LapocalypseselonmagdaDans une petite ville de province, Magda est une jeune fille qui vit avec ses parents et sa sœur ainée et va au collège où elle a pour meilleurs amis Julie et Léon. Mais la veille de ses treize ans, une nouvelle terrible tombe : les scientifiques annoncent le début de l’apocalypse et dans un an, jour pour jour, le monde et toute la civilisation auront disparaitront. Un nouveau mode de vie s’instaure : le père de Magda les abandonne pour aller vivre sa dernière en compagnie de sa maitresse, beaucoup d’élèves quittent le collège, même si les cours continuent à y être donnés. Magda essaie de maintenir un semblant de normalité mais l’absence de futur et donc de découvrir les nombreuses expériences que la vie peut donner la pousse à agir malgré son jeune âge : il lui paraît nécessaire de savoir ce qu’est l’amour et de vivre les derniers mois de la façon le plus intense possible  …

J’avais beaucoup apprécié les autres albums de Carole Maurel, certains étant entièrement de son fait et d’autres, comme ici, produits avec un autre auteur, bien souvent scénariste. Tout de suite, le trait de Maurel m’a sauté aux yeux, bien que ce titre soit parmi ses premières œuvres. J’aime son style moderne et dynamique, reconnaissable dans la représentation des personnages, avec des visages un peu anguleux, des mentons pointus et des grands yeux expressifs. Le choix des couleurs aussi m’a fait penser à l’album Luisa, ici et là, avec ses tons de beiges majoritaires. En plus, ici, avec la fin du monde annoncée, j’ai trouvé le choix des couleurs adaptés, comme si c’était devenu un automne permanent, même si l’histoire est divisée en quatre grands chapitres suivant les saisons de la dernière année de la civilisation. En fait, on commence un peu par la fin et on sait donc ce qui va se passer partiellement mais on sait aussi qu’on n’en a pas fini avec l’histoire. Donc, le récit commence au moment de la fin du monde prévue, nous donne quelques infos et part directement un an avant, en mars alors que Magda va fêter son anniversaire et que la terrible nouvelle va tomber. Cette méthode de narration donne une dimension supplémentaire à l’histoire car on sait certaines choses et on regarde donc les évènements et les actions des personnages avec un œil différent, tout en les comprenant. On voit comment chacun réagit à la nouvelle, comment la vie de chacun est boulerversée. Bien sûr, on n’est pas toujours d’accord sur la réaction de certains, qu’on peut trouver égoïstes, mais on peut aussi se mettre à leur place et trouver une certtaine forme de compréhension. J’ai néanmoins trouvé que cette fin du monde programmée restait assez « gentille », entrainant peu de pillages ou autres alors que je pense que ce serait probablement un monde sans foi ni loi ni pitié. Mais le sujet se focalise sur Magda, sur son ressenti, sur le fait qu’elle n’aura pas de vie, qu’elle va mourir avant de connaître plein de choses et elle refuse cela. J’ai trouvé la psychologie des personnages bien rendues, avec différents types de caractères abordés et des émotions très présentes. La fin est assez inattendue et poignante. Avec cette lecture, je confirme à nouveau que la nouvelle génération d’auteures de BD fait vraiment du beau boulot !

Les avis de Jérôme, Yaneck, Lasardine, Alain.