LamaisonJosé et sa femme Sylvia viennent passer le week-end dans la maison familiale restée fermée depuis le décès du père de José un an auparavant. Personne n’était encore venu aérer et entretenir la maison et de nombreux travaux d’entretien plus ou moins importants sont à effectuer, que ce soit dans l’habitation ou dans le jardin car José, son frère Vincente et sa sœur Carla veulent vendre la propriété. Chacun doit effectuer sa part de travail et ils se retrouvent tous, avec leurs familles, lors de vacances pour terminer tout ce qu’il y a à faire avant la mise en vente. C’est l’occasion de se remémorer des évènements, des souvenirs petits et grands, ensemble avec leur père et leur mère, à terminer la construction de cette maison qui signifiait beaucoup pour leurs parents …

J’avais déjà lu Rides de cet auteur espagnol et j’avais noté ce titre car je savais que j’allais être un jour dans un futur plus ou moins proche devoir effectuer le même parcours que les personnages de cet album. Et si cela n’a pas été suite à un décès et si je n’ai pas de frère ni de sœur pour partager des souvenirs, j’ai effectivement du vider, cet été, la maison familiale suite au départ en maison médicalisée de mon papa et la mettre en vente (elle est déjà vendue … on attend de signer l’acte chez le notaire et là, ça deviendra vraiment réel car pour l’instant, c’est difficile de réaliser). Du coup, cette lecture a forcément remué beaucoup de choses en moi ! Le graphisme est sobre, réaliste, avec des décors fonctionnels et des personnages bien reconnaissables. Le choix des couleurs est judicieux : elles sont douces mais servent aussi à différencier les différentes époques car il y a de nombreux flashbacks et les tons sont plus foncés dans le passé, comme si on regardait à travers un filtre qui fait comme une sorte d’écran voilant les choses. En tout cas, on ne se perd jamais dans la narration alors que cela aurait pu être risqué (de toute façon, on retrouve les personnages principaux enfants donc c’est quand même assez facile de s’y retrouver). Le récit est humain, universel car on est tous (ou on le sera un jour) amené à replonger dans son passé à travers les affaires de nos parents et celles de notre enfance. On voit qu’on ne connaît pas toujours ses parents car on les voit longtemps avec des yeux d’enfant mais c’est dans leur vieillesse qu’on commence à les comprendre un peu mieux. Ce n’est pas une histoire compliquée, il ne s’y passe pas grand chose mais elle raconte tout simplement la vie et l’amour, les relations familiales et le deuil, ce qui est loin d’être négligeable ! Ce fut donc pour moi une lecture touchante et remplie d’émotion.

Les avis de Mo, Jérôme, Noukette, Aproposdelivres, Jacques, Yaneck, Hérisson, Lasardine.