BabylonberlinMars 1929, le commissaire Gereon Rath vient d’être muté de Cologne à Berlin, à la brigade des mœurs suite à un incident policier ayant eu lieu dans sa ville d’origine. Le jeune homme ne cache pas son ambition de rejoindre rapidement la brigade criminelle. Logé provisoirement chez une veuve amie d’un de ses nouveaux collègues, Bruno Wolter. Gereon apprend vite comme ce dernier travaille, cherchant facilement des possibles indics dans les gens arrêtés. Mais Gereon reçoit un soir la visite d’un homme étranger à la recherche du précédent locataire, un Russe nommé Kardakov et sa surprise ne fait que croître quand ce visiteur inattendu est retrouvé mort dans le canal Landwehrkanal qui traverse la ville. Il va alors commencer à mener discrètement son enquête personnelle …

J’avais lu le roman de Volker Kutscher, Le Poisson mouillé, dont est tirée cette BD et j’avais beaucoup aimé/ Alors, quand j’ai vu l’album sur les étagères nouveautés de la médiathèque, je me suis jetée dessus, surtout que la couverture est très belle. Effectivement, le dessin noir et blanc, avec de belles nuances de gris, fait merveille pour ce genre d’histoire. Le côté très réaliste et soigné m’a paru tout aussi parfait : c’est comme regarder un vieux film ou des images d’archives et on est tout de suite plongé dans l’ambiance et dans l’époque. En plus, malgré le grand nombre de personnages, je les ai trouvés tous bien différenciés et reconnaissables … finalement, le problème était parfois avec les noms allemands et russes plus qu’avec les visages ! L’histoire colle bien au roman, même si l’auteur de l’album dit avoir dû effectuer quelques modifications/adaptations qui sont passées inaperçues pour moi (mais bon, en même temps, ma lecture du roman ne date pas d’hier … je l’ai lu en 2010 et donc mes souvenirs des détails sont plus que vagues !). J’ai trouvé intéressant la période abordée, où on sent bien que l’Allemagne vacille, où le pays cultive les extrêmes, et Berlin est la quintessence de toutes ces différences, avec ses nombreux clubs, des voyous russes, des magouilles en tous genres et à tous niveaux et où Gereon essaie tant bien que mal à mener son enquête et à découvrir qui est ce visiteur mort et pourquoi, ce qui va le mener à des découvertes inattendues. Le rythme est peut-être plus soutenu que dans le roman car un album se lit toujours plus vite, même si celui-ci est quand même assez dense et avec pas mal de texte. J’ai trouvé néanmoins que certaines relations, que ce soit dans le cadre de l’enquête ou privées, étaient peut-être un peu mises de côté par rapport au roman, sans pour autant gêner la lecture. Je me suis donc régalée en lisant cette BD et en retrouvant Gereon … je sais qu’il me reste encore à lire le troisième tome de ses aventures en roman mais ensuite, comme les autres opus n’ont pas été traduits en français, il faudra que j’attende de les voir paraître en anglais ! Et j’espère surtout que les autres titres de Volker Kutscher seront eux aussi adaptés aussi brillamment en BD … je compte bien les lire si c’est le cas (et d’ailleurs, je vais aussi acheter ce titre-là bien que je vienne de le lire car je veux l’avoir dans ma propre bibliothèque !)