LebigorneaufaitlaroueMarc Polovic, Breton expatrié à Paris, est étudiant en Sciences Po mais ne semble pas motivé par ses études. Il vient d'échouer pour la seconde fois aux examens et doit donc tripler son avant-dernière année. Mais il n'est pas le seul : son ami François, qui est paraplégique depuis son adolescence, est dans le même cas mais il semble moins inquiet car il va bientôt soutenir sa thèse pour Normale Sup et il va aussi se fiancer. Marc, en voyant le bonheur de son ami, se sent seul car il n'a jamais réussi à dépasser quelques jours dans ses relations amoureuses avec les femmes. En réfléchissant sur les raisons de ses échecs, il finit par en déduire que le ciment du couple est l'incompréhension mutuelle et que pour cela fonctionne, l'idéal est d'appartenir à deux cultures, deux pays différents. Marc commence alors à draguer à l'international. Par hasard, il tombe sous le charme d'une belle serveuse italienne lors d'un repas entre amis au restaurant …

C'est le titre qui m'a attirée parce qu'il est amusant et absurde ! J'imagine très bien un bigorneau déguisé en paon. Ici, le bigorneau, c'est Marc, le héros breton de l'histoire, d'où la référence à la bestiole marine. Et Marc ressemble beaucoup à l'auteur du livre donc on se demande où s'arrête la réalité et où commence la fiction. Marc est seul, encore jeune, étudiant, mais il souffre de ne pas réussir à tenir une relation au delà de quelques jours … surtout que c'est toujours les femmes qui le quittent. Du coup, ce roman, c'est un peu de la chick-lit masculine car c'est un homme qui écrit et qui raconte les déboires amoureux d'un homme et sa recherche de l'amour. Aborder ce thème rebattu de ce point de vue, ça change un peu et ça donne un petit air rafraichissant à l'exercice. Surtout que l'humour ne manque pas et il y a des réflexions qui m'ont bien fait rire. J'avoue quand même que j'ai commencé un peu à me lasser au fil des pages, surtout quand Marc part dans des envolées lyriques pour séduire sa belle … cela m'aurait plutôt fait fuir ! Mais comme c'est un roman assez court et facile à lire, il a été vite dévoré et l'ennui n'a pas eu trop le temps de s'installer. Voilà une lecture qui convient aux vacances d'été et qui ne prend pas la tête !