Insomnia1

Insomnia2Tome 1
Tome 2

En juin 2010, l'éditeur de Masaya Hokazono lui demande d'écrire un manga avec une ou des histoires qui font peur. L'auteur n'est pas très emballé par l'idée bien qu'il lui soit arrivé plusieurs choses étranges mais il accepte néanmoins le travail. Et alors qu'il est seul le soir à dessiner, il entend une voix de jeune fille, qui le prévient : « tu dessines, tu meurs ». Mais malgré sa peur, l'auteur continue à raconter des histoires effrayantes comme celle de la tache en forme de femme ou bien la fascination qu'exerce une jeune fille pas très jolie grâce à ses petits plats ou l'histoire de la soeur écarlate …

J'avais noté ce manga en 2 tomes il y a déjà longtemps mais je n'avais pas eu l'occasion de me rendre à ma boutique préférée pour l'acheter quand je les ai trouvés à la médiathèque. Comme c'était un auteur que je ne connaissais pas, cela m'a paru bien de finalement les emprunter pour le découvrir. La première chose qui m'a sauté aux yeux, et qui est peut-être due au fait que cela fait vraiment longtemps que je n'avais pas lu de mangas, c'est le dessin que j'ai trouvé très agressif, avec les expressions surjouées des personnages. Cela m'a fait vraiment bizarre ! Pourtant, c'est le dessin typique des mangas mais là, il y a des vignettes qui ne m'ont pas convenu (et ce ne sont pas celles qui sont censées être effrayantes !). Et puis, je m'attendais à une histoire unique alors que c'est une collection de petits récits (19 « nuits » et deux histoires inédites), entrecoupés de notes de l'auteur qui raconte en quelques lignes d'autres petites histoires effrayantes, parfois en lien avec la rédaction de ce manga. Je dois avouer que je n'ai pas eu beaucoup peur à la lecture des deux tomes, voire j'ai même ri devant l'absurdité de certains récits mais j'ai aimé retrouver l'ambiance japonaise. Et comme l'intérêt majeur de ce genre de manga est justement de frissonner à la lecture, autant dire que j'ai été plutôt déçue ! Au final, j'ai été bien contente de ne pas les avoir achetés … l'emprunt à la médiathèque a été largement suffisant pour une lecture qui n'a pas été déplaisante mais qui s'est révélée très moyenne.