LemondeselonguirecetmoniqueGuirec a toujours eu un lien fort avec la mer. Ayant grandi sur une petite île au nord de la Bretagne, il passait son temps à bâtir des petits radeaux, à aller relever ses casiers ou pêcher. L’école était loin d’être son lieu favori et dès ses seize ans, il se lance à l’aventure : il part pour l’Australie où il travaillera quelques mois puis rentre au pays pour faire des petits boulots mais rêve d’explorer le monde et de naviguer. Fin 2012, alors qu’il n’a que vingt ans, comme il a réussi à avoir suffisamment d’argent, il investit dans un voilier qu’il retape lui-même et qu’il baptisé Yvinec, du nom de sa chère île qui l’a vu grandir. Et début 2013, il se lance dans la traversée de l’Atlantique en solitaire. Mais lors d’une escale technique aux Canaries, il fait la connaissance de la poule Monique, qui va devenir une présence bien agréable et aussi bien utile sur le voilier et qui va suivre avec courage Guirec dans ses aventures vers le Groenland et le tour du monde …

Qui n’a pas entendu parler de Guirec et sa poule Monique ? En tout cas, ici, en Bretagne, personne je crois ! On les voyait dans les journaux, à la télé et on a même failli aller les accueillir à leur retour en France mais on s’est dit qu’il y aurait déjà beaucoup de monde ce jour-là ! Du coup, je ne pouvais pas passer à côté de ce livre qui raconte le parcours hors normes de ce jeune homme et de sa coéquipière peu commune. J’avais un peu peur du côté technique car je ne connais strictement rien aux voiliers et en plus, ça ne m’intéresse pas vraiment. Pour moi, le bateau, c’est surtout le paquebot, voire le ferry ! Alors oui, il y a des moments d’explications techniques mais ils sont relativement peu nombreux et même si on ne comprend pas forcément toujours tout quand on est non-initié, cela n’empêche pas d’avoir une vue d’ensemble (par exemple, pour les pannes ou des cassures, on comprend à peu près ce qui se passe). Mais c’est surtout l’aventure humaine qui est au cœur de ce récit de voyage. Guirec a beaucoup de courage et aussi beaucoup d’inconscience mais il est jeune et il a une philosophie que j’aime et que j’ai aussi tendance à suivre : pourquoi s’inquiéter avant tant que rien ne s’est passé ? On aura toujours tout le temps de se ronger les sangs si le pire arrive mais seulement quand il arrive ! On découvre donc ses préparatifs, son départ et ses différentes rencontres. C’est un gars très sympathique, ouvert, simple et qui se lie facilement : pas étonnant qu’il se soit fait des amis partout où il est passé ! On découvre aussi comment il a adopté Monique la poule et comment elle s’est amarinée … c’est une battante, cette bestiole ! Je l’adore et je comprends tout à fait les liens qui se sont tissés entre elle et Guirec. En fait, une fois que Monique a été sur le voilier, Guirec n’a plus jamais été seul. Mais en plus de découvrir la vie de cette équipe hors du commun, on voyage à travers le monde : les iles des Caraïbes et leur douceur de vivre, l’hivernage au Groenland, le passage du Nord-Ouest, le Pacifique, le passage du Cap Horn … on en fait des kilomètres et on en rencontre, des gens. Cette lecture est un vrai bonheur car Guirec a un ton léger et beaucoup d’humour, il sait nous entrainer à son bord, à ses côtés et il nous montre que le monde est vaste, varié et magnifique, que ce soit au niveau des paysages que des habitants.

L'avis d'Aproposdelivres.