JazzlieutenantJames Reese Europe, musicien noir, a réussi à s’imposer sur la scène new-yorkaise. En 1907, il reprend à la suite d’Ernest Hogan, son mentor, malade de la turbeculose et crée peu après une société d’entraide des artistes noirs de New York, The Frogs. En 1911, il fonde le Clef Club, qui, cette fois, défend le droit de ces artistes. Se produisant sur des scènes réputées, devant un public de Blancs et de Noirs réunis dans le plaisir de la musique, leur style de jazz, le ragtime, devient de plus en plus populaire. Quand la guerre débute en Europe en 1914, les Etats-Unis ne semblent pas concernés par le problème mais quand le pays se lance à son tour dans ce conflit, James veut absolument aller se battre pour son pays, convaincu que, si la population américaine voit les Noirs prêts à se sacrifier pour leur pays, ils seront plus à même de les intégrer et de les respecter …

Je ne connaissais pas du tout ce musicien et pourtant, je me suis aperçue que j’avais quand même entendu certaines de ses musiques. Du coup, c’est plutôt bien de savoir qui il était et voir tout ce qu’il a fait pour essayer d’intégrer au mieux les Noirs dans la société blanche américaine. On voit comment les musiciens se sont organisés, comment la musique a pu réunir toutes sortes de personnes, comment un couple de danseurs blancs a pu mettre à l’honneur le ragtime. En lisant à propos de cette période avant-guerre, il semblerait presque que le racisme n’était pas si développé que ça aux Etats-Unis mais cette vision est un peu faussée car une grande partie de l’histoire se déroule à New York, ville cosmopolite et tolérante. Ensuite, on suite James Europe prêt à partir pour la France et les champs de bataille de la première Guerre Mondiale et les endroits où son régiment, arrivé à Brest, a été affecté. C’est presque à ce moment-là que le racisme commence vraiment à pointer le bout de son vilain nez. On apprendra ensuite le destin tragique de ce musicien hors pair et toujours prêt à se battre pour de justes causes. Le graphisme réaliste a du caractère, comme les personnages, avec des traits appuyés et des couleurs tranchées mais j’avoue que j’ai parfois eu du mal à différencier quelques personnages (mais ça n’a pas vraiment gêné ma lecture). Un album biographique et historique qui m’a intéressée et fait découvrir un homme bien et qui doit forcément être lu avec une bonne musique de l’époque en fond sonore !