Berlin2point0Septembre 2011. Margot, 23 ans, part s’installer à Berlin grâce à une bourse attribuée par un organisme franco-allemand. La jeune femme espère trouver un emploi tout en préparant son dossier pour un doctorat en philosophie. Après avoir trouvé à se loger en colocation, Margot s’inscrit dans une éole de langue pour améliorer son allemand, rencontre un grand nombre d’étrangers venus s’installer, comme elle, à Berlin qui semble être la nouvelle terre promise pour tous les jeunes qui veulent se lancer le monde du travail. Il est sûr que la ville a de nombreux avantages, proposant beaucoup d’activités en tous genres, mais trouver un travail va s’avérer plus difficile que prévu, beaucoup de postes proposés étant sous-payés et les employés surexploités …

Ce n’est pas vraiment le dessin qui m’a tenté dans cet album mais bel et bien le sujet. Si le graphisme n’est pas désagréable, ce n’est pas forcément un style qui me plait beaucoup. Certes, c’est assez épuré mais j’ai parfois trouvé les personnages un peu plats, sans expression. Les décors aussi sont simples mais là, c’est moins grave … il suffit de reconnaître les lieux et ça passe tout seul (bon, je ne connais pas Berlin mais j’ai quand même vu quelques photos de la ville ou bien des émissions). Et puis, je n’ai pas été très fan des couleurs choisies : soit c’est très pâle, soit c’est presque trop foncé, avec beaucoup de tons ocres, beiges et marron et des aplats de couleurs un peu lourds (même si les ombres sont présentes pour essayer d’alléger l’ensemble). Par contre, l’histoire de Margot, qui est inspirée de la propre expérience de l’auteure, est passionnante. Elle nous montre Berlin sans fioritures, avec ses bons et ses mauvais côtés. Le modèle allemand toujours mis en avant montrer ici ses faiblesses : des jobs sous-payés, des patrons parfois infâmes et traitant leurs employés comme des esclaves. Et comme la ville attire énormément de jeunes, il semble que ce sera long pour que le système évolue et respecte enfin cette main d’œuvre pleine de bonne volonté et qui se fait alors exploiter. On voit aussi la richesse dans le mélange des nationalités se retrouvant en ville, les sorties, les soirées mais ce qui m’a aussi marqué, c’est le côté un peu superficiel et branchouille de la chose (qu’on retrouve d’ailleurs dans les postes pour lesquels Margot postule). C’est donc un album sans fard, dont certaines situations m’ont agacée (j’aurais bien mis quelques claques à certains patrons !), qui montre la réalité berlinoise sans concession, qui n’essaie pas de cacher les faiblesses allemandes mais qui compense avec les avantages de cette grande ville cosmopolite.

Les avis de Mo et Clarabel.