LabandeabonnotA Lyon, au début du XXème siècle, Jules Bonnot travaille comme mécanicien dans une usine d’automobiles. Sa paie permet à peine de faire vivre sa famille et son jeune fils, malade, a besoin de médicaments. Mais les ouvriers se bousculent pour travailler et sont donc exploités par le patronnat, ne pouvant demander aucune augmentation. Pourtant, Bonnot refuse de s’allier à un autre ouvrier, Dubois, qui prône la révolution grâce à l’anarchisme. La politique ne l’intéresse pas mais Bonnot accepte finalement d’assister à une réunion, une seule, pour contenter son collègue. A part qu’une descente de police lors de la rencontre secrète va amener Bonnot en prison pour plusieurs semaines et à sa sortie, de mauvaises nouvelles l’attendent, le poussant alors à rejoindre Paris et à envisager des mesures plus radicales que les quelques actions qu’il avait menées jusqu’à présent …
Qui n’a jamais entendu parler de la bande à Bonnot ? Peu de monde je pense mais comme moi, je suppose qu’un certain nombre n’en savent pas beaucoup sur le sujet hormis le fait qu’il était anarchiste et voleur (et bien sûr, qu’il avait une bande l’accompagnant dans ses mauvais coups !). Du coup, lire une BD sur le sujet m’a semblé une bonne idée pour en apprendre plus. Mais les auteurs de l’album précisent dès le départ que, si les évènements se basent sur des faits réels, ils ont néanmoins pris certaines libertés avec la réalité et donnent donc ici leur vision plus ou moins romancée de Jules Bonnot. On y découvre donc un homme qui travaille à l’usine, qui n’apprécie pas ses conditions de travail et la façon dont les patrons et les riches le traite mais qui ne fait rien pour changer la situtation. Il adore son fils et le gâte dans la limite de ses moyens et tient à son épouse mais ne peut que difficilement leur apporter l’argent nécessaire pour que le foyer s’en sorte. Malgré les demandes répétées d’un collègue, il n’est pas intéressé par la politique et ne veut pas rejoindre un quelconque groupe. Mais un drame va précipiter ses décisions. On retrouve Bonnot à Paris, qui rencontre des gens un peu louches et qui va commencer à vouloir se venger de tous les torts qu’il a subi et particulièrement du commissaire Guichard. On rentre alors dans la partie la plus célèbre de la vie de Jules Bonnot, braqueur, anarchiste (surtout parce que ça arrangeait les autorités) et l’homme le plus recherché et dangereux de France. Une fois cet album lu, on est forcément du côté de Jules Bonnot car les puissants de l’époque, les riches et ceux détenant n’importe quelle autorité, étaient le plus souvent pourris et égoïstes. La scène finale est tellement connue qu’il était difficile pour les auteurs de prendre des libertés avec la réalité historique. Mais à l’issue de cette lecture, quand j’ai eu fait des recherches, j’ai découvert de grosses différences, particulièrement dans l’implication de Bonnot avec le milieu anarchiste et dans le drame qui le pousse vers le crime (disons que l’album l’avantage  bien !). Le graphisme moderne est un peu anguleux mais dynamique et les couleurs choisies sont agréables, variées et adaptées aux différentes scènes mais jamais agressives. De même les personnages sont bien différenciés (j’avais un peu peur car cette époque était la mode des moustaches !!!) et les décors soignés sans être étouffants. C’est une lecture que j’ai appréciée dans l’ensemble mais qui au final m’a un peu déçue à cause de certaines différences trop importantes entre l’histoire narrée par les auteurs et la réalité et qui portent essentiellement sur les motivations de Jules Bonnot.