Policedenewyork200ansdecrimesAvec les villes devenant de plus en plus grandes est venue la nécessité de protéger les citoyens et de faire respecter la loi. En 1802, alors que New York devient de plus en plus cosmopolite et peuplée, Jacobs Hays est promu high constable à la tête d’une petite troupe de veilleurs de nuit à temps partiel, système instauré il y a longtemps par les Hollandais. Cet ancêtre du NYPD se développera et s’étoffera, grandira en nombre de policiers, d’inspecteurs, de détectives, se spécialisera, utilisera des moyens scientifiques de façon à trouver et arrêter toutes sortes de criminels. Des braquages de banque, des assassinats en tous genres, des émeutes à contrôler, des enlèvements à résoudre, des gangs mafieux à contrer, des attentats à empêcher, les hommes et femmes du NYPD sont là pour protéger et servir …

Ce n’est pas souvent que je lis des documents mais quand j’ai vu celui-ci à la médiathèque, j’ai craqué ! En fait, en général, c’est le genre de livre que j’achète et dans lesquels je picore par ci par là sans ordre particulier mais là, comme il fallait le rendre à une certaine date, pas question de me contenter de le feuilleter si je voulais en apprendre plus. Après une présentation sur l’histoire du département de police de New York, sa création, son évolution, ses missions, on se retrouve vite plongé dans différents cas, rangés par ordre chronologique. Certains sont très connus, d’autres moins et d’autres pas du tout (enfin, du moins, pour des lecteurs français). Chaque chapitre est illustré de photos noir et blanc des lieux des crimes, de unes de journaux, de photos des coupables ou des victimes et comme ils sont relativement courts (environ moins de 10-12 pages, photos inclus), c’est facile d’en lire trois ou quatre à suivre, de s’arrêter un temps et de reprendre sans se perdre … pratique quand on lit plusieurs livres en même temps comme j’ai tendance à le faire. J’ai trouvé intéressant de voir comment les méthodes ont évolué, même si les enquêtes ne sont pas trop détaillées : on apprend plus sur les crimes que sur les moyens et les procédures ayant permis de les résoudre. On voit aussi comment les délits changent au fil des ans (par exemple, les braquages de banque ou les enlèvements ne sont plus trop « à la mode »). Il est aussi intéressant de voir que certains policiers n’ont pas toujours été du bon côté de la barrière ! Par contre, j’ai trouvé plusieurs coquilles dans des dates mais je pense qu’elles sont facilement repérables pour ne pas induire le lecteur en erreur. Dans l’ensemble, c’est une lecture que j’ai trouvée agréable et assez éducative sans trop en faire … le crime ne paie pas mais on peut parfois ne jamais être pris, même si cela devient de plus en plus difficile grâce aux méthodes modernes des enquêteurs !