LesvieillesfillesFrances et Doris sont deux sœurs qui vivent dans une petite ville du New Hampshire et elles viennent de perdre leur père, mort de maladie. Les deux femmes ne sont plus de la première jeunesse car elles sont déjà trentenaires et au milieu des années 1960, ne pas être mariée à cet âge-là laisse présager qu’elles finiront vieilles filles. Frannie est plutôt heureuse de sa vie tranquille, ayant un temps été courtisée par un bibliothécaire local, et elle apprécie les journées calmes passées en compagnie de sa sœur. Mais Doris, elle, est plus dynamique et elle veut profiter de la vie, ce dont elle ne s’est pas vraiment privée pendant que Frannie s’occupait de leur père malade. Maintenant que plus rien ne les retient chez elles, Doris propose de prendre la Plymouth familiale et de voyager pour aller voir leur vieille tante en Virginie. Mais leur périple sera bien plus long que ça et leur permettra de découvrir aussi bien des régions que ce qui se trouve au fond de leurs cœurs …

La couverture du livre est vraiment sympa et j’aime bien l’époque à laquelle se passe l’histoire, dans la seconde moitié des années 1960, voire même la fin de ces années-là (puisque l’assassinat de Robert Kennedy est évoqué dans les premières pages). Du coup, cette idée de road trip avec des vieilles filles (hum, à notre époque, elles seraient loin d’être considérées ainsi !) m’attirait beaucoup. Le début est assez lent : la narratrice est Frannie, la plus « coincée » des deux sœurs, et on découvre leur monde (et un peu la société américaine) à travers ses souvenirs et ses idées bien arrêtées. Dès le départ, je l’ai trouvée plutôt étroite d’esprit et relativement peu sympathique. On dirait une dame patronnesse des années 1950 alors que Doris a l’air mieux dans sa peau et dans son époque. D’ailleurs, j’ai eu beau me répéter maintes fois que le roman se déroulait en 1968 ou 1969, rien ne l’ancre vraiment dans cette époque : hormis quelques références à des faits d’actualité ou certaines évolutions de la société, on n’a rien pour se raccrocher à une date et vu que Frannie a l’air d’être de la décennie précédente, j’ai trouvé qu’on n’arrivait pas à se sentir à la veille des années 1970. Bien sûr, cette longue balade en voiture, qui va permettre de faire intervenir d’autres personnages dans l’histoire, va être l’occasion pour Frannie de se découvrir mais cela paraît tellement prévisible que ça en perd son charme et que ça ne la rend pas plus sympathique. L’écriture est fluide et l’ensemble se lit facilement mais on est loin du « road trip décoiffant » comme il est dit en quatrième de couverture … à peine aurais-je eu quelques cheveux remués par cette lecture mais rien de plus. Heureusement que le livre n’était pas bien long car cela aurait pu devenir un boulet … là, c’est juste une histoire qui sera très vite oubliée !

L'avis d'Emeralda.