DanslejardindelabêteEn juin 1933, cela fait quatre mois que le président Roosevelt a été investi dans ses fonctions et les Etats-Unis n’ont toujours pas d’ambassadeur en Allemagne. Le poste n’attire pas beaucoup de monde : il faut dire que depuis l’arrivée de Hitler au poste de Chancelier, quelques mois auparavant, la violence semble omniprésente : des Américains ont été arrêtés et battus sans véritable raison mais les citoyens allemands sont soumis au même traitement. C’est donc finalement William E. Dodd, un professeur d’Histoire à l’université de Chicago, qui accepte le poste et qui arrive à Berlin en compagnie de sa femme, de leur fille de 24 ans, Martha, et de leur fils de 28 ans, Bill. L’homme n’est pas issu des milieux habituels pour ce genre de fonction mais il compte faire son travail du mieux possible et sans dépenser outre mesure. La famille Dodd va découvrir peu à peu la vie en Allemagne, avec la montée en puissance d’Hitler et de ses idées …

Cela faisait un moment que ce livre était dans ma PAL et qui plus est, j’aime énormément cet auteur mais il a fallu que ce titre soit sélectionné pour le club lecture de mon village pour que je m’y attaque. Mais mieux vaut tard que jamais ! Fidèle à ses habitudes, l’auteur nous raconte, pratiquement à la manière d’un roman, un pan de l’Histoire. Il s’est très bien documenté (en attestent les nombreuses notes de bas de page) et nous fait donc découvrir l’ambassadeur américain William Dodd et sa famille, plongés dans la montée du nazisme puisque cela ne fait que quelques mois qu’Hitler est au pouvoir. Si on voit la vie en Allemagne, les sentiments de la majorité du peuple allemand, les réaction de Dodd et de sa famille (sa fille Martha va devenir amie avec de nombreuses personnalités haut placées dans le gouvernement d’Hitler), on découvre aussi les idées qui régnaient aux Etats-Unis dans différents milieux. Du coup, on comprend mieux comment le monde entier a laissé libre cours aux idées extrémistes d’Hitler et ses comparses. Le rythme peut paraître assez lent car le livre ne couvre en détail qu’à peine plus d’un an (de juin 1933 à juillet 1934), même si l’auteur nous narrera brièvement le reste de la vie de la famille Dodd jusqu’aux années 1990. Mais j’ai trouvé très intéressant de voir comment, par petites touches, le nazisme va finir par s’imposer partout et comment la terreur finira par contrôler tout le monde. C’est assez psychologique mais l’auteur a bien décrit les choses : les premières impressions plutôt favorables à l’Allemagne, les attaques isolées au départ, les petites brimades qui finiront par entrainer les spoliations des Juifs, le jeu de pouvoir entre les proches d’Hitler, la peur des dénonciations, mais toujours cette façade polie et agréable donnée à voir aux étrangers de passage. Bien sûr, c’est une période mille fois abordée mais finalement, qui peut se vanter, avant d’avoir lu ce livre, de savoir qu’un ambassadeur américain a tenté maintes fois d’alerter son gouvernement des dérives d’Hitler ? En tout cas, moi, je l’ignorais avant cette lecture qui m’a passionnée !