MarqueeavieFin avril, dans la banlieue de Norrköping. La police locale reçoit l’appel d’une femme qui vient de découvrir son mari mort dans leur maison. L’homme, qui était en charge des dossiers de demandes d’asile pour l’Office d’Immigration, a été tué par balle mais il n’y a aucun signe de lutte. Henrik Levin et Mia Bolander sont chargés de l’enquête mais la seule chose relevée sur les lieux est l’empreinte d’une main d’enfant, alors que le couple n’en a pas. Jana Berzelius est, elle, mise sur l’affaire en tant que procureure mais aucune piste ne se dessine, bien qu’il semblerait que la victime ait eu beaucoup de choses à cacher. Mais peu après, le cadavre d’un jeune garçon armé est retrouvé à plusieurs kilomètres de distance. Sur sa nuque, un nom est gravé, Thanatos, et ses empreintes correspondent à celles trouvées sur le lieu du crime  …

Premier tome d’une trilogie axée sur la procureure Jana Berzelius (dont les deux autres tomes ne sont pas encore publiés en France), c’est ce titre-là qui m’a attirée dans la liste proposée par un de mes clubs lecture sur la littérature venue du froid. J’avais envie de lire un polar qui soit assez récent d’où mon choix. Le début commence de façon assez classique, avec un mort et le lancement d’une enquête. On découvre les deux inspecteurs qui en sont chargés : Henrik m’a paru plutôt sympathique et totalement à l’opposé de Mia, que je n’ai pas vraiment aimée à cause de son irresponsabilité. Mais on se demande comment son personnage va être développé dans les tomes suivants … je sens que ça pourrait être très intéressant vu qu’elle n’aime pas Jana. Quant à cette dernière, elle est mystérieuse au départ car elle ne se rappelle pas son enfance mais on va en apprendre de plus en plus sur elle. Je suppose qu’il reste encore à découvrir à son sujet vu ce qu’elle a vécu. L’enquête alterne avec les souvenirs d’une petite fille, qui va être arrachée à ses parents et manipulée d’une certaine façon mais si ces flashbacks sont assez fréquents au départ, ils deviendront plus rares au fil des pages. L’histoire m’a intéressée car elle aborde plusieurs sujets : immigration, manipulation, exploitation, liens familiaux, en plus de la partie purement policière. J’aurais bien aimé voir certains de ces thèmes mieux développés car il y avait matière à creuser mais comme je ne sais pas en quoi constituera le tome suivant, je suppose que cela peut encore se faire (compte tenu de la fin de celui-ci, je pense qu’on naviguera encore dans le même milieu). Il y a de plus en plus d’action au fur et à mesure du déroulement du récit, ce qui améliore encore plus le rythme de lecture, qui est déjà bien vu que c’est un polar. Il y a donc encore certaines questions laissées en suspens, un peu de frustration quand on arrive à la fin mais c’est un roman suffisamment intéressant et prenant pour que j’ai envie de lire la suite quand elle paraitra … espérons qu’il ne faudra pas trop attendre et que j’aurais encore bien en mémoire les détails de l’histoire !