Thedeathofmrswestaway

HEARTS2

Hal vit seule dans le petit appartement familial de Brighton depuis que sa mère est décédée trois ans plutôt dans un accident de la route. Elle a repris le travail de sa mère, consistant à lire les cartes du tarot sur la jetée de la ville où elle a un stand mais le manque d’argent se fait souvent sentir. Frêle et paraissant plus jeune que ses 21 ans, la jeune femme reçoit un matin d’hiver une lettre d’un notaire de Cornouailles qui lui annonce que sa grand-mère vient de décéder et qu’elle est citée dans le testament, héritant ainsi d’une belle somme. Hal est presque sûre qu’il y a erreur sur la personne bien que le nom de sa mère soit effectivement cité dans la lettre mais soumise à la pression d’un usurier, elle décide de se rendre à Trepassen House, vieille maison en voie de délabrement, où elle va rencontrer ceux qui sont censés être sa famille. Elle espère les tromper et récupérer ainsi quelques milliers de livres pour rembourser sa dette et payer les factures. Mais Hal ne s’attend pas à l’accueil glacial de la vieille gouvernante du lieu, Mrs Warren, qui contraste avec l’accueil chalereux de ses trois « oncles » …

J’avais déjà entendu parler de cette auteure mais n’avais encore rien lu d’elle. Ce titre, qui rend hommage par son style et ses clins d’œil à la littérature gothique et surtout au roman de Daphné du Maurier, Rebecca, est son dernier paru en anglais et celui qui m’attirait le plus (bien que j’ai aussi son précédent daans ma PAL). Et puis, les bons échos de mes amies lectrices ont fini de me convaincre à me lancer dans ce roman. Hal, de son nom complet Harriett, est le personnage principal et ce sont ses pensées et ce qu’elle voit qu’on découvre. Elle m’est tout de suite apparue comme attachante : elle s’est retrouvée propulsée dans le monde des adultes plus vite que prévu et a du renoncer aux études pour travailler. Sans aucune famille, elle ne peut compter que sur elle-même. Et, malgré quelques errements passés, elle est devenue une jeune femme raisonnable, avec du bon sens et les pieds sur terre mais terriblement triste et solitaire. Son métier, qu’on pourrait apparenter aux liseuses de bonne aventure, lui a appris à interpréter finement les comportements et les réactions humaines mais elle ne cherche pas à exploiter la détresse des gens qui viennent la voir … elle espère juste les aider à mieux voir et comprendre leur situation. Décidément, c’est une jeune femme qu’on aimerait avoir comme amie malgré ses petits défauts ! Alors quand elle décide d’accepter un héritage qu’elle pense être pour une autre, on ne lui en veut pas vraiment car elle est aux abois. Si le début du roman paraît assez banal, l’atmosphère va changer quand l’action va prendre place dans le vieux manoir de Trepassen House. On se croirait un peu revenu au Manderley de Rebecca : grande et vieille maison, gouvernante peu sympatique, voire même effrayante, secrets omniprésents, et une propriétaire du lieu décédée et pourtant toujours terriblement présente. Quand Hal fait la connaissance de sa « famille », on est en fait étonné de leur bon accueil et cela change toute la donne. Hal va alors avoir des remords à mentir à ces gens et l’histoire va avoir des développements inattendus. Le rythme est assez lent, sans moments d’action spectaculaire mais l’ambiance est réussie, le suspense présent et les personnages bien campés et intéressants. Bien sûr, qui dit roman policier dit morts suspectes, les secrets qui hantent le lieu seront révélés au grand jour et certains seront étonnants (comme j’ai été très occupée ces dernières semaines, je me suis laissée porter par ma lecture sans vraiment chercher à deviner), même si j’avoue que je suis restée un peu dubitative quant à certaines explications et motivations (un développement plus poussé n’aurait pas été superflu). Bon, ce petit détail est vraiment minuscule et négligeable en rapport avec mon plaisir de lecture global. Voilà une auteure que je vais suivre avec attention !

*Lu en anglais* - Non traduit à ce jour mais j'espère que ça ne devrait plus tarder !

L'avis de Niki.