DaemonLe milliardaire Matthew Sobol vient de mourir des suites d’une longue maladie. Mais l’homme, génie en informatique et nouvelles technologies, concepteur de jeux vidéo à succès, a prévu de ne pas quitter ce monde trop vite. Après plusieurs meurtres commis dans la société informatique appartenant à Sobol, Peter Sebeck, un inspecteur du comté de Ventura, près de Los Angeles, est mis sur l’affaire. Il s’avère vite que ces meurtres semblent avoir été commis par un programme informatique conçu par Sobol avant son décès, même si cela paraisse impensable. Et ce fameux programme, qui a été disséminé à travers le monde grâce à Internet, est prévu pour modifier en profondeur la société, même si cela doit provoquer de nombreuses morts …

J’ai repéré cet auteur en regardant une émission sur Arte qui parlait de l’utilisation des nouvelles technologies et d’Internet et j’avais immédiatemment noté les deux titres qui m’intéressaient le plus. Daemon est le premier, le second étant Freedom™, la suite de l’histoire entamée dans Daemon. Comme quoi, les tentations de lecture peuvent arriver de façon les plus inattendues ! J’ai donc plongé dans ce premier tome qui commence en entrant dans le vif du sujet et qui va se dérouler tambour battant. Dès le départ, on apprend que Matthew Sobol est mort mais qu’il reste « vivant » grâce à son programme Daemon et les nombreuses vidéos holographiques qu’il a réalisées avant de trépasser, et les morts commencent à émailler le récit. Au début, cela se présente presque comme une enquête classique mais les technologies les plus folles vont vite animer l’ensemble : maisons piégées, voitures tueuses sans conducteur, manipulations en tous genres. Vivre dans ce monde-là, qui n’est pas très différent du nôtre (et qui pourrait évoluer dans ce sens en quelques années), c’est effrayant et il est très facile de devenir parano. Qui croire quand tout et tout le monde est observé et quand les informations transmises peuvent être modifiées à volonté. Le pire, c’est que ce contrôle s’exerce aussi bien du côté de Daemon que du côté des agences gouvernementales. S’il y a quelques moments un peu longs (lors de la description des jeux créés par Sobol ou certaines scènes de poursuite par exemple) et quelques passages un peu techniques (qui n’empêchent en rien la compréhension de l’histoire), le rythme du roman est soutenu et fait froid dans le dos car l’auteur s’est bien documenté sur les évolutions techniques et informatiques possibles (il est lui-même concepteur de logiciels) et on sent que ce genre de monde pourrait devenir un jour réalité. C’est bien le genre de livre que j’apprécie car il mélange action, technologies et suspense et l’auteur n’est pas tendre avec ses protagonistes (il faut avouer que la violence est omniprésente). La fin du roman nous laisse un peu le bec dans l’eau, sans réponse à plusieurs niveaux, car le reste du récit va trouver son final dans le tome 2, que je vais lire d’ici peu car j’ai vraiment envie de savoir comme tout cela va se terminer.