Sauveuretfils1C’est janvier 2015 et les fêtes de fin d’année paraissent déjà loin pour Sauveur Saint-Yves, psychologue clinicien, dont le cabinet ne désemplit pas. Ce géant martiniquais de presque deux mètres, à la voix de velours, a tout pour impressionner mais cela ne fonctionne pas vraiment sur son fils Lazare, neuf ans. Ayant perdu sa mère très jeune, Sauveur est la seule figure familiale pour Lazare et le père et le fils sont très complices. Mais Sauveur doit aussi s’occuper des problèmes de ses patients : entre Margaux qui se scarifie, Gabin, un ado dont la mère sombre peu à peu dans des problèmes mentaux, Ella qui ne se sent pas bien dans sa peau de fille, ou la famille Augagneur qui vient d’éclater et qui s’est recomposée de chaque côté de façon peu traditionnelle, les journées ne semblent pas assez longues. Et quand Sauveur trouve d’étranges messages et objets devant sa porte, son passé en provenance de la Martinique semble s’inviter dans sa vie quotidienne …

Cette série de romans jeunesse, toujours en cours vu que le tome 5 vient de paraître, a eu énormément de succès dans mon entourage, que ce soit dans les clubs lecture ou des amis, et du coup, on a sélectionné le tome 1 pour le club lecture des villages, histoire de montrer à ceux qui n’en ont pas l’habitude, que la littérature jeunesse peut être de très grande qualité et qu’elle est loin d’être simpliste. De toute façon, en choisissant Marie-Aude Murail, on était sûr de ne pas se tromper car elle est un excellent auteur jeunesse ! Donc, c’est avec plaisir que je me suis plongée dans l’univers de Sauveur et de Lazare. J’ai trouvé très intéressant le mélange vie quotidienne privée et vie professionnelle, qui aborde les différents cas que peut voir Sauveur dans son travail. Cela permet de voir que de nombreux enfants ou adolescents n’ont pas la vie facile et qu’ils ont souvent besoin d’aide pour appréhender et comprendre ce qui se passe en eux et autour d’eux et Sauveur est là pour les épauler et les assister dans ces moments difficiles. Le contraste est aussi bien vu car, bien que le lien entre Sauveur et Lazare soit fort, Sauveur est souvent incapable de gérer leur vie quotidienne, laissant Lazare souvent livré à lui-même au point que l’enfant espionne les consultations de son père sans qu’il le sache et lui ayant aussi caché son histoire familiale (Sauveur est veuf et Lazare ne se souvient pas vraiment de sa maman car elle est morte alors qu’il était très jeune). Lazare se pose d’ailleurs des questions au sujet de sa famille, qui se limite donc à son père, et ce tome sera l’occasion de soulever un coin du voile et de découvrir la vie à la Martinique et les relations entre la population d’origine et celle descendant des colons (Lazare est métis, j’ai oublié de le préciser). Autant dire que ce roman, pourtant très facile à lire et plein d’humour, aborde de très nombreux thèmes sérieux et parfois tragiques. L’auteure a toujours le chic pour désamorcer les aspects les plus durs en favorisant l’optimisme sans pour autant paraître naïve. Je trouve que c’est le genre de roman qui est utile à tous : aux jeunes pour savoir qu’il y a des gens pour les aider, que les choses les plus difficiles peuvent être surmontées, que les relations humaines sont importantes de même que le dialogue et le partage, qu’ils ne sont pas seuls et qu’ils ont le droit de se sentir différents et aux adultes pour comprendre justement qu’on ne peut pas toujours imposer notre vision des choses et qu’il faut rester ouvert et à l’écoute. Je compte bien lire les autres tomes en tout cas car je me suis très attachée à Sauveur et Lazare (et même aux patients de Sauveur !) et que l’ensemble est vraiment de qualité !

Les avis de Jérôme, Noukette, Bladelor, Meséchappéeslivresques, Brize, Antigone, Cathulu, Cuné, Thalie, George, Aproposdelivres, Hérisson.