UnanglaisdansmonarbreOlivia, professeur de français, assiste à l’enterrement de Daniel, son père, qu’elle n’avait pas vu depuis quinze ans et qui avait une nouvelle famille. Lors de la réception à l’issue de la cérémonie, elle a l’occasion de parler avec un oncle qui lui affirme que sa famille descend de l’explorateur anglais Sir Richard Francis Burton car Daniel avait entrepris des recherches sur le sujet. Cette révélation pique la curiosité d’Olivia, qui va elle aussi, se lancer dans des recherches et en apprendre plus sur cet homme au caractère bien trempé, jusqu’à marcher dans ses pas et refaire son périple en Afrique à la recherche de la source du Nil …

Ce n’est pas la première BD à parler de Sir Richard Francis Burton que je lis mais cette fois-ci, c’est un peu différent car il ne s’agit pas d’une pure biographie. L’auteure Olivia Burton nous raconte son cheminement sur les traces de son possible ancêtre et il y a donc un lien proche et émotionnel entre la narration et le sujet. En plus, Olivia refait le trajet de Burton et on peut aussi découvrir l’évolution de l’Afrique et des connaissances qu’on en a, ainsi que notre rapport d’Européen vis à vis du peuple africain (colonisé à l’époque de Burton). Ces mises en parallèle sont donc très intéressantes et j’ai été aussi surprise de voir que cet explorateur continuait à passionner des gens et que des sociétés chargées d’entretenir sa mémoire et les souvenirs qui pouvaient être retrouvés ne se limitaient pas à des membres anglais … de nombreux pays y sont représentés. J’ai aussi aimé l’absence d’embellissement : Burton apparaît souvent comme quelqu’un de peu sympathique et vraiment pas facile à vivre et ses explorations n’ont pas forcément été couronnées de succès (alors que c’est pourtant de lui qu’on se rappelle !). Le graphisme est assez épuré : pas de chichis superflus, une touche de réalisme mélangée à une touche de caricature, avec une amplification de certaines parties des visages (souvent les yeux ou le nez). Et pour une fois, c’est l’histoire actuelle qui est en tons clairs et beiges/sépia alors que le récit du passé est en couleur. Cela permet de vraiment s’immerger dans les pas de l’explorateur comme si on était à ses côtés. C’est donc une façon originale et humaine de découvrir un petit morceau d’Histoire en même temps que la vie d’un homme devenu célèbre pour ses explorations et en plus, cela ne manque pas d’humour. Et la fin est surprenante mais très philosophique. Une lecture très agréable et dépaysante !