissent l'oeuvre de Jørn Riel et qui, pour les autres, pourrait les inciter à se lancer dans ses excellents recueils de nouvelles !