LouiseleveninduscorpionEn octobre 1928, Louise Brooks, la flapper la plus connue de son époque, arrive à Berlin pour tourner Loulou sous la houlette du réalisateur Georg Pabst. La jeune femme a quitté Hollywood suite à un différent qui l’opposait aux studios. Il faut dire que Louise a toujours été une forte tête : danseuse classique tyrannisée par une mère peu aimante, girl dans des revues sur différentes scènes américaines dont Broadway, actrice libre et sexy qui entend mener sa vie comme elle le désire …

Cet album retrace la vie de l’actrice américaine Louise Brooks, célèbre dans les années 1920 et dont l’allure est souvent restée dans les mémoires. Le dessin est très classique mais pour ce genre d’histoire, il faut qu’il le soit et qu’il colle le plus possible à la réalité, pour mieux plonger le lecteur dans le récit. J’ai aimé les couleurs douces utilisées en aquarelle, avec beaucoup de tons marron et quelques planches en noir et blanc qui reprennent certaines scènes de film, dont le fameux Loulou. Quant à l’histoire, la chronologie n’est pas linéaire puisqu’on commence en 1928 alors que Louise s’apprête à tourner son film le plus célèbre pour ensuite remonter dans le temps, en alternant les époques, abordant pêle-mêle son enfance, son adolescence et sa vie de femme adulte mais on ne se perd jamais dans la narration. Qui plus est, certains évènements de la vie de Louise expliquent ses actions de femme adulte et ses attitudes. J’ai aimé le portrait tout en finesse qui en a été dressé : celui d’une femme moderne, décidée, libre, forte malgré ses failles et ses doutes, elle force l’admiration car la vie n’a pas été toujours facile pour elle et que l’époque ne poussait pas franchement à l’émancipation des femmes. Un bel hommage à une actrice trop méconnue et une femme courageuse, en avance sur son époque et qui s’est toujours assumée !