ParolesdhonneurLeïla Slimani est invitée au Maroc en 2015 pour la parution de son livre, Dans le jardin de l’ogre, dont le sujet, le sexualité d’une femme, est susceptible de faire débat dans le pays. Alors qu’elle vient une conférence et une séance de dédicaces à Rabat, elle fait la connaissance d’une jeune femme marocaine, Nour, qui va lui raconter, sans aucun tabou, sa propre vie intime, ses relations avec les hommes et sa sexualité. L’auteure sera alors amenée à rencontrer d’autres femmes marocaines, de tous milieux et à travers le pays, et découvrira leur quotidien des femmes dans une société où leur liberté est limitée, où l’hypocrisie règne en maitre dès qu’il s’agit des relations entre hommes et femmes …

Leïla Slimani a écrit un essai sur les relations sexuelles au Maroc, Sexe et mensonges, résultat d’une longue enquête après avoir été confrontée à des situations plus ou moins médiatisées à ce sujet. C’est cet essai qui a été adapté ici en BD, avec l’aide de la dessinatrice Laetitia Coryn. Ce qui saute tout de suite aux yeux, c’est donc que c’est une œuvre féminine mais aussi féministe car elle montre les conditions de vie des femmes particulièrement vis à vis du sexe et donc aussi vis à vis des relations avec les hommes. On y voit les contradictions qui sont nombreuses dans la société marocaine, comment l’hypocrisie règne en aitre, avec des hommes intéressés pour coucher avec des femmes mais qui veulent uniquement épouser des vierges, le manque de liberté et le jugement des autres posés sur toutes les femmes et malheur à celles qui s’écartent du droit chemin. Certes, elles ne risquent pas leur vie mais perdent tout espoir d’une vie de famille normale. Le graphisme est sobre, réaliste, avec de beaux décors et des personnages reconnaissables (je trouve qu’il est toujours plus facile de différencier les femmes … on a tellement de coiffures variées !). Les couleurs pastel sont douces tout en étant lumineuses, comme le soleil du Maroc. Les témoignages ne portent pas de jugement marqué (pas de féminisme enragé descendant en flammes les gars) : ces femmes racontent leur vécu et leur ressenti et c’est assez effrayant de voir la réaction de certains hommes. Heureusement, on voit que d’autres ont déjà changé dans leur comportement ou sont sur le point de le faire, amenant ainsi une bouffée d’espoir quant à l’évolution de cette société marocaine. Je sais que je n’aurai pas été intéressée pour lire l’essai mais j’ai énormément apprécié son adaptation en roman graphique et j’ai beaucoup appris sur les relations de couple (officiel ou non) dans ce pays. Avoir une représentation des femmes qui témoignent, une vision des lieux, rendent l’ensemble plus vivant à mes yeux, plus intéressant, encore plus ancré dans la réalité et plus chargé en émotions. En plus, il me semble que ce média est susceptible de toucher plus de gens et ça, c’est important pour faire éduquer les populations et faire bouger les choses !

Les avis de Caroline, Meséchappéeslivresques.