BettyboobElizabeth est une jeune femme qui vient de combattre un cancer du sein. Elle a subi des traitements lui ayant fait perdre provisoirement ses cheveux et une mastectomie du sein gauche. Elle a du mal à se séparer de cette partie d’elle-même et l’hôpital lui rend ce petit morceau d’elle dans une belle boite. Son compagnon vient la chercher à sa sortie de l’hôpital mais il n’est pas à l’aise avec la maladie : il s’évanouit et refuse de toucher la jeune femme, qui a pourtant besoin d’être rassurée, de se sentir aimée et acceptée telle qu’elle est maintenant. Malgré tous ses efforts, le couple éclate et la jeune femme se retrouve seule, virée de son travail de vendeuse de grand magasin où le paraître est la chose la plus importante aux yeux de sa chef. A la poursuite de sa perruque qui s’est envolée suite à un coup de vent, la jeune femme va rencontrer une troupe étrange d’artistes ayant tous des particularités physiques que beaucoup pourraient considérer comme des défauts mais qui font leur force et leur originalité …

Le jeu de mots sur le titre et la couverture avaient tout pour me plaire, de même que le sujet, sur lequel j’ai déjà lu un certain nombre d’albums (c’est étrange comme la BD se prête bien à parler de la maladie sans provoquer de lecture plombante et en expliquant bien le sujet). Mais là, on n’apprend rien sur la maladie ou sur la façon de lutter contre et il s’agit surtout de voir comment on peut s’accepter et accepter son corps mutilé après les traitements. Cette jeune femme se voit abandonnée de tous après sa maladie : son compagnon n’assume rien et ne la voit plus comme quelqu’un de désirable, sa patronne superficielle la vire car elle ne correspond plus aux standards de beauté. Seule une troupe d’artistes hauts en couleur et sortant eux aussi des moules habituels va être là pour elle, pour lui montrer que la vie et la joie peuvent être au rendez-vous et qu’il faut accepter les modifications, qu’elles peuvent même être bénéfiques. A travers un graphisme dynamique, moderne, assez coloré et très peu de texte (les paroles d’une chanson et quelques dialogues très très courts), les deux auteures ont voulu faire passer toutes ces choses, avec un petit côté déjanté typique du carabet burlesque. Mais bon, je n’ai rien contre le déjanté et j’aime même plutôt ça mais là, la magie n’a pas fonctionné pour moi. En fait, je crois que c’est plutôt l’aspect onirique des aventures de cette jeune femme qui ne m’a pas convenu. J’ai trouvé l’ensemble un peu fouilli, les scènes se succédent de façon brusque, sans réelle transition et j’ai eu du mal à différencier les hommes de l’album, qui se ressemblaient trop à mon goût. Si le graphisme m’a à peu près plu mais sans en raffoler pour autant (je n’ai pas toujours été fan du choix des couleurs), c’est surtout la façon d’aborder l’histoire qui m’a laissée froide : j’ai bien perçu le message mais trop de « folie » m’a fait passer à côté des émotions qui auraient du m’atteindre.

Les avis tous positifs (suis-je la seule à n'avoir pas accroché ?) de Mo, Noukette, Antigone, Yaneck, Karine, Leiloona, Stephie.