CarnationXavier quitte Angoulême en août 2006 après avoir passé plus de quinze ans dans cette ville. Il y était arrivé au début des années 1990 pour suivre des études artistiques et avait décidé d’y rester pour travailler dans le milieu du dessin. Mais tous ses amis étudiants étant partis vers d’autres cieux, Xavier se retrouve seul. Travaillant dans une compagnie où il se sent ouvrier du dessin, il rencontre régulièrement des filles. Il y a d’abord Alice, avec qui il forme une sorte de couple plus ou moins platonique. Son travail ne le satisfaisant pas, il démissionne pour rejoindre un collectif d’auteurs. Et là, il rencontre Sylvia dans un bar lors d’une réunion entre potes. La jeune femme semble inaccessible mais Xavier finit par la revoir régulièrement, alors qu’elle se dit toujours amoureuse d’un autre …

L’auteur étant originaire de Nîmes, comme moi, et ayant pratiquement mon âge, j’étais intéressée pour découvrir son œuvre vu qu’on est de la même génération. Qui plus est, l’auteur ne produit pas souvent d’albums alors le choix était limité : c’était son autobiographie au sujet de la relation avec son père ou bien son autobiographie au sujet de sa relation toxique avec une jeune femme. J’ai opté pour le second, dont le thème m’intéressait plus. Le dessin noir et blanc est un peu caricatural, avec de grands yeux pour les femmes par exemple, les décors peuvent être simples comme très détaillés. Les métaphores graphiques sont nombreuses, ce qui fait que le dessin est très important dans la compréhension globale de l’histoire. Du coup, le graphique paraît parfois envahissant, ce qui est aussi du à la petite taille des vignettes, qui semblent souvent bien remplies. L’histoire commence bien avant la rencontre entre Xavier et Sylvia car il faut connaître son parcours complet pour mieux appréhender et comprendre leur relation. Celle-ci est très particulière, de même que les caractères des deux personnages principaux. Franchement, je n’ai eu aucun atome crochu avec eux. Dès le départ, je n’ai pas du tout aimé Sylvia et son comportement très imature (c’est le genre de personne que je fuis comme la peste) et Xavier n’est pas vraiment mieux vu qu’il aura une relation de longue durée avec elle, comme s’il excusait ses défauts. Leur relation est spéciale mais au final, je trouvais qu’ils allaient bien ensemble ! On voit comme la relation évolue, ce que chacun recherche chez l’autre mais il faut vraiment faire un effort de compréhension. L’auteur suggère plus qu’il ne dit et s’il n’utilise pas toujours les mots pour décrire la relation, il va utiliser le dessin et des métaphores pour faire passer son propre ressenti. C’est assez original mais j’ai trouvé que c’était parfois un peu trop : certaines images parlent sûrement à l’auteur mais pour la lectrice que je suis, je ne suis pas sûre de les avoir toujours bien comprises. Par contre, j’ai aimé la franchise de l’auteur : il n’est pas tendre avec lui-même et se montre souvent de façon peu avantageuse. De même, certaines scènes sont assez crues et pourraient choquer un certain public. Une préface et une postface complètent l’album mais je n’ai pas trop compris leur utilité, hormis le fait qu’elles encensent le travail de l’auteur (particulièrement la postface) à tel point qu’on croirait presque lire un argument de vente ! Au final, c’est une lecture pas facile, assez longue car il faut passer du temps à interpréter chaque chose mais comme je n’ai pas accroché avec les protagonistes (aucun ne m’a touchée émotionnellement … enfin, si, ils m’ont tous les deux agacée prodigieusement), j’en ressors un peu déçue ! En tout cas, ça a le mérite de me rappeler que certaines personnes peuvent être très compliquées dans leurs relations avec les autres !!!!

Les avis de Mo et de Jérôme.