EvangeliaVenant de très loin pour honorer l’arrivée du roi des Juifs, Melchior, Gaspard et Balthazar se sont de nombreuses fois perdus en suivant l’étoile sensée les amener à bon port. Après des mois d’errance et un stock d’offrandes bien entamés lors du trajet, ils arrivent enfin à Bethléem de Judée. Demandant de plus amples explications à Hérode pour trouver le bébé tant attendu, ils découvrent alors que Marie a accouché d’une petite fille appelée Emmanuelle. Remballant leurs offrandes, les rois mages retournent chez eux alors que Gabriel, l’archange annonciateur de la Bonne Nouvelle à Marie, doit rendre des comptes à Dieu au sujet du sexe du bébé. Renvoyé sur Terre avec la consigne de provoquer une nouvelle grossesse virginale de Marie, Gabriel apprend que c’est trop tard et qu’elle est déjà enceinte de son époux Joseph …

Je ne connaissais pas du tout cet auteur mexicain mais quand on a parlé de ce roman à un de mes clubs lecture, je l’ai tout de suite réservé à la médiathèque. La reprise des faits marquants de l’Ancien et du Nouveau Testament avec un léger décalage, Jésus étant devenue une femme nommée Emmanuelle, avait tout pour me plaire. Sans compter qu’en ce moment, on parle beaucoup de la condition et du statut des femmes dans le monde donc c’est finalement plutôt d’actualité ! On commence donc avec l’arrivée sur Terre d’Emmanuelle, qui aurait du être un garçon nommé Jésus et on va suivre son parcours, qui va se révéler plus ou moins similaire à celui du Messie mais avec toujours un décalage car les femmes n’étaient pas très respectées à cette époque et il sera difficile pour Emmanuelle de s’imposer et d’être crue par la population, surtout qu’elle a un frère, Jacob, qui compte bien prendre sa place et qui se met lui aussi à prêcher et à avoir des disciples ! On revoit aussi les grands évènements de l’Ancien Testament, tels que la Création du Monde, le Déluge, Moïse et la fuite d’Egypte, Abraham et Isaac, David et j’en passe et on découvre la réaction de Dieu devant les agissements humains … il n’est pas très tolérant ni gentil et l’auteur n’est pas tendre avec lui (mais il respecte bien le ressenti que j’avais eu en lisant l’Ancien Testament … Dieu y apparaît comme colérique, vengeur et pas commode du tout). J’ai aimé voir comment l’auteur décrivait la condition humaine à cette époque et la relation des hommes à la religion. Qui plus est, on voit aussi comment Dieu essaie de rectifier le problème d’avoir non pas un fils mais une fille (il va envoyer le Jésus non né à Bethléem dans les peuplades d’Amérique du Sud pour compenser et surtout pour se débarrasser de ce fils qui joue les Tanguy au paradis mais ça ne va pas se passer comme prévu et certaines scènes sont savoureuses). C’est parfois irrévérencieux, particulièrement dans la représentation de Dieu brossée par l’auteur, beaucoup de choses sont dénoncées quant à l’utilisation que les humains font de la religion mais il y a aussi beaucoup d’humanité et d’amour dans les liens qui se tissent entre les différents personnages. Bien sûr, si on ne connaît pas bien la Bible, on risque de moins savourer le travail effectué par l’auteur, qui récupère et détourne certains passages, mais comme il se base sur les plus connus, il n’est pas non plus nécessaire d’être un spécialiste … au pire, on peut toujours se rendre sur Internet pour revoir les évènements qui sont concernés. Il y a aussi des moments amusants, voire un peu burlesques, même si les humains ne sont pas souvent à la fête. On pourrait aussi penser que l’auteur a écrit un livre anti-religion et anti-Dieu, ce qui semble être un peu le cas dans la première moitié du roman mais au final, je ne l’ai pas ressenti ainsi. J’ai passé un très bon moment de lecture car, à travers une écriture fluide et agréable, l’auteur nous fait réfléchir sur de nombreux sujets de façon originale et décalée.

L'avis de Yv.