HexLa petite ville de Black Spring, dans la vallée de l’Hudson, ressemble à toutes les petites villes américaines de la côte Est : tranquille, avec un nombre d’habitants suffisamment restreint pour que la plupart se connaissent plus ou moins, des commerces et la nature tout autour, avec, non loin de là, l’académie militaire de West Point. Mais Black Spring cache aussi un secret : une sorcière vieille de 350 ans hante la ville, apparaissant ici ou là, se tenant immobile pour quelques minutes ou quelques heures. Sa silhouette filiforme, ses lèvres et ses yeux cousus pour qu’elle ne puisse pas lancer de sorts, peuvent paraître effrayant à quiconque mais pour les habitants de la ville, elle fait partie intégrante de leur vie. La malédiction qui pèsent sur eux, les empêchant de quitter Black Spring pour plus d’une journée, est ancrée dans leur quotidien et tout est organisé pour surveiller la sorcière et faciliter la conservation du secret. Mais un jour, un petit groupe d’adolescents décide que cela doit changer et veulent étudier la sorcière de plus près de façon à la révéler au reste du monde mais ils ignorent combien cela peut être dangereux de réveiller une force dormante …

Sur le coup, j’avais passé mon chemin à propose de ce titre car je l’avais confondu avec la sérié télé du même nom mais qui n’a rien à voir avec le roman ! C’est quand j’ai vu la couverture que j’ai pensé que je faisais fausse route … et puis, j’ai eu l’occasion de rencontrer l’auteur au salon du livre de Montpellier et donc ainsi d’acheter son livre et de le faire dédicacer. Cela a aussi bien tombé car j’avais besoin de m’échapper de mon quotidien et une bonne histoire d’horreur était pour moi l’idéal. J’ai été un peu déroutée par le début car on est de suite plongé dans la vie des habitants de Black Spring et on fait rapidement la connaissance de plusieurs personnages. J’avoue que j’ai eu un peu de mal à tous les retenir mais comme on les retrouve régulièrement au fil des pages, je m’y suis habituée. Certains, qu’on suit plus en détail, comme le jeune Tyler et sa famille, sont attachants, d’autres sont très agaçants voire détestables. Quant à la sorcière, elle est effrayante mais quand on connaît son histoire, elle apparaît aussi comme une victime et il est facile d’avoir pitié d’elle. Du coup, on se demande jusqu’où son pouvoir peut aller et comment on réagira si elle se déchaine ! J’ai trouvé original et amusant de voir comme la ville s’est organisée pour cacher cette sorcière aux yeux du reste du monde, de voir comment elle est suivie et surveillée. Le début est plutôt lent, c’est la mise en place mais le rythme va s’accélérer arrivé vers la moitié du livre et les évènements vont s’enchainer crescendo. Comme je ne suis pas quelqu’un qui a facilement peur, je ne peux pas juger du degré d’angoisse que cette lecture peut amener mais j’ai trouvé que l’ambiance générale était réussie : on sent comme un nuage noir planer au dessus de la ville, étouffant et plombant. La fin m’a beaucoup plu car elle s’insère bien dans la continuité de l’histoire. A noter que la version originale du livre se déroulait dans une petite communauté aux Pays-Bas, avec un final totalement différent et, pour des besoins d’adaptation lors de la vente des droits aux USA, l’auteur a « réécrit » son histoire en la déplaçant dans une ville américaine et il en a profité pour changer la fin (j’ignore comment la première mouture se terminait mais je valide complètement celle-ci et l’adaptation vers un monde américain ne m’a pas gênée non plus). Ah, et puis, il y a aussi plusieurs clins d’œil à d’autres œuvres ou des évènements historiques mais je ne cite rien … ça pourrait gâcher le plaisir de les retrouver ! Mais ce que je n’ai pas encore dit, c’est, qu’en plus du récit horrifique, l’histoire permet de réfléchir sur le comportement des êtres humains, sur leur attitude envers ceux qui sont différents, sur la tolérance, sur l’entraide, la vie en communauté. Cela prouve encore une fois que des genres qu’on pourrait trouver « limités » sont loin de l’être ! Donc, même si cela ne m’a pas empêché de dormir, j’ai trouvé que c’était un roman mêlant fantastique et horreur de façon réussie et originale.