BirmaniefragmentsEn 2015, Benoit, plutôt néophyte des problèmes birmans, et Frédéric, spécialiste et impliqué dans la vie sociale du pays à travers des associations, partent pour deux mois en Birmanie, avec un passage par la Thaïlande. Le pays, après avoir connu pendant longtemps la dictature militaire, semble s'ouvrir au reste du monde depuis quelque temps. Signe le plus flagrant aux yeux des Occidentaux, après avoir été assignée à résidence pendant plusieurs années, Aung San Suu Kyi, est élue députée en 2012 mais les problèmes n'ont pas disparu pour autant : l'islamophobie fait rage, entretenue par Wirathu, un moine bouddhiste prêchant la haine des musulmans et les différentes régions du pays ne sont toujours pas unies, chacune défendant ses droits vis à vis d'un gouvernement où les militaires conservent toujours une place prépondérante …

Cela n'a pas été facile de faire mon résumé car je ne connais pas grand chose à la Birmanie et, qui plus est, après cette lecture, si j'en ai appris un peu plus, ce n'est pas forcément plus clair dans ma tête ! On suit les deux auteurs en voyage dans le pays et ils vont rencontrer de nombreuses personnes. Il y a ceux qu'ils connaissent déjà, avec qui ils sont en lien régulier et qui leur servent de guides et il y a ceux qui sont interviewés pour aborder un sujet précis : racisme, lutte contre le pouvoir en place, étudiants, musulmans, bouddhistes, régionalistes, membres de différents ethnies, paysans, membres de factions armées, membres d'associations de défense, hommes, femmes … bref, on rencontre beaucoup de monde et chacun raconte son ressenti, illustré par des compte-rendus d'évènements. J'avoue qu'en plus, avec les noms des régions et les noms des gens, qui ne sont pas faciles à retenir pour nous Occidentaux, je me suis souvent perdue dans tous ces témoignages. Je suis néanmoins arrivée à retenir certaines choses dont ces deux idées majeures : si le pays s'ouvre et s'améliore, ce n'est pas pour autant gagné et il reste beaucoup à faire et le racisme contre les musulmans est très fort dans le pays (moi qui croyais que les bouddhistes étaient zen et tolérants, j'ai bien déchanté !). Le graphisme ne m'a pas franchement séduite : j'ai trouvé le trait un peu grossier et les couleurs choisies (en majorité du jaune et du gris avec quelques planches tout en rouge) ne m'a pas vraiment convenu. Mais c'était surtout pour le propos que j'avais décidé de lire cet album, pas pour ses dessins. C'est une lecture qui m'a intéressée mais que j'ai trouvée un peu fouillis, avec trop d'infos sur de trop nombreux sujets mais je comprend que, pour avoir une vision d'ensemble, il faut bien parler de tout. Mais cette débauche d'informations a eu tendance à noyer mon petit cerveau et je ne suis pas sûre de retenir beaucoup de choses de cette lecture (mais bon, à partir du moment où il en reste une ou deux traces dans la mémoire, c'est déjà ça !).